Google+ Badge

mercredi 25 janvier 2017

LES AGRESSIONS ANTIFAS ! SILENCE DES AUTORITÉS ?


Lille. Laurent Obertone dénonce la collusion entre Les Inrocks et les antifas 


les_inrocks
25/01/2017 – 06H00 Lille (Breizh-info.com) –

 Des militants « antifascistes » lillois ont tenté de s’en prendre physiquement et à plusieurs reprises à Laurent Obertone, samedi 21 janvier 2016, alors que ce dernier donnait une dédicace au café Librairie Humeurs noires, puis, plus tard, à son hôtel.  

Rien de bien « neuf » sous le soleil, les antifascistes tentant régulièrement de s’en prendre à cet écrivain – et plus globalement aux auteurs et au personnel des éditions Ring.

Toutefois, l’auteur de « la France Orange Mécanique » s’est intéressé au traitement médiatique de cette enfarinade  et de cette agression ratée . 

En effet, dans les heures qui ont suivi, le seul média à évoquer l’affaire – tout en retouchant plusieurs fois l’article – fût Les Inrocks, sous la plume du dénommé Cyril Castelliti

A l’heure où nous écrivons ces lignes (mardi 24 janvier), la Voix du Nord vient également de publier un article paru lundi 23 janvier au soir.


Selon lui, l’article particulièrement emphatique vis à vis de l’extrême gauche lilloise – comme le furent d’ailleurs plusieurs articles du même auteur qui ne se focalise de manière quasi obsessionnelle que sur le même sujet – « les Inrocks de Pierre Siankowski et David Doucet, financés par le richissime Matthieu Pigasse, ont été piégés par leur « journaliste » Cyril Castelliti, alias Kapsy Katrik, militant antifa, qui admet avoir infiltré les médias.»

Laurent Obertone de s’interroger : « Même si l’on est habitué au journalisme partisan, on s’interroge immédiatement : pourquoi laisser croire à un événement anodin ? 

Pourquoi ne pas donner la parole au libraire ? 
Pourquoi décrire des faits qui n’existent pas (je n’ai pas reçu un gramme de farine) ? 
Pourquoi, même de la part des Inrocks, adversaire acharné des éditions Ring*, autant de mansuétude vis-à-vis des casseurs ? 
Enfin comment se fait-il que Cyril Castelliti se trouvait avec cette horde ? ».

Cyril Castelliti dit Kapsy Katrik, militant antifa

« Réponse simple : il en fait partie. L’individu tient plusieurs comptes Facebook, dont celui de « Kapsy Katrik », où il se vante auprès d’antifas d’être « infiltré dans le monde des médias ». 

Précisément, il a fait l’École supérieure de journalisme de Lille, a travaillé pour Libération, Vice, et les Inrocks. 
Par ailleurs il fréquente ou aime Réponse Aux Racistes, Jeunes 13 NRV, Action Antifasciste Marseille, Banlieue Paris, Mouvement Anarchiste Révolutionnaire, Antifa Marseille 1899, Mouvement Inter Luttes indépendant, Antifa International, Autonome Aktion France, pour la plupart des groupes violents revendiqués. 

Antiflic à tendance antisioniste, quantité de photos et de publications démontrent son appartenance au milieu antifa, auprès duquel il revendique ses articles « officiels ». 

Une fois de trop, il aura voulu faire de la pub à ses potes. 
Cette double identité semble d’ailleurs connue par ses camarades militants. 
Mais le milieu journalistique est-il au courant ? 
Ses publications sous pseudo antifa sont en tout cas « aimées » par un journaliste de France Inter, par un ancien de Mediapart…»

antifa_cyril


Les likes Facebook du journaliste :
« Les Inrocks sont ils au courant du militantisme de leur journaliste ?« , s’interroge l’un des auteurs les plus vendus en France avant d’affirmer : « Quoi qu’il en soit, Pigasse ne peut plus financer ça, et les Inrocks n’ont pas le choix : soit ils virent ce militant infiltré, chargé de com’ des antifas, soit ils assument être l’organe officiel de la mouvance, et rémunérer des militants antifas actifs. Même chose pour tous ceux qui oseront le publier désormais. 
Alors, le restant de crédibilité, ou la solidarité no pasaran ?»

Et de conclure : « Bien sûr, nous ne sommes pas dupes : les Inrocks sont une machine militante, fonctionnant à la calomnie. 
Mais ça commence tout de même à se voir beaucoup trop. Et leur illusion de respectabilité / déontologie / crédibilité, que n’ont jamais su racheter Pigasse ni les subventions publiques (ce n’est pas faute d’avoir mis les moyens), pourrait bien disparaître à jamais. Avec cartes de presses et subventions…L’enfariné n’est pas celui qu’on croit.».

Nous avons tenté de joindre David Doucet, rédacteur en chef des Inrocks, afin de recueillir son opinion  quant aux positions de son journaliste. 
Ce dernier ne nous a pas rappelés malgré plusieurs messages laissés.

Marsault : « La prochaine fois, je rentrerai par la grande porte, manifestants antifas ou pas.»

Les éditions Ring sont actuellement victimes de leur succès grandissant auprès du grand public. 

Attaqués par les «antifas», dénoncés fréquemment par la presse subventionnée – comme Libération – que l’on surprend à dénoncer des livres comme au temps de l’Inquisition, ses auteurs n’entendent toutefois pas se laisser intimider. 
Et cela malgré le peu de cas que semblent faire les autorités concernant ces menaces, ces agressions, et ces dégradations comme encore récemment à Paris.

Ainsi, Marsault, a-t-il communiqué lundi 23 janvier à propos de l’annulation d’une de ses dédicaces en raison de menaces faites à l’encontre …d’un libraire :
En perte de vitesse et dans l’incapacité de débattre et de produire un projet de société qui séduit les foules, l’extrême gauche « antifasciste » se contente aujourd’hui de s’en prendre à des écrivains, à des conférenciers (comme elle tente de le faire pour la venue de Jean-Yves Le Gallou à Nantes et à Quimper les 3 et 4 février prochain) et plus globalement à tous ceux qui ne partageraient pas leur vision du monde extrêmement binaire.

Ci-dessous, l’agression d’une jeune femme en Espagne, intervenue le week-end dernier. 

Cette dernière était « suspectée » par les antifascistes qui l’ont courageusement tabassée d’être une militante nationaliste en raison de son look.


Vidéo:   http://www.breizh-info.com/2017/01/25/60328/ 


Photo :DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine