Google+ Badge

samedi 25 mars 2017

CARL LANG, PRÉSIDENT DU PARTI DE LA FRANCE ! ENTRETIEN !


mercredi, 22 mars 2017


Un grand entretien entre Carl Lang, Président du Parti de la France, et Pierre Cassen, Président de Riposte laïque


ob_6490c7_cl-co.jpg
Entretien de Carl Lang avec Pierre Cassen de Riposte Laïque. 

Si le président du Parti de la France ne se présente pas à cette élection, ça ne signifie pas qu’il n’en pense rien…


Riposte Laïque : Comment le président du Parti de la France juge-t-il l’élection présidentielle française, ses multiples rebondissements, à six semaines du premier tour ?

Carl Lang : En premier lieu, je tiens à vous remercier de me permettre d’exprimer mon point de vue dans vos colonnes et à vous apporter mon soutien pour votre engagement persévérant et courageux de résistance à l’islamisation de la France.
Concernant cette campagne présidentielle un peu folle, elle est la résultante de plusieurs surprises. Tout d’abord, à droite, le schéma initial et programmé par la nomenklatura médiatique appuyée par les instituts de sondages était la candidature d’Alain Juppé. 
Il se trouve que malgré une participation active d’une partie de la gauche en faveur d’Alain Juppé, les électeurs de la primaire de la droite et du centre ont déjoué tous les pronostics et assuré la victoire surprise de François Fillon. 
Voilà ce qui peut se passer lorsqu’on laisse la parole au peuple : il arrive que le pays réel se rebelle contre la caste médiatique et le pays virtuel. 
Ce résultat fut une très mauvaise surprise pour les maîtres et gourous de la république « d’en haut », celle qui méprise et déteste la France « d’en bas ». Juppé était en effet, au centre droit de l’échiquier, l’homme choisi par les réseaux mondialistes.

A gauche, la surprise est venue de la non candidature à sa réélection de François Hollande qui a ainsi laissé une partie de la gauche gouvernementale en état de choc. Par ailleurs, malgré sa morgue habituelle et son ambition frénétique, le calamiteux bilan gouvernemental n’a pas permis à l’ancien Premier ministre Manuel Valls de s’imposer à la primaire de la gauche. Résultat : il n’y a plus personne pour défendre le bilan du quinquennat socialiste et le PS se divise entre le frondeur Hamon et le lâcheur Macron, eux-mêmes concurrencés par l’agitateur agité, Mélenchon.

Dans cette bataille à gauche la nomenklatura médiatique et les réseaux qui la contrôlent ont fait clairement le choix d’Emmanuel Macron. Il incarne parfaitement leur rêve de nouvelle société philosophiquement et économiquement ultra-libérale, mondialiste, cosmopolite et antinationale.

Pour résumer, la caste dominante avait au départ deux cordes à son arc ; une de centre droit avec Juppé et une de centre gauche avec Macron. Il ne reste plus dans la course que Macron. L’étape suivante du scénario consiste donc à assurer son élection en éliminant le concurrent qui est pour lui le plus dangereux au deuxième tour de l’élection présidentielle, c’est-à-dire François Fillon.

L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy qui a fourni lui-même un certain nombre de bâtons pour se faire battre avec le contrat de son épouse a de surcroît fait une déclaration qui le condamne au lynchage politico- médiatico- judiciaire : il a déclaré qu’il était « gaulliste et chrétien ». Nous avons tous bien compris que ce n’était pas son gaullisme qui posait problème… 
Par ailleurs, il se trouve qu’il n’est pas un ennemi de Poutine. Cela fait beaucoup et fait de lui l’homme politique à abattre.
Fillon est donc devenu, pour des raisons politiques, géopolitiques et tactiques la principale cible de ceux qui veulent la victoire de Macron. Il me parait clair que l’Elysée est directement à la manœuvre dans cette affaire. 
Comment expliquer autrement toutes les fuites et l’extraordinaire célérité du parquet financier qui, 48 heures après l’article du Canard enchaîné auditionnait les premiers témoins. Quelle remarquable efficacité !

Grâce à cette stratégie, la gauche social-libérale espère réussir le tour de force de rester au pouvoir et ce malgré le renoncement du président sortant et son fiasco gouvernemental. Ce serait ainsi leur divine surprise.
Pour le reste, nous assistons à une surenchère dans la démagogie électoraliste comme si la situation économique, démographique, financière et sociale de la France était celle de 1960. Je trouve cette démagogie lamentable et honteuse car, au bout du compte, ce sont toujours les Français qui en font les frais.

