Google+ Badge

mardi 7 mars 2017

LÉGISLATIVES: LE PARTI DE LA FRANCE EN ORDRE DE MARCHE !

VALENCIENNOIS

Pour les législatives, le Parti de la France sera présent dans les 19e et 20e



Serge Thomés (à gauche) habite Mastaing 
; Dominique Slabolepszy, Valenciennes.
Serge Thomés (à gauche) habite Mastaing ; Dominique Slabolepszy, Valenciennes.
« Dans cette campagne présidentielle, tous les jours, il se passe quelque chose  », commentait, vendredi après-midi, Dominique Slabolepszy. 

Vu la tournure actuelle des événements, les deux adhérents valenciennois du Parti de la France – qu’ils ont rejoint à sa création voilà neuf ans, en quittant le FN lorsque Marine Le Pen en a pris les commandes – ont décidé «  d’y aller  ».


Voilà un an, «  ils avaient décidé  » pourtant de ne pas se présenter aux législatives de juin. 

Mais, ils ont finalement changé d’avis, parce que «  personne ne sait pour l’heure ce qu’il va advenir à la présidentielle  » et que, dans l’arrondissement, le non-cumul des mandats (dans le Denaisis) et la multiplication des candidats à gauche (dans l’Amandinois) ont rebattu les cartes. 


Certes, ni l’un ni l’autre n’ont l’ambition de jouer les trouble-fête en se hissant au second tour. 

 Leur objectif commun est tout autre. 

Il faut aller le chercher du côté de l’organisation même du Parti de la France, que dirige Carl Lang. 

Dominique Slabolepszy a ainsi été désigné comme délégué national pour les élections législatives. «  Je m’occupe de tous les aspects techniques de la campagne dans toute la France »

Et des contacts avec les candidats potentiels qui, sur leurs tracts, auront «  le choix de mentionner, ou pas, le nom de nos partenaires «associés»  » : les comités jeunes de Jean-Marie Le Pen et Civitas.

Viser un financement public

Le Parti de la France s’est fixé un but : présenter entre cent et deux cents candidats, avec l’objectif qu’au moins cinquante d’entre eux franchissent la barre de 1 % des suffrages. 

«  Cela nous permettrait d’obtenir un financement public  », observe l’ancien conseiller régional. Pas négligeable quand on sait que chaque voix peut faire tomber 1,30 € dans les caisses du PDF.


Cet objectif de 1 %, Serge Thomés et Dominique Slabolepszy estiment pouvoir l’atteindre dans la 19e et dans la 20e, les circonscriptions tenues jusqu’à présent par Anne-Lise Dufour et Alain Bocquet. 
«  Aux départementales, nous avions envoyé 150 candidats pour «tester» nos résultats, rappelle l’ancien chef d’entreprise. 

J’avais fait autour de 1,5 % ; a vec des pointes à 3 % dans le pays de Condé. » En revanche, dans la 21e (celle de Laurent Degallaix), rien n’est bouclé.

Se revendiquant du «  canal historique  » du Front national, les deux candidats aux législatives entendent, dans la campagne, se démarquer des idées de Marine Le Pen. «  Nous nous sentons plus proches du programme de François Fillon  », commentaient-ils toujours vendredi soir. 


http://www.lavoixdunord.fr/128163/article/2017-03-06