Google+ Badge

samedi 21 janvier 2017

DONALD TRUMP FACE AUX FAUX DÉMOCRATES ......

QUI EST DONALD TRUMP !!! 

Wikipédia
Donald John Trump est né dans le quartier de Jamaica, dans l'arrondissement du Queens à New York. Quatrième d'une famille de cinq enfants, il est le fils de Fred Trump (1905-1999) et de son épouse Mary Anne Trump née MacLeod (1912-2000)2,3

Ses frères et sœurs sont Maryanne Trump Barry, Fred Jr., Elizabeth, et Robert. Fred Trump Jr., frère aîné de Donald Trump est mort en 1981 en raison de son alcoolisme, ce qui a poussé Donald Trump à s'abstenir de consommer de l'alcool et des cigarettes4.

La famille paternelle de Donald Trump est d'origine allemande tandis que sa famille maternelle est originaire d'Écosse

Ses grands-parents paternels étaient originaires de Kallstadt. Frederick Trump, grand-père de Donald Trump, a fait fortune en gérant des restaurants et des pensions dans les villes champignons de Seattle et du Klondike

Fred Trump, père de Donald, né dans le Bronx, fait carrière comme promoteur immobilier sur la Côte Est5,6 tandis que sa mère est née à Tong, sur l'île écossaise de Lewis7

Donald Trump est par ailleurs le neveu du scientifique John George Trump, qui a joué un grand rôle dans le développement de la radiothérapie8.

Scolarité

Donald Trump à l'âge de 18 ans, pendant sa scolarité à l'École militaire de New York.
 
 
Donald Trump grandit dans une maison de style style néo-Tudor dans le quartier chic de Jamaica Estates. Il est élève de la Kew-Forest School9,10. À l'âge de treize ans — alors qu'il est, de son propre aveu, un adolescent difficile — il est envoyé par ses parents, qui espèrent ainsi canaliser son énergie, à l'École militaire de New York (New York Military Academy, ou NYMA)11,12.

Trump est ensuite élève de l'Université Fordham, dans le Bronx, à compter d'août 1964 et pendant deux ans. Il s'inscrit ensuite à la Wharton School de l'Université de Pennsylvanie, qui est à l'époque l'un des rares établissement aux États-Unis à proposer un cursus spécialisés dans l'immobilier13,14 Pendant ses études, il travaille pour l'entreprise familiale, Elizabeth Trump & Son, qui porte le nom de sa grand-mère paternelle15

Il obtient en mai 1968 un Baccalauréat universitaire en économie14,16,17

Trump n'est pas envoyé sous les drapeaux pendant la guerre du Viêt Nam18. Pendant ses études, de 1964 à 1968, il obtient trois reports d'incorporation19

Puis, après avoir été jugé bon pour le service en 1966, il est réformé en octobre 196820. Dans une interview accordée en 2015, il dit avoir été réformé en raison d'un problème articulaire au talon21

En 1969, il obtient un chiffre élevé à la loterie organisée pour la conscription, ce qui lui aurait de toutes manières permis d'échapper au service20,22,23.

Le discours de Trump en français!



Download PDF
Monsieur le Président de la Cour suprême, Messieurs les Présidents Carter, Bush, Clinton, Obama, concitoyens américains et peuple du monde, merci.


Nous, les citoyens américains, nous sommes unis dans un grand effort national pour reconstruire notre pays.

Ensemble, nous déterminerons la trajectoire de notre pays et celle du monde pour de nombreuses années à venir.
Nous aurons des défis. Nous aurons à affronter des difficultés, mais nous accomplirons ce travail jusqu’au bout.

Tous les quatre ans, nous nous réunissons sur ces marches pour assurer la transition du pouvoir. Et nous remercions le président Barack Obama et la première dame, Michelle Obama, pour leur aide précieuse durant cette transition. Ils ont été formidables.

