Google+ Badge

lundi 2 janvier 2017

LE PARTI DE LA FRANCE ! QUI EST CARL LANG ? RAPPEL !

********************************************************
MAIS QUI EST CARL LANG ?

Carl Lang (homme politique)


Carl Lang
Carl Lang en 2009.
Carl Lang en 2009.
Fonctions
Député européen
20 juillet 1994 – 20 juillet 2009
Élection 12 juin 1994
Réélection 13 juin 1999
13 juin 2004
Législature 4e5e et 6e
Conseiller régional de Haute-Normandie
20 mars 1986 – 21 mars 1992
Élection 16 mars 1986
Biographie
Date de naissance 20 septembre 1957 (57 ans)
Lieu de naissance Vernon (Eure)
Nationalité Française
Parti politique Front national (1978-2008)
Parti de la France (depuis 2009)
Profession Masseur kinésithérapeute
Carl Lang, né le 20 septembre 1957 à Vernon1 (Eure), est un homme politique français

Après avoir milité au Front national pendant trente ans (de 1978 à 2008), il crée en février 2009 le Parti de la France (PDF).




Biographie

Jeunesse

Carl Lang est titulaire d'un diplôme d'État de masseur kinésithérapeute.

Au Front national

Carl Lang est, durant trois mandats, de 1994 à 2009, député européen du Front national, membre du groupeIdentité, tradition, souveraineté (ITS) au Parlement européen.
Candidat à la députation dans la 20e circonscription du Nord en 2002, il recueille 18,66 % des voix au premier tour, mais ne peut se maintenir au second2. Lors des élections législatives de 2007, il obtient 11,60 % des voix dans la23e circonscription du Nord3.
Le 17 novembre 2008, Carl Lang est suspendu du FN par le bureau exécutif. Il se présentait aux élections européennes contre Marine Le Pen, « parachutée » dans sa région4.


Au Parti de la France

 

 

Le 23 février 2009, il crée le Parti de la France (PDF), ralliant à lui des historiques du Front national comme Martial BildMartine LehideuxBernard Antony, Pierre Descaves, Jean-Claude Martinez, Jean Verdon, Fernand Le Rachinel, Myriam Baeckeroot, Christian Baeckeroot, ainsi qu'une quarantaine de conseillers régionaux.

 En vue des élections européennes de 2009, il décide de conduire une liste dissidente au FN, en réaction à la désignation de Marine Le Pen comme tête de liste pour la circonscription Nord-Ouest, dont il est le député sortant. 

Le 7 juin 2009, sa liste réalise 1,52 % des suffrages.
Carl Lang devant FR3 Limousin en novembre 2011.

Lors des élections régionales de mars 2010, le Parti de la France présentait des listes dans quatre régions : Haute Normandie (1,46 %), Basse Normandie (3,71 %), Picardie (2,02 %) et Centre (3,55 %). Il s'est associé dans deux autres régions, la Lorraine (3 %) et la Franche-Comté (2,46 %), aux listes « Non aux minarets » présentées par le Mouvement national républicain et la Nouvelle droite populaire. Le PdF a aussi soutenu la liste d'union des nationaux et des identitaires, la Ligue du Sud, de Jacques Bompard en PACA (2,69 %).

Le Parti de la France enregistre donc une moyenne approximative de 2,70 % des voix dans les quatre régions où il se présentait.
Le 13 septembre 2011, il annonce sa candidature à l'élection présidentielle de 20125, celle-ci présentée dans le cadre d'une coalition de partis de droite national, l'Union de la droite nationale (UDN), associant des membres du Parti de la France (PDF), du Mouvement national républicain (MNR), de la Nouvelle droite populaire (NDP), et soutenue par l'hebdomadaire Rivarol, de même que l'organisation des Jeunesses nationalistes (JN, groupement non électoral) et de l'Œuvre française.

 Il ne parvient pas à recueillir les 500 présentations d'élus nécessaires.

Dans le cadre des élections législatives de 2012, Carl Lang est candidat dans la cinquième circonscription de l'Eure, où il obtient 1,10 % des suffrages exprimés. 

Lors du second congrès du Parti de la France en février 2013, Carl Lang a été réélu président à l'unanimité.


Vie privée

Il est marié et a quatre enfants.

