Google+ Badge

lundi 9 janvier 2017

LES BRETONS FACE AU GRAND REMPLACEMENT ?


Bretagne. 

Le taux de prénoms d’origine musulmane par département explose


prenomsmusulmans
09/01/2017 – 08H30 Rennes (Breizh-info.com) – 

 Le site Fdesouche.com a publié ces derniers jours une étude exclusive à propos du taux de prénoms musulmans par département en France.



Pour la Bretagne sur l’année 2016, ils vont de 4 à 8% en fonction du département. 


Explications sur la méthode et les chiffres


 Chaque début d’année, l’INSEE publie les chiffres de l’état-civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en France depuis 1900. Le site Fdesouche explique la méthodologie employée :
« Il a été nécessaire de créer de toutes pièces un « référentiel » des prénoms musulmans. 

 Si le Coran indique que le prénom du musulman consiste en « une marque distinctive nécessaire pour faciliter la communication entre son porteur et les autres », pas évident de les identifier parmi les 31000 prénoms de la base de l’INSEE…

Plusieurs listings disponibles sur les sites communautaires suivants ont été passés au crible : www.halalbook.fr, www.prenommusulmanrare.com, www.pageshallal.com, www.katibin.fr.

Un référentiel des étudiants du monde, par pays d’origine www.studentsoftheworld.info a également été utilisé. 
 Certains prénoms, bien que très populaires dans la communauté musulmane, peuvent parfois être attribués à des enfants non musulmans. 
Il a été pris la décision de ne qualifier de prénom musulman que les prénoms qui n’induisent AUCUNE AMBIGUÏTE sur la question. 

Les chiffres présentés par la suite sont donc nettement modérés au regard de la réalité.


Exemples de prénoms de filles non catégorisés musulmans : Sarah, Ines, Lina, Sofia, Sabrina, Lydia, Selma, Camelia, Célia, Lisa, Myriam et autres Lilia, exemples chez les garçons : Adam, Aaron, Abel, Eden, Adem, Ismael, Elyes, Liam et de nombreux prénoms à origine hébraïque.

Cette ambigüité plus importante sur les prénoms de fille est vérifiée sur le fait que les garçons portant un « prénom musulman » représentent plus de 55% de l’échantillon, contre 51% pour les prénoms « non musulmans » (oui, 1% de spermatozoïdes sont sexistes).

NB : Une liste des 100 prénoms musulmans les plus populaires est présentée en fin de document.»

8,3% en Loire-Atlantique en 2016

Selon cette méthodologie, il en résulte qu’en Bretagne :

En 1996, dans le Morbihan, le taux d’octroi de prénom musulman était de 0,1%, de 0,3% dans les Côtes d’Armor, de 0,7% en Ille et Vilaine, de 0,9% en Finistère, et de 1,3% en Loire-Atlantique.

Vingt ans plus tard, on note un profond changement, puisque ce taux d’octroi grimpe à 4,4% dans le Morbihan, à 5,4% dans le Finistère, 5,9% dans les Côtes d’Armor, et même à 8% en Ille et Vilaine et à 8,3″% en Loire-Atlantique.

Des chiffres en augmentation donc, qui n’atteignent toutefois pas les « records » de banlieue parisienne : ainsi, en Seine St Denis par exemple, ce chiffre atteint 42%.


Exemples de prénoms musulmans retenus pour l’étude (principaux effectifs en nombre de naissances 2015):

MOHAMED, YOUNES, IMRAN, RAYAN, ASSIA, INAYA, MANEL, AYA, MEHDI, YASMINE, IBRAHIM, ISSA, YOUSSEF, NAEL, AMINE, AYOUB, NOUR, NAHIL, AMIR, SOAN, WASSIM, BILAL, SOHAN, ASMA, TESSA, MARYAM, ALI, NASSIM, KENZA, ANAS, FARES, HAMZA, YASSINE, ZAKARIA, SANA, AYDEN, AYMEN, AHMED, AMINA, LEILA, MELLINA, NORA, IZIA, SAFA, MERYEM, HANNA, YUNA, KAIS, MOHAMMED, IMRANE, WAEL, IDRISS, NEYLA, RAYANE, FATIMA, SOFIANE, TASNIM, NAHEL, AMIRA, TESS, ANIS, MARWA, DJIBRIL, NAWEL, MOUSSA, YACINE, KHADIJA, MERIEM, SAMI, ISMAIL, HANAE, MARIAM, ALIYAH, SOUMAYA, CHAHINE, ISRA, SHANA, HIND, OMAR, NORAH, HAROUN, MAISSA, SOULEYMANE, ABDALLAH, HAYDEN, MALAK, ELIF, ISSAM, WALID, NAYLA, HANA, SANAA, ANISSA, HAFSA, FATOUMATA, EMNA, AISHA, ISHAQ
Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2017 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine


ET AUSSI

 
La France est le pays le plus envahi d’Europe : plus du quart de la population ..

En 2008, plus d’un quart (26,6 %) de la population de France n’était pas française. C’était alors le plus haut taux d’Europe devant la Suède (25,8 %), l’Autriche (25,3 %), le Royaume-Uni (24,4 %), les Pays-Bas (23,5 %) et l’Allemagne (21,9 %).
<br />