Google+ Badge

jeudi 9 février 2017

LU, VU ET ENTENDU ! TRIBUNE LIBRE !


9 février 2017



14451-100249746
Invitée mardi 7 février sur France Inter, la philosophe Badinter a évoqué son malaise quant au traitement de l’affaire Fillon, évoquant sa détestation des « chasses à courre ». Interrogée sur les résultats de la primaire socialiste, et la vision différente de la laïcité portée par Manuel Valls et Benoît Hamon, elle a rappelé que, pour elle, « il n’y a pas deux visions de la laïcité, il n’y en a qu’une ».
Autre sujet qui va lui permettre de laisser libre cours à son franc-parler : la gauche.

Plus précisément la gauche de Benoît Hamon et son rapport à la laïcité. Manuel Valls avait tenté d’en faire un argument de campagne lors de la primaire, sans grand succès. 

« Il n’y a pas deux visions de la laïcité, il n’y en a qu’une.

Celle qui a été assise par la loi de 1905. 

Mais on est en train d’inventer des laïcités ouvertes, des laïcités positives qui ne sont plus de la laïcité (…). 

On ne doit pas dépasser les bornes de la loi de 1905 mais par ailleurs il faudrait aussi la faire respecter », pose-t-elle en propos introductif.
Quant à son regard sur le candidat du revenu universel, la philosophe n’est pas tendre :
« Il y a une partie de la gauche, dont probablement Benoît Hamon fait partie, qui considère que la laïcité, c’est quasiment du racisme ou de l’islamophobie

Cette gauche là n’a pas une conception classique de la laïcité. »
Elisabeth Badinter a le mérite de la constance, d’interroger la société sur les tensions qui la traversent.

Elle rappelle d’ailleurs son combat : « Mon objectif est de manifester de la solidarité aux femmes qui ne veulent pas se plier aux canons islamiques. (…)

 Le port du voile ça peut-être une liberté ou un asservissement, c’est ressenti comme cela par beaucoup de femmes.

Elles ressentent une forte pression, elles sont persécutées ou harcelées. »
via http://www.fdesouche.com/820237-elisabeth-badinter-une-partie-de-la-gauche-considere-que-la-laicite-cest-du-racisme



ET AUSSI




eric-zemmour

Eric Zemmour : « Le spectre des émeutes de 2005 hante la présidentielle »


09/02/2017 – FRANCE (NOVOpress) : « On avait dit pourtant qu’on n’en parlerait pas. Qu’on ne parlerait pas de banlieues, d’intégration, d’islam. 

Pas de politique de la ville, pas d’immigration, pas de frontières, pas d’identité, non. 

Tout cela, c’était bon pour Trump ou pour les partisans du Brexit, mais pas de ça chez nous », entame Eric Zemmour. 

En fait, « la banlieue et son cortège d’angoisses identitaires était le passager clandestin de la présidentielle ».
Mais avec l’affaire d’Aulnay-sous-Bois, « le passager clandestin est sorti brutalement de la soute où on le confinait », de sorte que « le spectre des émeutes de 2005 hante désormais la présidentielle de 2017 ».
« Aulnay, Sevran, Montfermeil, Blanc-Mesnil, Villepinte, Tremblay, Clichy-sous-Bois, se sont déjà embrasées, et les nuits prochaines seront longues », ajoute-t-il, avec cette précision :
« Sur les réseaux sociaux, les activistes de Nuit Debout et les jeunes communistes ont pris les choses en mains et les associations musulmanes sont sur le pont. Avec un slogan tout trouvé : “Pas de justice, pas de paix“. »
« Les policiers de la BAC, révèle-t-il, ont dû tirer en l’air, à balles réelles, pour échapper à une cinquantaine de jeunes gens qui voulaient leur faire la peau. 

Une première, qui en annonce d’autres, sans doute. »


Pour Eric Zemmour, qui s’exprimait dans le cadre de sa chronique bi-hebdomadaire sur RTL, « cette violence, cette fureur, cette montée des périls, c’était justement ce que voulaient occulter tous les protagonistes de l’élection présidentielle ». 

Mais, conclut-il, citant Lénine : « Les faits sont têtus. »