Google+ Badge

dimanche 12 mars 2017

ACTU: LE NÉO-FRONT NATIONAL " GAY FRIENDLY" ???


Le Front national est-il vraiment devenu "gay friendly" ?

Avec la stratégie de normalisation initiée par Marine Le Pen, le Front national séduit de plus en plus d'électeurs homosexuels. 

 

Une évolution qui peut parfois provoquer des tensions au sein du parti d'extrême droite.

Sébastien Chenu, Florian Philippot et Marine Le Pen, lors d\'une convention du Front national à Paris, le 8 novembre 2016.
Sébastien Chenu, Florian Philippot et Marine Le Pen, lors d'une convention du Front national à Paris, le 8 novembre 2016. (MAXPPP)
 
Clément Parrot  France Télévisions
 
Mis à jour le
publié le


"L'élection de Marine Le Pen serait un signal fort contre les homophobes !" s'enthousiasme Lucas. 

Cela ne fait que dix-huit mois que ce jeune homme a décidé de prendre sa carte au Front national, et il en est pourtant déjà convaincu : à ses yeux, le parti de Marine Le Pen serait le mieux placé pour défendre la cause des homosexuels. Une opinion qui peut surprendre, au regard du programme et de l'histoire du parti d'extrême droite, mais qui est représentative d'une évolution structurelle du Front national.

Parallèlement à la "dédiabolisation" du FN entreprise par Marine Le Pen, la communauté gay, historiquement réputée proche des partis de gauche, apparaît de plus en plus séduite par le bulletin Le Pen. Selon une étude du Cevipof publiée en février 2016, le FN a convaincu 32,45% des couples homosexuels mariés lors des élections régionales de 2015, soit un niveau comparable au vote en faveur des listes de gauche (34,66%).

"Les folles, on les envoie se faire voir ailleurs"

L'histoire du Front national n'a pourtant rien de "gay friendly". "Les homosexuels ne sont pas une communauté à laquelle le FN avait l'habitude de s'adresser", rappelle l'historienne Valérie Igounet. "Les fondateurs du parti n'étaient pas très 'réceptifs' à la question de l'homosexualité", euphémise cette spécialiste du FN, qui tient sur franceinfo.fr le blog Derrière le Front.

En attestent de nombreux propos polémiques de Jean-Marie Le Pen. En 1984, le leader d'extrême droite qualifie l'homosexualité "d'anomalie biologique et sociale". En 1995, lors d'un discours à l’université d’été du Front national, le chef historique du parti lance aux militants : "Je confesse qu’il doit y avoir des homosexuels au FN, mais il n'y a pas de folles. Les folles, on les envoie se faire voir ailleurs."  
En privé, Jean-Marie Le Pen n'a pourtant rien d'un homophobe, assurent ses proches, mais il se délecte des provocations qui font parler de lui. Et avec l'arrivée du jeune Florian Philippot à la vice-présidence du FN, les sorties de route du "Menhir" se multiplient. Comme en mai 2015, lorsque Jean-Marie Le Pen accuse, sur une radio, Florian Philippot de "placer ses hommes, ses mignons" à la direction du parti. 

Comme en mai 2016, quand il évoque sur Twitter, toujours à propos de Florian Philippot, "Don Quichotte de la Jacquetta". Ou en décembre 2016, lorsqu'il lâche, sur Facebook : "Les homosexuels, c'est comme le sel dans la soupe, s'il n'y en a pas assez c'est un peu fade, s'il y en a trop, c'est imbuvable."

De leur côté, les militants gays du FN ont la mémoire sélective. "Pour beaucoup de militants, le FN est un nouveau parti depuis 2011", observe l'historienne Valérie Igounet. "Je ne me suis jamais intéressé à l'histoire du Front national. Je la connais, mais ce n'est pas ce qui m'intéresse", dit ainsi à franceinfo David Masson-Weyl, jeune élu homosexuel du FN au conseil régional du Grand Est. 
"Je suis engagé au côté de Marine Le Pen, et le reste ne m'intéresse pas", répond aussi Lucas, militant FN.
Le passé, c'est le passé. Marine Le Pen a rompu avec cette histoire.
Lucas, militant FN
à franceinfo

"Le FN était bien plus sectaire à l'origine"

