Google+ Badge

mercredi 4 janvier 2017

OUMMALOC, LE SITE COMMUNAUTARISTE ET L' ISLAMISATION DE LA FRANCE !

Journal du mardi 3 janvier 2017 : 

Société / Oummaloc : un site de location communautaire musulman

Les titres : Société / Oummaloc : un site de location communautaire – Finances / Budget : les nouveautés 2017 – Economie / La France vieillit – Social / La CFDT bientôt syndicat numéro 1 !

Société / Oummaloc : un site de location communautaire

Les musulmans en France s’organisent pour les vacances. Oummaloc est le premier site web de locations d’hébergements communautaires réservé aux musulmans. Explications Thibault Bastide
Trouver un hébergement en accord avec les valeurs musulmanes ! 

Tel est l’objet d’Oummaloc, le premier site web d’hébergement communautaire entre particuliers musulmans. La plateforme met en relation les hébergeurs avec les voyageurs cherchant à la fois un logement pas cher, sécurisant et facile à réserver. 
L’équipe du site insiste également sur le fait de trouver un endroit correspondant à leurs attentes, notamment avoir un lieu où prier sereinement et proche des commerces halal. Le site met en exergue ses valeurs et bonnes pratiques parmi lesquelles figurent le respect, la confiance, la sécurité, la fiabilité et l’honnêteté. 
En quelques clics, l’internaute pourra poster ses photos, gérer ses prix, son calendrier, télécharger devis et contrats, pour louer ou sous louer comme un professionnel. Il pourra même indiquer si son logement est réservé aux hommes ou aux femmes.

 Pour l’économiste Philippe Herlin, ce site témoigne d’une islamisation de la société française.

De son côté, le démographe Jean-Paul Gourévitch pointe l’aspect discriminatoire d’Oummaloc.

Nous avons également joint Maître Jérôme Triomphe, avocat au Barreau de Paris. Pour lui, Oummaloc ne respecte pas le droit français.

Finances / Budget : les nouveautés 2017

Dernier budget du quinquennat Hollande ! Le 12 décembre dernier, la majorité a voté le projet de loi de finances pour 2017. Tour d’horizon des principales mesures d’un texte basé sur une hypothèse de croissance bien optimiste de 1,5 %. 
D’autant que le budget est déficitaire de 70 milliards d’euros et près de 13 milliards de dépenses ne sont pas financées. Olivier Frèrejacques
Un budget clientéliste pour finir le quinquennat. Première mesure phare, pour aider Manuel Valls à lancer sa campagne, François Hollande a décidé d’avancer une baisse d’un milliard d’euros de l’impôt sur le revenu de septembre à janvier prochain. 5 millions de Français sont concernés. Une idée pas forcément porteuse puisque son ancien premier ministre reste derrière Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon en terme d’opinions favorables. Le prélèvement à la source est l’autre grande nouveauté du budget. 

A partir du 1er janvier 2018 et si le prochain gouvernement ne revient pas dessus, l’impôt sera calculé sur les revenus de l’année en cours, non plus ceux de l’année précédente. Il sera prélevé directement sur les salaires ou les pensions de retraite. Pour l’association Contribuables associés, cette réforme permettra à l’Etat d’augmenter plus facilement l’impôt comme ce qui s’était passé avec la CSG des salariés multipliée par 7 en 7 ans dans les années 90.

Les députés ont par ailleurs créé la taxe Google, du nom du géant du web, pour renforcer la taxation des bénéfices détournés par les grands groupes sur leur activité réalisée en France. Le gouvernement y était opposé pourtant les pratiques fiscales des multinationales coûtent chaque année aux Etats jusqu’à 240 milliards de dollars. Toujours concernant les entreprises, l’impôt sur les sociétés doit être ramené de 33 à 28 % pour toutes les entreprises en 2020. Concernant la distribution d’actions gratuites aux salariés, l’abattement reste en vigueur mais jusqu’à un plafond de 300 000 euros par an. Au-delà, les gains seront imposés selon le barème de l’impôt sur le revenu.


Et pour renforcer le dumping social, le gouvernement a porté à 8 ans au lieu de 5, l’exonération d’impôt sur le revenu sur la “prime d’impatriation” des travailleurs étrangers, en moyenne 30 % de leur salaire. Enfin, le taux de la taxe sur les transactions financières est porté de 0,2 à 0,3 %. Les 540 millions d’euros attendus, seront affectés au budget de l’aide publique au développement et à financer la baisse de la CSG pour les retraités modestes. Quoi qu’il en soit, ce budget est déficitaire de 70 milliards d’euros et 12 ou 13 milliards de dépenses ne sont pas financées. Le prochain gouvernement aura du pain sur la planche.