Synthèse des mandats

Responsabilités politiques au sein du Front national
  • Adhésion au Front national en 1978, après l'assassinat de François Duprat
  •  
  • Secrétaire fédéral du département de l’Eure (1978-1983)
  • Directeur de campagne de Jean-Marie Le Pen en 1983 pour l’élection municipale du 20e arrondissement de Paris
  •  
  • Directeur national du Front national de la jeunesse (FNJ) (1983-1986)
  • Secrétaire général du FN (1988-1995)
  • Vice-président chargé des Affaires sociales de 1995 à[Quand ?]
  • Délégué général du FN de décembre 1998 à novembre 1999
  • Secrétaire général du FN de novembre 1999 à octobre 2005
  •  
  • Vice-président du FN, membre du bureau exécutif
  • Élu au comité central en 1982
  • Réélu en 1985, 1990, 1994, 1997, 2000, 2003
  • Coopté au bureau politique en 1984
  • Élu au bureau politique en 1985, réélu en 1990, 1994, 1997, 2000, 2003
  •  
  • Membre du bureau exécutif du Front national
  •  
  •  
Aujourd'hui

Notes et références

  1.  Emmanuel RatierEncyclopédie politique française, Faits & Documents, Paris, 1992, 864 p. (ISBN 2-909-769-00-3)
  2.  Résultats officiels des législatives 2002 de la 20e circonscription du Nord [archive]
  3.  Résultats officiels des législatives 2007 de la 23e circonscription du Nord [archive]
  4.  
  5.  AFP, « Le FN suspend Lang et Martinez » [archive], Libération,‎ 17 novembre 2008 (consulté le 14 novembre 2010)
  6.  Le Figaro.fr [archive]
**********************************************************


CHARTE DE L'UNION
DE LA DROITE NATIONALE
Pour la défense et la promotion de nos identités, régionales, nationale et européenne. 
L'Union tient à affirmer sa volonté d'incarner le grand mouvement populaire de redressement national dont la France a besoin, en particulier en vue des échéances électorales à venir. 

Un mouvement ancré dans la fidélité à ses valeurs et à ses principes fondamentaux partagés par un nombre croissant de nos compatriotes. Mais aussi un mouvement conscient des réalités du XXIème siècle, ancré dans les traditions et tourné vers la modernité et l’avenir. 
L'Union s'organise sous la forme d'une confédération regroupant les mouvements, cercles, publications, associations et personnalités nationales qui adhèrent à la charte ci-dessous. 

Chaque composante de l'Union conserve, son identité et sa liberté. 


1- Rupture avec le mondialisme, mise en place d’un système de régulation commerciale et financière et de protection économique aux frontières de l’Europe afin d’organiser la ré- industrialisation de la France et la reconquête du marché européen. Affirmation des principes économiques de préférence régionale, nationale et européenne et d’autonomie dans les domaines stratégiques.

2- Défense du monde paysan, de la ruralité, de notre patrimoine naturel et de notre environnement.

3- Organisation du retour au pays des populations déracinées et refus de la colonisation migratoire de peuplement ainsi que du communautarisme, destructeurs de l’identité et de l’unité nationale.

4- Application de l’exclusivité nationale en matière de prestations sociales et familiales et de la préférence nationale et européenne pour le droit au travail et le logement.

5- Affirmation du principe d’acquisition de la nationalité par la filiation et suppression du droit du sol et de la double nationalité pour les non-européens. Déchéance de la nationalité pour les criminels d’origine étrangère et expulsion à l’issue de leurs peines.

6- Maintien des libertés individuelles de conscience et de religion mais refus de l'islamisation de notre société et rejet de la charia comme principe de vie collective.

7- Rétablissement de la sécurité des biens et des personnes, de la justice et de l'ordre sur l'ensemble du territoire national.

8- Renforcement des moyens de l'armée au service de la sécurité intérieure et extérieure et mise en place d’un service civique sous la forme d’une garde nationale.

9- Réforme des institutions et des politiques européennes au profit d’une Europe indépendante et puissante composée de nations souveraines et de peuples libres, fidèle à ses racines helléniques, latines et chrétiennes. 
Promotion de l’histoire de France, de la civilisation européenne et refus de toute repentance

10-Rétablissement des valeurs familiales et des principes fondateurs de notre civilisation, en particulier à l’école et dans le cadre de notre politique culturelle. Mise en place d’une grande politique familiale et nataliste.

11-Rétablissement de la libre communication des pensées et des opinions. Abolition des lois liberticides et anti-françaises.

12-Rendre la parole au peuple français par l’instauration effective de la démocratie directe: Inscription dans la Constitution du référendum d'initiative populaire et du référendum véto à tous les niveaux de décision (de la commune à l’Etat). 

Instauration du scrutin proportionnel intégral pour toutes les élections. .