Depuis son arrivée aux commandes du Paquebot en 2011, Marine Le Pen a effectivement changé le discours de son parti sur ces questions. "Qu'on soit homme ou femme, hétérosexuel ou homosexuel, chrétien, juif, musulman ou non croyant, on est d'abord français !" lance le 1er mai 2011 celle qui a succédé quelques mois plus tôt à son père à la présidence du Front national, démontrant ainsi sa volonté d'élargissement de sa base électorale.
Pour le jeune frontiste David Masson-Weyl, ce changement de discours s'explique "grâce à la personnalité de Marine Le Pen"
 Née en 1968, divorcée, vivant aujourd'hui en concubinage avec Louis Aliot, la dirigeante du FN a la réputation d'être une fêtarde, et cultive une image de femme moderne, assez éloignée du modèle familial traditionnel historiquement défendu par l'extrême droite.

La stratégie se révèle efficace : de nombreux militants gays n'hésitent plus à rejoindre le mouvement. La révélation de l'homosexualité de plusieurs cadres de la direction du FN, du vice-président, Florian Philippot, au maire d'Hénin-Beaumont, Steeve Briois, rassurent ceux qui avaient encore des doutes. "Le fait que de nombreux membres, dont des cadres du parti, soient gays, a permis de lisser, de repositionner le FN, qui était bien plus sectaire à l'origine", estime John, un électeur frontiste qui revendique son homosexualité sur Twitter. "Le FN n'est absolument plus homophobe à mes yeux", acquiesce William, un autre militant frontiste interrogé par franceinfo.
Il pouvait y avoir une certaine tiédeur chez les homos par rapport au FN de Jean-Marie Le Pen, avec la crainte de ne pas être acceptés dans leur identité, mais je pense qu'on a vraiment levé cette ambiguïté-là.

David Masson-Weyl, jeune élu FN dans la région Grand-Est
à franceinfo
"Ceux qui étaient sur des positions dures sur la question d'un prétendu lobby gay ont majoritairement quitté le parti depuis longtemps", relève d'ailleurs dans L'Express le chercheur Nicolas Lebourg. 

Car les prises de position de Marine Le Pen, qu'elles soient sincères ou opportunistes, ont fortement déplu à la frange la plus radicale de l'extrême droite. 
"Elle a un côté 'cage aux folles'. C’est une madone à pédés et l’esclave des sionistes. 

Elle incarne le Sentier et GayLib à la fois", fulmine ainsi dans Challenges Jérôme Bourbon, le directeur de la revue nationaliste Rivarol.

 "Le Front national est dirigé par une coterie d’homosexuels", raille dans le même article Henry de Lesquen, le patron de la très droitière Radio Courtoisie.

"Homonationalisme" et "transgression"

Ce "nettoyage de vitrine" suffit-il à expliquer à lui seul le fait que de plus en plus d'homosexuels se tournent vers le FN ?

 Plusieurs militants frontistes interrogés dans le cadre de notre enquête avancent un autre motif de ralliement : la peur suscitée par l'islam et son intolérance supposée à l'égard des homosexuels. "Je veux que nous n'ayons pas peur de s'aimer librement, même dans des zones actuelles de non-droit", explique Lucas. "J'ai vécu dans un immeuble social du 9-3 à Saint-Ouen, où j'ai vécu l'enfer en raison du racisme anti-gay", ajoute John.

Des témoignages qui confortent l'analyse de certains chercheurs, qui n'hésitent pas à parler d'"homonationalisme". Lorsque par exemple, en 2010, Marine Le Pen affirme "entendre que, dans certains quartiers, il ne fait pas bon être femme, ni homosexuel, ni juif, ni même français ou blanc", la présidente du FN "dit à l’électorat homosexuel : 'Je sais que vous souffrez de discrimination. 

Et qui vous discrimine ? Des immigrés et des musulmans'", relève dans Le Monde Yannick Barbe, ancien directeur de la rédaction du magazine gay Têtu. "Comme elle le fait avec les 'souchiens', Marine Le Pen ligue les gays contre les minorités raciales", abonde sur Slate.fr le journaliste et écrivain Didier Lestrade, fondateur d'Act Up. "Elle utilise les gays blancs de souche pour montrer que le problème, c'est toujours les immigrés, les Noirs, les Arabes", accuse-t-il.


