Google+ Badge

vendredi 13 janvier 2017

LA GAUCHE A LA RECHERCHE DU VOTE MUSULMAN ???

3 janvier 2017



Hebergeur d'image

Depuis 1989 et l’affaire des collégiennes voilées de Creil, la laïcité s’est imposée comme un sujet de plus en plus clivant à gauche.

Alors que les électeurs de la primaire vont trancher entre la ligne ferme d’un Manuel Valls et celle libérale d’un Benoît Hamon expliquant que « la laïcité ne doit pas être un glaive contre les musulmans », le politologue et fondateur du Printemps républicain Laurent Bouvet donne sa vision de cette fracture idéologique et met en garde le PS contre la tentation de séduire un « vote musulman » conservateur. 


Entretien.
Le Point.fr : La gauche est-elle aujourd’hui profondément divisée sur la la ïcité en général, et l’islam en particulier ?
 
Laurent Bouvet : Ce clivage est présent depuis longtemps. Il y a toujours eu une gauche plus laïque qu’une autre. Regardez un Chevènement dans les années 70-80 par rapport à un Michel Rocard et, plus largement, aux chrétiens de gauche : la conception de la laïcité et le rapport à l’État sont différents.
Mais ce n’était pas un clivage qui divisait fortement la gauche. Au moment de la loi Savary, en 1984 aussi, une partie de la gauche y était opposée, estimant que l’école libre était légitime. Mais ce qu’on connaît depuis quelques années est totalement nouveau. Le clivage sur le catholicisme ne recoupe pas celui sur l’islam. 

Par rapport au catholicisme, reste majoritaire à gauche cette idée du combat, au nom du progressisme, contre le curé et l’Église sur le plan des mœurs, comme on l’a vu au moment du Mariage pour tous.
Mais il n’y a pas le même rejet du conservatisme de l’islam. C’est-à-dire que la gauche ne remet pas en cause, comme elle l’a fait avec Christine Boutin ou Civitas, des organisations ou personnalités musulmanes qui ont pourtant participé aux mouvements contre le Mariage pour tous, et surtout contre les ABCD de l’égalité.
Puisque l’islam est toujours vu comme une religion d’opprimés, l’islamisme n’est jamais vu comme un problème spécifique.
L’islam ne serait donc pas simplement perçu que comme une religion, un « opium du peuple » pour reprendre un terme marxiste…

C’est exactement ça. Le catholicisme, compte tenu de son histoire, est historiquement perçu comme un adversaire sur le plan des mœurs et de la morale, alors que l’islam n’est pas vu comme une religion dominante qui indiquerait le sens à donner à la vie de chacun.
 La gauche, dans sa majorité, conçoit l’islam comme une religion dominée, et dont les fidèles sont des victimes qu’on doit protéger. 
Souvenez-vous d’Olivier Besancenot en 2010 défendant sa candidate voilée sur les listes régionales NPA en Paca. 
Besancenot expliquait qu’il n’y voyait aucun problème et que cette jeune fille pouvait s’habiller comme elle le voulait.
Alors que si un candidat du NPA portait une kippa ou une croix, sa réaction aurait été très différente. (…)
via http://www.fdesouche.com/810613-laurent-bouvet-la-gauche-voit-lislam-comme-une-religion-de-domines


ET AUSSI



3 janvier 2017
[Magdi Cristiano Allam est un journaliste italien d'origine égyptienne. Musulman converti au christianisme, il vit en permanence sous la protection de la police.]
En premier lieu, il est essentiel d’identifier la nature de la menace, à savoir qu’il s’agit du terrorisme islamique. Car il est trompeur de parler de terrorisme international ou de djihadisme en sous-entendant que cela n’a rien à voir avec l’islam.

C’est ainsi qu’on conforte la thèse selon laquelle les terroristes sont mauvais tandis que l’islam est bon.

Nous ne vaincrons pas le terrorisme islamique tant que les gens n’auront pas l’honnêteté intellectuelle et le courage humain de dire que c’est précisément l’islam qui est la racine du mal, car ce sont les terroristes islamiques qui, plus que les autres, respectent à la lettre et complètement ce qu’Allah a prescrit dans le Coran ainsi que ce que Mahomet a dit et fait. [...]
[Une autre] faiblesse de la stratégie du gouvernement [italien], c’est qu’elle se concentre sur les moyens et ignore l’objectif. Le terrorisme n’est qu’un moyen, l’objectif est l’islamisation de la société. 

Les terroristes islamiques veulent atteindre ce but par la violence, tandis que d’autres groupes islamiques plus rusés comme les Frères musulmans, les wahhabites, les salafistes et de façon générale les musulmans modérés qui contrôlent les mosquées poursuivent le même objectif de nous soumettre à l’islam en s’appuyant sur notre peur de l’islam.

À cause des terroristes islamiques qui coupent les têtes, nous faisons alliance avec des terroristes islamiques qui coupent les langues – avec ceux qui nous ont obligés à donner à l’islam une légitimité sans tenir compte de la violence qu’il contient.
Si nous nous mettions à la place des musulmans soi-disant modérés, nous comprendrions qu’ils ont un grand intérêt à coopérer avec les autorités pour trouver et faire arrêter les terroristes islamiques. 
Car plus on arrête de terroristes, plus s’accroît la peur parmi les gens, plus nous plaçons notre confiance dans ceux qui veulent nous islamiser « pacifiquement » et nous facilitons ainsi leur succès. 

Le gouvernement ne doit pas se contenter d’empêcher les attentats islamiques. Il doit avant toute chose empêcher que nos enfants soient un jour soumis à l’islam.
(Traduction Fdesouche)
via http://www.fdesouche.com/810511-magdi-cristiano-allam-violents-ou-pacifiques-ils-veulent-tous-islamiser-nos-societes