La cérémonie d’aujourd’hui a toutefois un sens très particulier, car il ne s’agit pas seulement de transférer le pouvoir d’une administration à une autre ou d’un parti à un autre. Nous déplaçons le pouvoir de Washington pour vous le rendre à vous, le peuple des États-Unis.

Pendant trop longtemps, une petite élite de la capitale de notre pays a profité des avantages de notre gouvernement, pendant que le peuple en faisait les frais. Les politiciens ont prospéré, alors que le peuple n’a tiré aucun bénéfice de toutes ces richesses. 

L’establishment s’est protégé lui-même, mais il n’a pas protégé les citoyens de notre pays. 

Leurs victoires n’ont pas été les vôtres. Leurs triomphes n’ont pas été les vôtres. Et pendant qu’ils faisaient la fête dans notre capitale nationale, il n’y avait rien à fêter dans les familles en difficulté partout au pays.

À partir de maintenant, tout cela va changer. Parce que ce moment est votre moment. Il vous appartient. Il appartient à tous ceux qui sont réunis ici et à tous ceux qui nous regardent partout aux États-Unis. C’est votre jour, ceci est votre célébration, et ce pays, les États-Unis d’Amérique, est votre pays. Ce qui compte vraiment, ce n’est pas qui détient le pouvoir au gouvernement, mais le fait que le gouvernement est entre les mains du peuple américain.

Le 20 janvier 2017 demeurera dans les mémoires comme le jour où le peuple aura repris le pouvoir au pays. Les hommes et les femmes laissés pour compte de ce pays ne seront plus oubliés. Tout le monde vous écoute désormais. 

Vous êtes venus par dizaines de millions pour vous joindre à un mouvement historique et inédit dans l’histoire du monde. 

Au centre de ce mouvement, il y a la conviction que la nation existe pour servir ses citoyens. Pour donner aux Américains ce dont ils ont besoin : d’excellentes écoles pour leurs enfants, la sécurité dans leurs quartiers pour leurs familles et de bons emplois pour tous. 

Ce sont là les aspirations raisonnables d’un peuple épris de justice.

Mais, pour un trop grand nombre de nos citoyens, la réalité est tout autre : des mères et des enfants sont piégés par la pauvreté dans nos villes, nos usines rouillées sont en décrépitude partout au pays, notre système éducatif manque d’argent, ce qui empêche les élèves et les étudiants d’accéder au savoir, et la criminalité, les gangs et la drogue ont pris trop de vies et privé notre pays de son immense potentiel.

Le carnage américain s’arrête ici et maintenant. Nous sommes une seule et même nation, et leur souffrance est la nôtre. Leurs rêves sont les nôtres, et leurs succès seront les nôtres. Nous partageons le même cœur, la même maison et le même destin glorieux. 

Le serment que je prête aujourd’hui est un serment d’allégeance à tous les Américains.

Des décennies durant, nous avons enrichi les industries étrangères aux dépens de l’industrie américaine. Nous avons subventionné les armées d’autres pays, tandis que nos équipements militaires se dégradaient. Nous avons défendu les frontières d’autres pays tout en refusant de défendre les nôtres.
 Nous avons dépensé des billions de dollars à l’étranger, alors que l’infrastructure des États-Unis tombait en décrépitude. Nous avons rendu riches d’autres pays, pendant que la richesse, la puissance et la confiance de notre pays se dissipaient à l’horizon. 

Une à une, les usines ont fermé, sans une seule pensée pour des milliers de travailleurs américains laissés pour compte. La richesse de notre classe moyenne a été arrachée des foyers et a été redistribuée au monde entier.

Mais ça, c’est le passé. Maintenant nous sommes résolument tournés vers l’avenir.

Pendant que nous sommes tous rassemblés ici aujourd’hui, nous promulgons un nouveau décret qui devra retentir dans toutes les villes et toutes les capitales du monde. À partir d’aujourd’hui, l’Amérique aura une nouvelle vision. 