Interrogé par franceinfo, Sébastien Chenu, un ancien de l'UMP où il a fondé le mouvement GayLib avant de rejoindre le FN, avance encore une autre hypothèse : "Tout comme le fait d'être gay, il y a un aspect transgressif dans le fait de rejoindre Marine Le Pen."
Marine Le Pen représente une liberté de ton qui fait écho à la quête de liberté vécue par les gays dans leur histoire personnelle.
Sébastien Chenu, délégué national du Rassemblement bleu Marine
à franceinfo

"On m'a déjà lancé du 'Sale pédé, t'as pas ta place ici !'"

Le Front national est-il pour autant devenu "gay friendly" ? A en croire le témoignage posté sur Facebook par Guillaume Laroze, un ancien militant qui a claqué la porte du FN en novembre 2016, il est permis d'en douter. "Parasite LGBT", "déchet paradistique", "sodomite"... 

Dans ce post, le jeune homme dénonce les insultes homophobes qu'il a dû affronter, en provenance de comptes anonymes sur les réseaux sociaux. Interrogé par franceinfo, Guillaume Laroze témoigne aussi de l'homophobie qui s'est exprimée à visage découvert au sein du parti : "On m'a déjà lancé du 'Sale pédé, t'as pas ta place ici, il y en a marre des pédés au FN !'."
Lors d'un discours de Marine Le Pen, je me souviens d'avoir entendu un homme crier dans la foule 'Les pédés, ça reste les pédés !', et qui a été applaudi par une vingtaine de personnes.

Guillaume Laroze, ancien militant FN
à franceinfo
Dans la foulée, Florian Philippot avait réagi à la polémique sur France 5 : "Je lui ai dit : 'Si tu as des nom de gens au Front national qui t'ont insulté, tu me les donnes tout de suite'. J'attends toujours." Les cadres frontistes assurent en choeur qu'il n'y a aucun problème sur ce sujet. 

 "Il y a des homophobes partout", concède bien Sébastien Chenu, "mais il y en a sûrement moins au FN qu'à l'UMP", ajoute celui dont l'arrivée au FN en provenance de l'UMP avait pourtant "largement fait tousser les franges les plus conservatrices du Front", rappelle Libération.

Concernant les insultes, subies notamment par Guillaume Laroze, Sébastien Chenu rétorque : "Mais qu'il dépose plainte !" Une réponse qui ne colle pas avec la version de l'ancien militant : "Devant les insultes homophobes, on me disait qu'il ne fallait pas faire de vagues, ne pas attirer les projecteurs."
Dans la vie, à un moment, quand t'es gay, tu peux rencontrer un connard qui te traite de pédé, ça arrive et c'est scandaleux, mais le combat contre la connerie n'a pas de fin.
Sébastien Chenu, délégué national du Rassemblement bleu Marine
à franceinfo
Un témoignage qui n'est pas isolé. "Les réunions et les repas sont le lieu de plaisanteries ou d’aveux décomplexés sur la détestation des homosexuels et des Arabes des uns, la nostalgie du régime nazi des autres", racontait déjà en 2013 à La Dépêche du Midi un couple d'anciens militants du FN en Haute-Garonne. 

Dans le documentaire La tentation du FN, les nouveaux électeurs de Marine Le Pen, Matthieu Chartraire, le Mister Gay 2015 du magazine Têtu, explique pourquoi il a rendu sa carte : "Je rencontre un responsable du parti (...) qui me pose quelques questions et qui me donne son ressenti : 'Oui, mais moi je trouve qu'il y a trop d'homosexuels au Front national'."

"Des prises de position pas très 'gay friendly'"

Le malaise qui existe autour des homosexuels et du Front national peut aussi s'expliquer par les différences de fond qui perdurent au sein du parti. Pour faire tenir le tout, Marine Le Pen a choisi de reléguer les questions clivantes au second plan. "Je pense qu'elle a amené un changement idéologique avec une volonté de neutralité sur les questions de société, pour se concentrer sur l'économique et le social", explique David Masson-Weyl.

Lors du débat autour de la loi du mariage pour tous, Marine Le Pen laisse ainsi certains de ses lieutenants défiler dans les cortèges de la Manif pour tous, tandis qu'elle se tient en retrait et dénonce un "piège" tendu par François Hollande.