Quant aux enjeux de civilisation et au processus révolutionnaire et politique d’islamisation de la France, c’est un sujet tabou. 
Afin de rester médiatiquement compatibles, tous ces gens répètent à l’envi que l’islam est compatible avec la République et que l’islamisme n’a, bien sûr, rien à voir avec l’islam. 

L’internationale révolutionnaire islamique n’a donc rien à craindre de la campagne présidentielle française. 
Les candidats et candidates sont tous islamiquement corrects et islamiquement compatibles.
ob_ee660c_cl-manif.jpg
Riposte Laïque : Contrairement à d’autres petits candidats, comme le Général Tauzin, Jacques Nikonoff, Renaud Camus et quelques autres, vous n’avez jamais affirmé vouloir postuler à cette présidentielle, pour faire parler de vous, quitte à renoncer au dernier moment. Pourquoi ?

Carl Lang : Afin d’avoir une chance d’obtenir les 500 parrainages nécessaires à une candidature présidentielle, il aurait fallu engager quelques centaines de milliers d’euros, somme, dont ne dispose pas le Parti de la France. 
Nous avons donc décidé d’utiliser les moyens financiers du Parti de la France dans le cadre des élections législatives de Juin. 
Je rappelle que le Parti de la France ne bénéficie pas de financement public et que nous menons campagne grâce aux soutiens financiers de nos adhérents et de nos donateurs.

Je préside une organisation politique de résistance nationale qui se doit « d’être et durer ». Sans organisation il n’y a pas de résistance possible. 
La participation électorale n’est pour nous qu’un moyen d’action, un instant au service d’un engagement politique plus large qui doit impérativement s’inscrire dans la durée. 
Nous n’engageons dans les batailles électorales que les moyens dont nous disposons.
ob_ceeaf5_marine-le-pen-et-florian-philippot-lor.jpg
Riposte Laïque : Le Parti de la France, que vous présidez, a la réputation d’avoir la dent très dure contre l’évolution du Front national, et sa présidente.
 Pourtant, à ce jour, le FN est en tête dans les sondages. 
Pensez-vous, comme d’autres composantes de la mouvance patriotiques, qu’il y a une chance historique, et qu’il faut, le temps de cette présidentielle, ne pas la gâcher par des critiques qui seraient contre-productives ?

Carl Lang : Il n’est un secret pour personne que je suis en désaccord politique et stratégique avec ce que je considère être une dérive du Front national. 

 L’exclusion de Jean-Marie Le Pen par sa fille a par ailleurs été une ignominie humaine et une infamie politique. Elle a offert au système la tête de Jean-Marie Le Pen en gage d’allégeance afin de marquer publiquement sa rupture avec ce que fut le Front national.

Au-delà du parricide politique et du reniement de 40 années de combat politique des militants du FN historique, la quête effrénée de normalisation médiatique de Madame Le Pen, ses reculades idéologiques et la soi-disant dédiabolisation ne servent qu’à donner raison à ceux qui ont toujours combattu le courant national.

Lorsqu’on abandonne ses principes et ses convictions, les victoires électorales elles même deviennent des défaites politiques. La victoire aux Etats-Unis de Donald Trump est le contre-exemple parfait de la stratégie de Marine Le Pen.

Il n’y aura pas de candidat incarnant la droite nationale à cette élection présidentielle et madame Le Pen n’aura ainsi aucune concurrence émanant du courant national. Elle est donc en parfaite situation de monopole pour mener sa campagne électorale. 
Par ailleurs elle bénéficie, comme nous l’avons vu, d’un contexte politique exceptionnellement favorable pour elle. 
On peut même considérer objectivement que les conditions historiques que nous connaissons ont un caractère unique. 
Ainsi, elle ne pourra pas dire que la droite nationale et le Parti de la France lui mettent des bâtons dans les roues. Elle est seule en course. 
Par ailleurs, ni de près ni de loin, elle ne réclame ni ne souhaite notre soutien pas plus que celui de son père.
ob_b1d85b_fillon-micro.jpg
Riposte Laïque : Quel est votre regard sur la candidature Fillon ? 
Votre parti donnera-t-il des consignes aux électeurs, pour le premier tour ?

Carl Lang : Au moment où nous réalisons cet entretien la candidature Fillon se réduit à un lynchage médiatique. Avec l’affaire de ses costumes et du paiement du mariage de sa fille nous sommes arrivés au degré zéro du débat politique. 
A ce stade la principale qualité de François Fillon a été de nous débarrasser d’Alain Juppé.

