Google+ Badge

mardi 28 mars 2017

L' ISLAM ET LES PRÉOCCUPATIONS BRETONNES !


« Islam pour mémoire ». Le journalisme militant de France 3 Bretagne


Vendredi 24 mars 2017. La chaîne de télévision France 3 proposait son journal quotidien dans sa déclinaison régionale qui ne traite que de l’actualité de la Bretagne administrative, faisant abstraction de la Loire-Atlantique tout en accordant, en revanche, du temps d’antenne à des sujets bien lointains de la vie quotidienne des bretons.

L’Islam et les préoccupations bretonnes

Ainsi, à la grande surprise des téléspectateurs, après avoir traité les principaux titres de l’actualité bretonne en cinq minutes, le présentateur Éric Pinault reçoit sur le plateau du journal la réalisatrice Bénédicte Pagnot pour son film documentaire « Islam pour mémoire », sorti en salle le 22 mars dernier. Le journal en question est visible en replay sur ce lien encore quelques jours.

Les premières questions qui se posent : qui est Bénédicte Pagnot ? Quelle est la trame de son documentaire ? Mais surtout, quel est donc le lien avec la Bretagne ?
Éric Pinault présente donc son invitée par ces mots : « Vous avez réalisé ce documentaire pour nous aider à comprendre l’Islam à travers l’analyse du poète Abdelwahab Meddeb, loin des clichés et de l’amalgame avec l’islamisme ».  
Et n’hésite pas à surenchérir en adoptant clairement un parti pris politique lorsqu’il poursuit : « Vous nous dites aussi que l’islamisme nourrit le nationalisme, et c’est quelque chose qu’il est bon d’entendre en ces périodes où nous avons tous à réfléchir au geste électoral pour la présidentielle ». 

Des propos qui ne retiendraient l’attention de personne s’ils n’étaient pas tenus sur une chaîne de télévision du service public. 

Mais la réponse de la cinéaste rennaise ne manque pas de sel non plus quand elle dénonce le climat de la période actuelle et « une tendance à se recroqueviller sur des identités nationales ou des identités religieuses ». Une absence de clarté dommageable quant aux dites identités, puisque l’on ne sait finalement pas de quelles nations ni de quelles religions il est question, pas plus que du sens de causalité entre les deux recroquevillements.

Quand Ouest-France met sa pierre à l’édifice

France Télévisions n’est pas le seul média à faire la promotion du film. Ainsi, un article paru dans le quotidien Ouest-France le 1er décembre 2016 vante les mérites du long métrage « Islam pour mémoire » qui, selon le journaliste Éric Chopin, « apporte sa pierre à la lutte contre l’obscurantisme et la méconnaissance, sources de tant de conflits »

Un article où Bénédicte Pagnot explique être partie « à la rencontre des merveilles de l’Islam ».
Elle rapporte un peu plus loin les propos d’une jeune musulmane qui, en Tunisie, à Sidi Bouzid, lui déclare : « Nous aimons tout le monde, nous voulons vivre avec tout le monde »

La sincérité de la jeune femme n’est sans doute pas à remettre en cause, mais, contrairement à ce qu’essaye de distiller Ouest-France, sa déclaration ne peut être considérée comme le sentiment général du monde musulman…
 Et serait même une réponse bien légère aux questions de ceux qui, justement, s’inquiètent de la montée en puissance des conflits dénoncés auparavant.  

Ne pas confondre Islam et islamisme ?

C’est en substance le propos du documentaire de Bénédicte Pagnot. Un propos que l’on entend ou que l’on lit fréquemment de la part des « spécialistes » de l’Islam évoquant les interprétations multiples du livre qui fait autorité en la matière, le Coran. 

Afin d’aller plus loin, prenons quelques versets du livre sacré des musulmans et interrogeons-nous sur les lectures possibles de ces textes. Au sujet des femmes, comment donc interpréter la Sourate 2, Verset 282 :
« […] Faites-en témoigner par deux témoins d’entre vos hommes ; et à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d’entre ceux que vous agréez comme témoins, en sorte que si l’une d’elles s’égare, l’autre puisse lui rappeler. […] » 

La réalisatrice Bénédicte Pagnot se présentant comme athée dans l’article de Ouest-France, intéressons-nous au cas des mécréants dans le Coran. La Sourate 4, Verset 56 explique : 
« Certes, ceux qui ne croient pas à Nos Versets, (le Coran) Nous les brûlerons bientôt dans le Feu. Chaque fois que leurs peaux auront été consumées, Nous leur donnerons d’autres peaux en échange afin qu’ils goûtent au châtiment. Allah est certes Puissant et Sage ! »  

Des athées qui ne sont décidemment pas gâtés puisque la Sourate 3, Versets 10-11 ne semble pas plus disposée à leur accorder la grâce :
« Ceux qui ne croient pas, ni leurs biens ni leurs enfants ne les mettront aucunement à l’abri de la punition d’Allah. Ils seront du combustible pour le Feu, comme les gens de Pharaon et ceux qui vécurent avant eux. Ils avaient traité de mensonges Nos preuves. Allah les saisit donc, pour leurs péchés. Et Allah est dur en punition. » 

Mais, plus que du mépris, c’est une hostilité marquée envers les mécréants qui transparaît, notamment dans la Sourate 3, Verset 141 :
« Et afin qu’Allah purifie ceux qui ont cru, et anéantisse les mécréants. »
Malgré ces écrits pour le moins troublants quant à leur violence et leur radicalité, il faudrait donc éviter tout amalgame entre la pratique de l’Islam selon les textes originels et l’interprétation qui en est faîte par les tenants du djihadisme et de l’islamisme politique.