 La présidente du FN choisit d'esquiver le débat, et prend le risque de laisser sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen, prendre la lumière en incarnant l'opposition frontiste à cette réforme.
Marion Maréchal-Le Pen, entourée de Louis Aliot et Gilbert Collard, lors d\'une manifestation à Paris pour l\'abrogation de la loi Taubira, le 16 octobre 2016.
Marion Maréchal-Le Pen, entourée de Louis Aliot et Gilbert Collard, lors d'une manifestation à Paris pour l'abrogation de la loi Taubira, le 16 octobre 2016. (XAVIER POPY / REA)
La députée du Vaucluse se fait alors applaudir à la Manif pour tous, et joue la carte de la défense des valeurs familiales traditionnelles, en phase avec une partie de la base historique de son mouvement. La petite fille de Jean-Marie Le Pen n'hésite pas non plus à choquer en évoquant le risque de la légalisation de la polygamie pour critiquer le mariage entre homosexuels.

 Les cadres homosexuels de son parti ne sont pas toujours à l'aise avec ses propos, mais jouent l'apaisement. "Marion Maréchal Le Pen n'a pas tenu de propos homophobes, elle a juste des prises de position pas très 'gay friendly'", concède du bout des lèvres Sébastien Chenu.

Les deux jambes d'un même parti

Cette séquence de la Manif pour tous laisse quand même des traces, et donne le sentiment qu'il existe deux lignes au Front national : celle incarnée par Florian Philippot, plus ouverte sur les questions de société, et celle portée par Marion Maréchal-Le Pen, bien plus conservatrice. 

Sans que cela ne pose réellement de problèmes à Marine Le Pen, "la stratégie restant de s'adresser au plus grand nombre, à un électorat qui vient à la fois de la droite et de la gauche", analyse Valérie Igounet, auteure de plusieurs livres sur l'histoire du FN.
Marion Maréchal-Le Pen et Florian Philippot, le 4 janvier 2017 à Paris.
Marion Maréchal-Le Pen et Florian Philippot, le 4 janvier 2017 à Paris. (CHAMUSSY / SIPA)
La présidente du FN tente ainsi de concilier les différences pour faire marcher son parti sur ses deux jambes. Une stratégie qui se retrouve dans son programme, avec l'opposition à la GPA (gestation pour autrui) et à la PMA (procréation médicalement assistée) pour les couples de femmes, et le remplacement de la loi Taubira, "sans effet rétroactif", par un Pacs amélioré. "En gros, il s'agit d'un contrat d'union civile avec exactement les mêmes droits, mais qui ne s'appelle pas 'mariage'", explique Sébastien Chenu. 

Un compromis qui a été trouvé pour satisfaire les différentes sensibilités du parti.

Les cadres frontistes nient ainsi farouchement l'existence de ces deux lignes et préfèrent parler de "sensibilités". "Ils affichent une unité de façade en se réfugiant derrière leur programme, estime Valérie Igounet, mais on sent bien que c'est un bloc qui peut se fissurer, le fil est ténu et ils font tout pour qu'il tienne jusqu'à la présidentielle."

Une cohabitation difficile

La cohabitation entre les deux courants n'est d'ailleurs pas toujours évidente. Au moment des débats sur le mariage pour tous, Florian Philippot souhaite éviter le sujet, et déclare que le débat est aussi intéressant que la "culture du bonsaï". Une affirmation qui irrite plusieurs cadres du FN, qui tiennent à manifester leur opposition farouche à la loi. "[Il a le] droit de parler à la communauté gay, légitime aussi que FN défende la famille contre Taubira et GPA", s'énerve sur Twitter un secrétaire 
départemental FN de la Sarthe. De même, quand le compte Twitter de la section FN de Sciences Po adresse un message de soutien à la Gay Pride, la réaction est épidermique chez de nombreux cadres traditionalistes du parti, comme le détaille Libération.


A l'automne dernier, c'est l'existence de ces deux lignes qui a poussé Guillaume Laroze à claquer la porte : "Quand j'entendais Marion Maréchal dire certaines choses, parfois j'avais honte. Je ne supportais plus d'avoir ma carte dans le même parti." Le jeune homme de 19 ans a désormais rejoint le camp de Jean-Luc Mélenchon. 

Il estime avoir été trompé par les partisans de Florian Philippot qui lui ont vendu l'illusion d'une scission avec la ligne conservatrice du FN : "Je regrette. En rejoignant le Front national, je me suis mis des amis et des gens de ma famille à dos, ça m'a fait beaucoup de tort."
J'ai l’impression d'avoir été un peu berné, d'avoir servi de totem pour une cause qui finalement n'était pas la mienne.


Guillaume Laroze, ancien militant FN
à franceinfo

Source:   http://www.francetvinfo.fr/politique/marine-le-pen/