LA GRANDE MENACE AVEC L’APPEL D’ERDOGAN AUX TURCS : COLONISONS L’EUROPE !
images-1
 
 

Turquie-NL

Recep Tayyip Erdogan, l’autocrate qui dirige la Turquie avec son parti, les islamistes de l’AKP, demande au Turcs installés en Europe de faire 5 enfants, pas trois, pour accroître massivement leur présence dans un Europe qui n’a plus d’enfants et ainsi prendre le contrôle du continent ! « Vous êtes le futur de l’Europe », lance Erdogan lors d’un discours à Eskisehir, au Sud d’Istanbul.
Erdogan exhortait cette semaine les Turcs d’Europe à faire des enfants et à coloniser l’Europe. C’est bien parti… Ce n’est plus une menace voilée; c’est une volonté politique qui se traduit par le maintien de la double nationalité pour tous les Turc d’Europe, par un vol aller-retour gratuit sur Turkish Airlines chaque année, par des avantages divers au pays (voiture, achat de maison, banques et financements,…).
«J’en appelle à mes frères et sœurs de l’Europe. Faites cinq enfants, pas trois… Votre patrie, c’est désormais la place où vous vivez et travaillez. Revendiquez cette place. Développez encore plus le business, faites entrer vos enfants dans les meilleures écoles, assurez-vous que vos familles vivent dans les meilleurs endroits, conduisez les meilleures voitures, vivez dans les plus belles maisons. C’est parce que vous êtes le futur de l’Europe. Cela sera la meilleure réponse à la vulgarité, à l’antagonisme et à l’injustice à votre égard», a déclaré M. Erdogan.
Auparavant le ministre turc des Affaires européennes Ömer Çelik a menacé l’Europe en déclarant qu’Ankara allait réexaminer « le volet des passages terrestres » contenu dans le pacte avec l’UE sur la lutte contre l’immigration clandestine. Menace nette!
Le pacte migratoire, conclu le 18 mars 2016 entre Ankara et Bruxelles, a permis de restreindre l’afflux de migrants clandestins de Turquie vers l’Europe via les îles grecques en mer Egée. Depuis le 20 mars dernier, tous les nouveaux migrants illégaux en provenance de Turquie qui arrivent dans les îles grecques sont renvoyés en Turquie. En contrepartie, l’UE a accepté de verser une aide financière à Ankara (3 à 5 milliards d’EUR, ce n’est pas clair) et s’engage à accepter le même nombre de « réfugiés » bien estampillés syriens en Europe au départ de la Turquie, par circuit officiel. L’Europe est donc perdante, doublement, triplement et se fait insulter sans pouvoir rien faire.
La menace est claire: la Turquie peut du jour au lendemain permettre à nouveau l’afflux de migrants illégaux sur les plages grecques. En 3 ans, l’Europe s’est montrée incapable d’arrêter ce flot ou de négocier utilement… Il est trop tard, avec les politiques lamentables qui dirigent la manœuvre du côté européen, pour fermer les frontières et imposer une position européenne à la Turquie. Vladimir Poutine a maté Erdogan. Pour l’Europe, Angela Merkel et le pitoyable duo Juncker – Tusk sont traités comme des « sous-hommes » par Erdogan, pour reprendre une sympathique expression nazie qu’Erdogan appréciera.

CpvL9F6XEAAaXpr

Quant aux Pays-Bas, où Mark Rutte a sauvé sa tête de Premier ministre de justesse aux élections, en perdant « seulement » un quart de ses sièges, grâce à une politique de fermeté envers la Turquie, Erdogan traite ce pays de « république bananière » !
La Haye avait refusé l’entrée dans le pays de deux ministres turcs qui devaient mener des meetings de soutien de la diaspora turque aux islamistes d’Erdogan pour le référendum sur le renforcement de ses pouvoirs, le 16 avril prochain.
La Turquie est déjà dans l’OTAN. Elle sera bientôt dans l’Union européenne. En tout cas, la Commission et la majorité du parlement européen se refusent à STOPPER le processus d’adhésion. On le gèle temporairement, c’est tout… Les autorités allemandes avaient aussi fait preuve de lâcheté (en évoquant des « difficultés logistiques ») en annulant la tenue d’un rassemblement turc massif à Gaggenau (sud-ouest) avec comme orateur le ministre turc de la Justice Bekir Bozdag. Cologne avait retiré l’autorisation d’un autre rassemblement prévu en présence du ministre turc de l’Economie, Nihat Zeybekci. Les jours suivants, deux autres meetings étaient annulés.

La volonté islamiste turque de coloniser l’Europe progresse. La natalité turque est à plus du double de celle des Européens « de souche ». C’est vrai également pour tous les autres musulmans d’Europe. Le regroupement familial des migrants constitute le vrai dérapage et l’accroissement est rapide. Le poids de l’islam en Europe est beaucoup plus lourd que celui de la population encore qualifiée de chrétienne. 
L’islam sera rapidement la première religion d’Europe, et la Turquie va y contribuer fortement. Si la Turquie entre dans l’UE, le groupe des députés turcs musulmans au parlement européen sera le plus important de tous…
Cela n’empêche pas Tartarin-Louis Michel (MR), le parrain du gouvernement de Charles Michel, son gamin, de continuer ce samedi 19 mars sur RTBF (« la Semaine de l’Europe » d’Olivier Henrion), de considérer que l’Europe peut seulement geler les négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne « pour le moment ». Il reste bien sûr partisan pour le MR de l’entrée de la Turquie dans l’Union.
C.T.
Cp5P-oPXYAAFBR9
CppU6HPUsAI5hmp
1423211188585
CvZAzzwWEAElq1t
CvZAekIWcAA950B