Economie / La France vieillit

La France vieillit ! Le nombre de personnes dépendantes devrait exploser au cours des prochaines années et cela inquiète les agences de notation qui parlent d’une possible faillite de l’Etat providence. Natasha Koenigsberg

On oublie vite ce genre de choses, mais pendant des mois, les journaux faisaient leurs gros titres sur les difficultés que rencontraient certains pays européens pour emprunter de l’argent.. Au bout du compte, L’Italie, le Portugal, l’Espagne empruntaient mais à des taux prohibitifs, 5, 6, 7 % et parfois plus encore…. il leur a fallu aussi faire les poches du Fonds Monétaire Européen, et du fonds européen de stabilité financière, pour boucler leurs fins de mois. 
La Grèce est un cas à part, ce sont les pays européens eux-mêmes qui ont du lui prêter de l’argent pour sauver l’Euro de l’explosion, plus personne ne voulant prêter un centime à Athènes.
Pourquoi ces pays ont eu tant de mal pour emprunter à une époque ? A cause de leur note.. note donnée par les agences de notation.. et qui reflétait l’état de santé de leur économie… plus cette note était mauvaise, plus les investisseurs se détournaient d’eux… ou bien acceptaient de prêter mais avec des primes de risques colossales à la clef.
C’est la menace qui pèse aujourd’hui sur la France : d’après une étude de l’agence Standard & Poor’s, l’une des 3 agences qui évaluent les grandes entreprises mondiales mais aussi les Etats, le vieillissement de la population française va coûter très cher aux finances publiques…
On estime en effet qu’en 2040… 44 % de la population française sera dépendante de la solidarité nationale, contre seulement 28 % aujourd’hui.. .. dans le même temps, la part d’actifs dans la population va continuer à chuter… il n’y aurait plus que 56 % de Français pour faire “tourner la machine” en 2050…
Conséquence, si rien n’est fait pour changer la donne, la dette publique pourrait exploser et atteindre 166 % en 2050. Mais tout cela n’est évidemment que de la théorie : jamais les bailleurs de fonds de la France ne la laisseront s’endetter autant… Résultat : les prochains gouvernements aux affaires vont devoir réellement s’attaquer à cet épineux problème du vieillissement de la population et de l’explosion des dépenses de santé et de solidarité, tant qu’il est encore temps…. la réforme, voire, la suppression des régimes spéciaux n’est qu’une étape… il faudra sans doute tailler dans les pensions de retraite des plus aisés…
L’autre solution, préconisée par le FMI, est l’accueil massif d’immigrants jeunes, afin d’augmenter la part d’actifs dans la population.. Problème : 10 migrants ne donnent pas 10 actifs mais statistiquement, 4 actifs… le plus souvent payés au SMIC, pour 6 dépendants…

Social / La CFDT bientôt syndicat numéro 1 !

La CFDT en passe de devenir le premier syndicat de France ! A la faveur des élections des représentants des Très Petites Entreprises, le syndicat social réformateur, proche des socialistes, pourrait dépasser la CGT. Floriane Jeannin

C’est une élection peu médiatisée mais importante : le vote pour les représentants des Très Petites Entreprises, les TPE, pourrait consacrer la CFDT comme premier syndicat de France. Ce scrutin rassemble plus de 4,5 millions d’électeurs travaillant pour un particulier ou dans une entreprise de moins de 11 salariés. Les syndicats en lice sont tous de gauche, allant de la modérée CFTC aux anarchistes extrémistes de la CNT. Les travailleurs de droite n’auront donc aucun représentant !
Mais l’enjeu de ces élections est ailleurs : il concerne la place du premier syndicat de France et à ce petit jeu c’est la CFDT qui devrait l’emporter. Face à une CGT en constante perte de vitesse notamment avec le déclin du Parti Communiste mais aussi avec l’émergence d’une mouvance sociale-progressiste au Parti Socialiste incarnée parfaitement par Emmanuel Macron et dans une moindre mesure par Manuel Valls et François Hollande.
Dès le mois de mars, le nouveau calcul de la représentativité des grands syndicats nationaux devrait mettre un terme à l’hégémonie de la CGT mais avec cette élection la CFDT pourrait déjà s’affirmer comme première puissance syndicale nationale.