Un exercice qui, au bas mot, risque de s’avérer périlleux à la lecture des extraits précédents.

La région Bretagne et les Côtes d’Armor comme mécènes

En visitant le site de la société de production Mille et Une Films, un détail retient notre attention. Il s’avère que le documentaire « Islam pour mémoire » est soutenu financièrement par le Conseil régional de Bretagne et le département des Côtes d’Armor. 

Les contribuables bretons seront ravis d’apprendre que ces deux collectivités trouvent les fonds nécessaires pour promouvoir ce genre de projets quand, dans le même temps, il faut parfois trois heures pour voyager entre Rennes et Nantes en train, voire une demi-journée entre Nantes et Quimper.
Dans un tout autre registre, les défenseurs de la langue bretonne à qui la région octroie des crédits ridicules, notamment en comparaison des dotations de la Collectivité territoriale de Corse pour la langue corse, en tireront les conclusions nécessaires.

 

Bénédicte Pagnot et l’extrême gauche rennaise

La cinéaste, normande d’origine, a réalisé son premier long métrage en 2012. Intitulé « Les lendemains », ce dernier mettait en scène une jeune étudiante sans histoire arrivant à Rennes pour ces études. 
Mais qui, rattrapée par les traditions locales, se rapproche petit à petit de la mouvance d’ultra gauche et d’une bande de squatters. 
Il semblerait donc que Bénédicte Pagnot ait quelques thèmes de prédilections pour ses films.

 

Et les lycéens de Concarneau ?

L’ironie de cette histoire est que le journal télévisé en question avait débuté sur un sujet très grave mais finalement pas si éloigné : le retour à Concarneau des lycéens bretons présents à Londres au moment de l’attentat revendiqué par l’Etat islamique. 

Leurs trois camarades, blessés par la voiture du terroriste, vont avoir le temps de méditer, pendant leur convalescence,  sur la subtile différence entre Islam et islamisme .

Mordiern Drezen

Crédit photo : Wikipedia (cc) (©Nitin Madhav 2003) [cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine



 ET AUSSI

Vous recevez cet e-mail en tant qu'abonné à la lettre d'info de breizh-info.com
voir cet email dans votre navigateur

Proposez à vos amis de s'abonner à notre lettre d'information et aidez Breizh-info.com

Madame, Monsieur

Ce courriel afin de vous proposer deux choses, en ce début de Printemps :

Afin de faire connaitre Breizh-info.com à toujours plus de lecteurs (vous êtes aujourd'hui 18 000, chaque jour, à lire notre journal) nous vous proposons tout d'abord d'envoyer un lien d'inscription à vos contacts, vos amis, pour leur proposer de recevoir nos lettres d'informations (la matinale et l'édition du soir qui reprend les articles parus après l'envoi de la matinale).

Voici le lien où vos amis et contacts pourront s'inscrire, en toute liberté : http://eepurl.com/bJnR7z

Enfin, sachez que nous avons désormais quatre journalistes qui écrivent, enquêtent avec des amplitudes horaires très diverses, pour Breizh-info.com, sans compter la trentaine de collaborateurs qui adressent des articles et qui permettent à notre journal de monter en gamme fréquemment.

Afin de pouvoir professionnaliser un maximum de ces jeunes journalistes qui frappent à la porte et qui ont eux aussi envie de bousculer le système en place et ses valets de la presse subventionnée, nous avons besoin de vos dons.

Nous comptons donc sur vous, ou bien pour faire en sorte que vos contacts s'inscrivent à notre lettre d'information, ou bien pour faire un don à Breizh-info.com (cliquez-ici), en soutien à la professionnalisation d'un journal devenu indispensable pour quiconque veut se tenir informé au quotidien hors de la presse mainstream subventionnée.

D'avance, merci de votre mobilisation.

Claude Bily
Président de Breizh Information

Philippe Le Grand
Directeur de la publication

Yann Vallerie
Rédacteur en chef de Breizh-info.com
Je soutiens Breizh-info.com - je fais un don immédiat via Paypal (100% sécurisé - cliquez-ici)
Je veux mon reçu fiscal immédiatement - je fais un don via la plateforme HelloAsso (100% sécurisée - cliquez-ici)

Vous pouvez également soutenir Breizh-info.com par chèque en l'envoyant à l'ordre de Breizh Information à l'adresse :

Breizh Information
BP 201
29834 Carhaix-Plouguer

Chaque don donne droit à une déduction fiscale de 66%