Concernant le premier tour, les valeurs de la droite nationale n’étant pas représentées, le Parti de la France ne donne aucune consigne et laissera ainsi une totale liberté de vote à ses militants.
ob_a27821_macron-hystc3a9rique.jpg
Riposte Laïque : Une victoire de Macron vous paraît-elle possible, et vous inquiète-t-elle ?

Carl Lang : L’élection de Macron est dans le contexte politique et médiatique actuel devenue possible. Sa candidature est une sorte de mélange de gauche social-démocrate et social-libérale, de cosmopolitisme et d’affairisme mondialiste.

Ses déclarations sur le fait que la présence française en Algérie ait été « un crime contre l’humanité », résume bien le positionnement idéologique du personnage. Je trouve par ailleurs que son côté gourou illuminé qui apparaît parfois est assez inquiétant.

Au deuxième tour de l’élection et dans tous les cas de figures, j’appellerai à faire barrage à Macron comme à tout autre candidat de gauche si un tel scénario se présente.

 C’est la stratégie électorale habituelle du Parti de la France. Je n’ai jamais été un adepte de la politique du pire et je considère que rien n’est pire pour la France que l’idéologie antinationale de la gauche.
ob_dbfa5c_2616742211.jpg
Riposte Laïque : Quelle sera votre attitude pour les élections législatives ? Avec qui ferez-vous alliance, et combien présenterez-vous de candidats ?

Carl Lang : Dans le cadre des élections législatives de juin prochain, nous avons établi un partenariat politique et électoral avec les Comités Jeanne présidés par Jean-Marie Le Pen et Civitas. 

Le Parti de la France présentera 80 à 100 candidats et avec nos partenaires nous serons présents, je l’espère, dans plus de 200 circonscriptions.

Le Parti de la France mènera campagne à cette occasion pour la défense de l’identité française et de nos valeurs européennes de civilisation et contre la colonisation migratoire et l’islamisation de la France.

 La France n’est pas terre d’islam !


19:55 Publié dans Combat nationaliste et identitaire   http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2017/03/22



Adhérez !

 



Nous comptons sur votre soutien afin de poursuivre notre nécessaire combat pour la sauvegarde de notre Identité et de nos valeurs de civilisation. 
Le Parti de la France est la seule formation politique a mener ce combat, sans compromission ni reniement.
Mais sans ses adhérents, il n’est rien.
Votre adhésion peut se faire:
• par chèque, à l'ordre du Parti de la France, en remplissant le bulletin d'adhésion et en envoyant le tout au siège du PDF : 
 6 allée des Templiers, 78 860 Saint-Nom-la-Bretèche
bulletin_adhesion.pdf bulletin_adhesion.pdf  (290.58 Ko)


• ou par paiements sécurisé en ligne via PayPal :
ATTENTION: POUR LES PARTIS POLITIQUES, LES DONS PAR PAYPAL NE PERMETTENT PAS L'EMISSION DE RECUS FISCAUX. Si vous désirez bénéficier d'un reçu fiscal, votre don doit obligatoirement être effectué par virement ou par chèque bancaire selon les modalités énoncées ci-dessous.
  • par chèque à l’ordre de “Mme Myriam BAECKEROOT mandataire financier du P.D.F.” en adressant votre courrier au Parti de la France 6 allée des Templiers, 78 860 Saint-Nom-la-Bretèche
  • par virement à l’ordre de “Mme Myriam BAECKEROOT, mandataire financier du P.D.F.” sur le compte bancaire LCL 30002 00453 0000691807 F 22 Paris Anjou
  • Pour tout renseignement : 09 67 17 81 36.


Tarif Adhésion




• Vous pouvez également faire un don régulier au Parti de la France, afin de soutenir ses campagnes électorales :








Chaque don ou adhésion ouvre la possibilité d’une réduction fiscale de 66 % dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. 
 Ainsi, un don de 100 euros ne vous coûte réellement que 34 euros.
 Dès réception de votre don, nous vous enverrons un reçu à joindre à votre déclaration d’impôts.  

Merci pour votre soutien et votre fidélité à notre combat.

 http://www.parti-de-la-france.fr/Adherez-_a185.html 


LE SITE LE PARTI DE LA FRANCE / BRETAGNE VU DE PART LE MONDE !

 HIER

Pages vues par pays

Graphique des pays les plus populaires parmi les lecteurs du blog
 
EntréePages vues
France
3314
États-Unis
1680
Allemagne
198
Irlande
195
Indonésie
149
Royaume-Uni
137
Belgique
100
Portugal
84
Pologne
49
Maroc
25