Google+ Badge

mercredi 29 mars 2017

ALLO ! MAIS OÙ EST PASSÉE TAUBIRA ???


Chard 500 Frères Guyane

Les « 500 frères » guyanais : « Si les voyous veulent la guerre, on la fera »

Pierre Barbey le rappelait hier dans Présent : après des années d’un incroyable laxisme migratoire et judiciaire, mais aussi d’abandon par la métropole, la Guyane est aujourd’hui en passe d’exploser. 

Depuis lundi, en effet, une grève générale paralyse le département, à l’appel de la plupart des syndicats et de nombreux collectifs, dont celui des mystérieux « 500 frères ».


Un département à la dérive
Rappelons d’abord que la Guyane est le département français le plus victime de l’immigration-invasion. 

Originaires du Suriname, du Guyana, du Brésil et même d’Haïti, les clandestins, attirés par les pompes aspirantes de l’immigration, y débarquent chaque année par dizaines de milliers. 

Au point que, en novembre dernier, le préfet a dû suspendre l’enregistrement des demandes d’asile.  


Un afflux massif qui vient encore aggraver un chômage catastrophique, mais surtout la criminalité.
 

Ici, en effet, on n’enregistre pas moins d’un homicide par semaine (49 sur les douze derniers mois), près de 200 viols en un an, 428 vols à main armée en 2016. 

 Le taux de criminalité y était en 2014 de 90 pour mille habitants, alors qu’il est de 56 ‰ en France métropolitaine. 

Une criminalité dans laquelle les clandestins jouent un rôle majeur, puisque ceux-ci représentent 50 % des détenus en Guyane.
« Si les voyous veulent la guerre, on la fera »


C’est contre cette grave dérive et à la suite du meurtre d’un habitant d’un quartier populaire en février dernier que plusieurs dizaines de personnes ont décidé de former ce collectif des « 500 frères ». 
Mais, avec eux, pas de niaiseries du genre de celles auxquelles nous assistons depuis des années dans nos banlieues ethniques.
Encagoulés, vêtus de noir et plutôt costauds, ils n’hésitent pas à faire le coup de poing dans les rues de Cayenne et multiplient les coups d’éclats pour demander l’éradication des squats, le maintien d’un escadron de gendarmes mobiles affecté en renfort ou encore le renvoi dans leur pays des détenus étrangers pour y purger leur peine.
Après une première apparition le 22 février dans une manifestation à Cayenne contre la délinquance, le collectif ne cesse de s’inviter un peu partout. 

Ainsi, le 17 mars, ses militants ont-ils envahi le bâtiment de la collectivité territoriale de Guyane, entraînant la fuite de Ségolène Royal… 

Le 23, ils faisaient fermer la mairie de Cayenne, qui ne respectait pas l’appel à la grève générale. Et, samedi encore, rencontrant le chef de la mission gouvernementale dépêchée sur place, ils refusaient d’entamer le dialogue avec lui, demandant à s’entretenir directement avec Cazeneuve.


Interrogé récemment, l’un d’eux a expliqué :  
« Aujourd’hui, on dialogue. On fait tout pour empêcher une guerre civile. […] 
Mais si les voyous veulent la guerre, on la fera. »


Franck Deletraz

Article et dessin de Chard parus dans Présent daté du 29 mars 2017

C’est du Miège…

C’est du Miège…