Ce bouleversement ne doit rien au hasard et s’inscrit dans un mouvement de fonds d’une profonde mutation de la gauche et du noyautage de la CFDT par le Parti Socialiste. L’ancien secrétaire général de la centrale syndicale François Chérèque décédé le 2 janvier incarnait idéalement ce changement : président du conseil d’administration du Think Tank Tera Nova : machine à penser des socialistes, il était, à l’instar de ses camarades favorables aux différentes mesures proposées par les gouvernements successifs alliant une certaine forme de libéralisme et des éléments sociétaux comme la défense des minorités ethniques ou sexuelles.


En novembre déjà, l’avènement du syndicat étudiant la FAGE, social progressiste, devant l’UNEF réputé plus gauchiste marquait la fin d’une époque. Le paysage syndical français connaît un changement historique depuis l’après guerre. 

En rupture avec le marxisme syndical, l’avènement de la CFDT n’est cependant pas forcément une bonne nouvelle pour la libre entreprise et les libertés économiques. 
D’apparence moins sectaire que ses voisins de la CGT, la CFDT est profondément marquée par le progressisme socialiste, proche d’un certain patronat et des élites sorties de l’ENA, attachée à la défense des travailleurs étrangers et des minorités au détriment des travailleurs français… 
De là à faire regrette la CGT il n’y a qu’un pas…

L’actualité en bref

-Le tireur présumé de l’attentat d’Istanbul identifié. Il s’agirait de Iakhe Mashrapov, un individu de 28 ans d’origine kirghize. L’information aurait été confirmée par les autorités turques après la découverte d’empreintes digitales. 16 personnes ont également été placées en garde à vue. L’attentat, revendiqué par l’Etat Islamique, avait fait 39 morts dans une discothèque d’Istanbul le soir du nouvel an.
-Un Brexit à l’italienne ! Le président de l’Institut économique allemand, Clemens Fuest, estime que si le niveau de vie italien n’augmente pas, le pays pourrait sortir de la Zone euro. La dette publique italienne a atteint 133 % du Produit Intérieur Brut en 2016, contre 129 % en 2013. La semaine dernière, un plan de sauvetage de 8,8 milliards d’euros a été demandé par la Banque centrale afin de secourir la banque Monte dei Paschi de Sienne. Des aides pourraient être attribuées par l’Union européenne.

-Démissions en cascade à l’Education nationale. Le nombre d’enseignants stagiaires démissionnaires a fortement augmenté depuis 2012, triplant dans le primaire et doublant dans le secondaire. Une tendance qui se confirme également chez les enseignants titulaires avec une augmentation de 50 % en 4 ans. La décrédibilisation du métier, le manque de rémunération ou encore la mauvaise répartition des enseignants dans les académies pourraient expliquer ce phénomène.

-La campagne présidentielle n’est pas encore officiellement lancée mais la bataille a déjà bien démarré. Le nouveau film “Chez nous” de Lucas Belvaux, en référence au slogan “on est chez nous” scandé par les militants du Front National, créé la polémique. Pour les cadres du parti à la flamme, il s’agit d’une opération de propagande financée par le contribuable. 
La comédienne Catherine Jacob, qui incarne Marine Le Pen, estime pour sa part que ce film est “un petit service rendu au système”. Un film militant à paraître en mars dans les salles obscures…

-La France perd un géant ! Jean Vuarnet, champion olympique de descente en 1960 et fondateur de la station de ski d’Avoriaz, s’est éteint lundi à l’âge de 83 ans des suites d’un accident vasculaire cérébral. Le 22 février 1960, lors des jeux d’hiver de Squaw Valley aux Etats-Unis, Jean Vuarnet était devenu le premier champion olympique sacré sur skis métalliques.

C’est la fin de notre édition. Dans un instant, retrouvez un nouvel épisode de La petite histoire. En ces temps troublés d’islamisation et d’attentats terroristes, nos médias et nos intellectuels se font un devoir de dissocier l’islam et le terrorisme, les musulmans “modérés” et les musulmans “radicaux”, la religion et la violence… Christopher Lannes présente les fondements de la loi islamique et les origines de l’islam. Des origines marquées par la violence et les conquêtes, constituant l’ADN d’une religion irréformable et indiscutable.

 Hier  soir dans “Passé-Présent”, Philippe Conrad évoquera Winston Churchill avec André Posokhow.

 source:   Tvliberté