À partir d’aujourd’hui, ce sera uniquement « les États-Unis d’abord ». 

Toutes les décisions en matière de commerce, de taxes, d’immigration ou d’affaires étrangères seront prises au profit des travailleurs américains et des familles américaines. 

Nous devons protéger nos frontières des ravages causés par d’autres pays qui fabriquent nos produits, volent nos entreprises et détruisent nos emplois.

 Le fait de les protéger nous rendra notre prospérité et notre grandeur.
Je me battrai pour vous de toutes mes forces. Et je compte ne jamais vous décevoir.

Les États-Unis vont vaincre à nouveau, vaincre comme ils n’ont jamais vaincu. Nous allons ramener nos emplois, nous allons rétablir nos frontières, nous allons retrouver notre santé, et nous allons retrouver nos rêves.
Nous allons construire de nouvelles routes et autoroutes, de nouveaux pont, aéroports, tunnels et chemins de fer partout dans notre merveilleux pays. Nous allons sortir les gens de l’aide sociale et leur redonner du travail pour reconstruire notre pays avec une main d’œuvre américaine, avec le travail des Américains.

Nous obéirons à deux règles simples : acheter américain et embaucher américain. Nous chercherons à garder l’amitié et les bonnes grâces des autres pays du monde, mais ils doivent comprendre que chaque pays a le droit de faire passer ses intérêts avant ceux des autres. 

Nous ne cherchons pas à imposer notre mode de vie à quiconque, mais nous voulons qu’il serve d’exemple aux autres. Nous voulons être un exemple d’excellence.

Nous allons renforcer nos anciennes alliances et en conclure d’autres afin d’unir le monde pour éradiquer le terrorisme de l’islam radical de la face de la Terre. Nos politiques seront fondées sur une allégeance totale aux États-Unis d’Amérique. 

Et cette loyauté à l’égard de notre pays nous fera redécouvrir notre loyauté envers les autres. 

Quand on ouvre son cœur au patriotisme, il n’y a pas de place pour les préjugés. 

La Bible nous dit à quel point il est bon pour les hommes de vivre dans l’unité et l’harmonie. Nous devons nous exprimer ouvertement afin de débattre honnêtement pour régler nos différends et rester solidaires. 

Quand l’Amérique est unie, personne ne peut l’arrêter. 

N’ayez crainte, nous sommes protégés et nous serons toujours protégés par les hommes et les femmes extraordinaires de notre armée et de nos forces de sécurité. Et, surtout, nous serons protégés par Dieu.

Enfin, nous devons avoir des rêves de grandeur. Aux États-Unis, nous pensons qu’une nation ne peut vivre que si elle demeure prospère. 

Nous n’accepterons plus les politiciens qui ne font que parler sans agir et qui se plaignent constamment sans rien faire pour que la situation change.

L’époque des palabres inutiles est révolue. 

C’est le moment d’agir. Ne permettez à personne de vous dire que c’est impossible. Aucun défi ne peut être plus grand que l’esprit combatif américain. Nous n’échouerons pas. 

Notre pays redeviendra de nouveau prospère. 

Nous sommes au seuil d’un nouveau millénaire; une nouvelle ère commence, qui devra ouvrir de nouveaux horizons et nous permettre de panser nos plaies et de mobiliser nos énergies pour faire prospérer nos industries et concevoir les technologies de demain.

Une nouvelle fierté nationale nous étreint pour élargir nos horizons et surmonter nos divisions. 

Rappelez à votre mémoire cette sagesse ancestrale, que nos soldats n’oublieront jamais, selon laquelle, que nous soyons noirs, basanés ou blancs, nous avons le même sang rouge du patriotisme qui coule dans nos veines.

 Nous jouissons tous des mêmes libertés glorieuses et nous saluons tous le même drapeau américain. 
Que les enfants soient nés dans des villes comme Détroit ou dans les plaines venteuses du Nebraska, ils regardent tous le même horizon et lèvent les yeux vers les mêmes étoiles.

 Ils ont tous les mêmes rêves, et leur cœur est rempli du même espoir de vie qui leur est donné par le même créateur tout puissant.

Vous, les Américains de toutes les villes, proches et lointaines, petites ou grandes, d’une montagne à l’autre, d’un océan à l’autre, écoutez ces paroles : vous ne serez plus jamais ignorés.

Votre voix, vos espoirs et vos rêves définiront la destinée de l’Amérique. Votre courage, votre bonté et votre amour nous guideront le long du chemin.

 Ensemble, nous allons redonner aux États-Unis leur puissance, leur richesse, leur fierté et leur sécurité.

Et, oui, ensemble, nous allons redonner aux États-Unis leur grandeur.

Merci, que Dieu vous bénisse. Merci. Que Dieu bénisse les États-Unis.





ET AUSSI


21 janvier 2017

DONALD J. TRUMP ELU OFFICIELLEMENT 45 ème PRESIDENT DES ETATS-UNIS LE 20 JANVIER 2017 AU CAPITOLE A WASHINGTON


Formidable discours de Trump :

le pouvoir sera rendu au peuple !


SOURCE : Publié le 20 janvier 2017 - par  

 

Après les ricanements du début de campagne présidentielle américaine, l’heure est venue pour les démocrates d’avaler leur chapeau.


Donald Trump a  prêté  serment ce jour,  sur les marches du Capitole à Washington, en jurant sur la Bible qu’il protègera et défendra les Etats-Unis. 
Il est donc le 45ème président, n’en déplaise aux élites américaines qui ne juraient que par Hillary Clinton.

Car le milliardaire a beau cristalliser toutes les rancoeurs de l’establisment, lequel a été  sèchement désavoué par le peuple, il aura les pleins pouvoirs, avec le Congrès et la Cour Suprême acquis aux Républicains.


Les décrets sont déjà prêts. Trump ne restera pas les bras ballants…
Tout cela est bien entendu insupportable pour une caste dirigeante qui hait le populisme de Trump et entend conserver ses privilèges malgré le verdict des urnes. Le camp démocrate refuse la défaite et attise les braises du soulèvement populaire.
Partout, c’est la contestation du scrutin, de la liberté et de la loi électorale.

Partout, les faux démocrates manifestent contre la démocratie.

La plus grande démocratie du monde refuse le choix du peuple et attise la haine anti-Trump.

A New-York, le gratin des célébrités manifeste avec des milliers d’opposants au milliardaire. Du jamais vu.
“Quoi qu’il arrive, nous Américains, nous New-Yorkais, nous patriotes, resterons unis pour nos droits et pour les droits de nos concitoyens” a lancé Robert de Niro.

Mais de quels droits parle-t-il puisqu’il conteste le simple droit de vote des électeurs de Trump ? 
De quel patriotisme parle-t-il puisque Trump veut mener une politique au seul profit du peuple américain ? C’est du délire.

“Va-t-on avoir 100 jours de résistance ? Formidable !” dit Alec Baldwin.
“Donald Trump n’a pas de mandat”. ”Il ne durera pas quatre ans”, dit Michael Moore, au prétexte qu’Hillary a engrangé plus de voix que Trump.

Quant aux manifestants, leurs pancartes sont le summum de la caricature :
“Nous sommes ici parce que nous sentons que nous allons perdre tous les acquis des 50 dernières années : les droits civiques, la liberté d’expression, le droit à la santé, les droits des femmes, les droits des homosexuels, et j’en passe” déclare un participant.

Et le maire de New-York n’est pas en reste. Il a prévenu Trump qu’il s’opposerait aux expulsions de millions d’immigrés. 
C’est pourtant l’échec d’Obama et sa désastreuse politique migratoire qui ont  porté Trump au pouvoir.
Il est vrai que 80% des New-Yorkais ont voté pour Hillary. On comprend qu’ils soient aigris !
Alors, tout est bon pour faire de Trump un être diabolique, mélange de Hitler et de Gengis-Khan, capable de tout détruire sur son passage.
On nage en pleine hystérie collective. C’est no-limit dans le grotesque.
Dans son bloc-notes, Ivan Rioufol nous dépeint le ridicule de la situation.
La presse bien pensante affiche clairement sa répulsion pour le vainqueur des élections, qui a gagné contre la volonté des élites.

Les artistes se glorifient de ne pas chanter pour Donald Trump.

ChPHt3FWkAA4evS
Des stylistes de mode clament qu’ils n’habilleront pas la First Lady, la superbe Mélania.  

Difficile de faire plus ridicule.
Il faut vraiment être mal câblé pour ne pas tomber sous le charme de Mélania !
Elle a une classe qui fait honneur à l’Amérique.
Des peintres demandent à Ivanka, la fille de Trump, de décrocher leurs œuvres de son appartement !!!!

Ils font même circuler la rumeur qui verrait Hillary briguer la mairie de New-York pour prendre la tête de l’opposition à Donald Trump.


Et ce sont ces élites arrogantes et méprisantes qui voudraient gagner les élections et mener le monde ! Hallucinant.
Tous ces donneurs de leçon, ces démocrates bidons, affichent la même tolérance qu’un dictateur.

Cette attitude irresponsable encourage les casseurs qui s’en donnent à cœur joie dans les rues de Washington. Plutôt inattendu en Amérique.


Il ne faut donc pas s’étonner que l’élection de Donald Trump fasse peur aux dirigeants Européens.
C0cR9AkXcAEMiwC

Ce qu’ils craignent par dessus tout, c’est que Trump réussisse et se révèle comme le plus grand président des Etats-Unis depuis  Ronald Reagan.
Ce  qu’ils craignent, c’est que l’Angleterre devienne la première puissance d’Europe après le Brexit.


Ce qu’ils craignent,  c’est que Marine soit élue en 2017 et sorte la France du marasme.
Car ces élites autoproclamées se sont trompées sur tout.
Elles nous promettaient le cataclysme en bourse. Les marchés sont au plus haut.
Elles nous promettaient une récession technique. Elle n’a pas eu lieu.


La grande peur de nos élites, c’est que les  peuples, partout en Europe, reprennent  les commandes et décident eux-mêmes de leur destin.
Mais tout cela sera balayé par Donald Trump, qu’on a injustement caricaturé mais qui sera un grand président.
On le dit imprévisible. Il va étonner le monde et sera réélu, faisons en le pari.


C’est donc un discours très offensif qu’il a prononcé après son investiture :
“Une petite minorité a profité sur le dos du peuple. Mais dès cet instant, le pouvoir sera rendu au peuple.” Tout va changer.
C’est VOTRE journée, l’Amérique est VOTRE pays.”
“C’est un serment d’allégeance au peuple américain que je fais”.
“Les usines fermées, les usines délocalisées, la classe moyenne laminée, tout cela est terminé”.
“C’est un mouvement historique unique au monde. Le peuple ne sera plus oublié”.
America first”  “Acheter américain, embaucher américain
“Toutes nos décisions devront bénéficier au peuple américain.”
“Je ne vous laisserai jamais tomber”.
“Nous combattrons le terrorisme et l’islamisme avec nos alliés”
“N’ayez pas peur, Dieu protège l’Amérique

“C’est le temps de l’action. Tout est possible”.
68182067_p
On croirait entendre Marine Le PEN, quand elle déclare vouloir gouverner au nom du Peuple, pour le Peuple et par le Peuple.


Jacques Guillemain

 http://diaconescotv.canalblog.com/archives/2017/01/21/34830752.html#utm