Google+ Badge

vendredi 27 janvier 2017

C' EST AUX U.S.A ! ET BIENTÔT EN FRANCE ?


Les médias «devraient se taire», ils sont «le parti d’opposition»

49049852
Les médias sont le «parti d’opposition» et ils «devraient se taire», a estimé dans le New York Times le conseiller en stratégie du président américain Donald Trump, Steve Bannon.

«Je veux que vous me citiez là-dessus. Les médias ici sont le parti d’opposition. Ils ne comprennent pas ce pays. 

Ils ne comprennent pas pourquoi Donald Trump est le président des États-Unis», a déclaré M. Bannon, ex-directeur général de la campagne du républicain, devenu son haut conseiller en stratégie, dans un entretien téléphonique réalisé mercredi soir.

«Les médias devraient être gênés et humiliés, (ils) devraient se taire et écouter juste un instant», a ajouté M. Bannon qui, avant de rejoindre l’équipe de campagne de M. Trump, était le patron du site d’extrême droite Breitbart News.

«Les grands médias n’ont licencié ou renvoyé personne qui ait suivi notre campagne», a poursuivi M. Bannon. 

«Regardez les comptes Twitter de ces gens: ce sont de purs militants de la campagne Clinton».


«C’est pour ça que vous n’avez pas de pouvoir. Vous avez été humiliés», a-t-il dit dans le prestigieux quotidien qui est souvent l’objet de critiques par Donald Trump.

Ces propos de M. Bannon, qui accorde rarement d’interview, sont rapportés à un moment de vive tension entre les médias et le nouveau président depuis son arrivée à la Maison-Blanche il y a moins d’une semaine.
Le 45e président des États-Unis a lui-même affirmé samedi à la CIA être en «guerre» contre les médias et que les journalistes faisaient partie «des êtres humains les plus malhonnêtes de la Terre».

Soutien populaire lors de l’investiture, fraude électorale, les médias ont contesté pied à pied les assertions de l’administration de Donald Trump, les taxant de mensonges, sans que celle-ci ne cède rien, quitte à s’éloigner des faits.


Lundi, Donald Trump a assuré à des parlementaires que trois à cinq millions de sans-papiers avaient voté illégalement lors du scrutin.
Les médias ont souligné qu’il n’existait aucune preuve de fraude de cette ampleur. 

Mais M. Spicer a affirmé mardi que le président n’avait pas changé d’avis. Sans fournir aucun élément concret.
***********************************************************************************************

SOURCE : PUBLIÉ PAR ROSALY LE 18 JANVIER 2017

Mouvements pour les droits civils, anarchistes, Black Lives Matter : tout ce beau monde démocratique s’allie pour cracher sa détestation du futur président Donald Trump, le fasciste, le raciste, le misogyne, coupable de tous les vices et source de danger planétaire.


A les écouter, le peuple américain a élu un anti-Christ diabolique, huit ans après avoir porté au pouvoir un messie angélique : Barack Hussein Obama.

Selon Reuters, l’objectif des organisateurs est clair : gâcher à tout prix la fête, même si cela implique l’utilisation de moyens non conventionnels et violents.

Vive la démocratie et le pacifisme de la gauche moralisante. Les mouvements essayeront de se rassembler près des 12 postes de sécurité et défileront le long du parcours de la parade, soit 4 km :
« Nous voulons interrompre l’inauguration, » a déclaré l’un des leaders du mouvement « DistruptJ20 » David Thurston, lors d’une conférence de presse. « Nous voulons que la révolte bouillonne dans toutes les villes à travers le pays. »

DisruptJ20, qui collabore avec le très pacifique Black Lives Matter et d’autres groupes opposés à Donald Trump, a annoncé que des barricades seront montées avant l’aube et des manifestations violentes se succèderont lors de la prestation de serment de Donald Trump.

Plus de 300 volontaires de DisruptJ20 travailleront pour mobiliser les anti-Trump en une longue suite de cortèges de protestations. Ce sera « Le Festival de la Résistance. » Et les méthodes ne seront certainement pas pacifiques.

« Nous ne sommes pas en faveur d’une transition pacifique du pouvoir, nous devons l’arrêter. » a souligné l’un des organisateurs.

Dans l’ensemble, selon le National Park Service, des permis ont été accordés à 27 mouvements de protestations, qui seront présents ce vendredi 20 janvier à Washington DC, un nombre quatre fois supérieur aux précédentes investitures, du jamais vu dans l’histoire des USA.

D’après les fonctionnaires du gouvernement, la cérémonie devrait attirer plus ou moins 800.000 spectateurs, contre environ 1.800.000 rassemblés en 2009 pour l’inauguration du « messie » Obama.

Des heurts sont à craindre entre les manifestants anti-Trump et les supporters du Président.
Les manifestations anti-Trump à Washington se poursuivront le jour suivant avec la « Women’s March » la marche des femmes, organisée par un groupe d’activistes féministes en protestation contre les nombreuses remarques sexistes du candidat Trump au cours de la campagne présidentielle.
200.000 personnes seraient attendues !

Ces féministes devraient plutôt organiser des marches contre le sort réservé aux femmes dans l’islam…

“La rhétorique utilisée par Trump au cours de la campagne présidentielle a diabolisé, effrayé et menacé de nombreux citoyens : migrants, musulmans, la communauté LGBT, les personnes de couleur, les handicapés, les femmes agressées sexuellement. 

La Marche des Femmes enverra un message fort à la nouvelle Administration dès le premier jour du mandat. »

En outre, les activistes anti-Trump ont fait circuler une pétition pour déchoir le Président élu : il s’agit d’un véritable portail documentaire qui signale via des vidéos et des photos toutes les manifestations anti-Trump qui se déroulent à travers le pays.


« Nous refusons d’accepter une Amérique fasciste. Donald Trump, le président élu, est en train de mettre sur pied un régime très dangereux. 
Notre angoisse, notre dégoût, notre crainte sont justifiés. Notre rage doit se transformer en une résistance massive, avant que Trump ne prenne le pouvoir.
Si nous échouons dans notre détermination à le stopper, les conséquences pour l’humanité seront désastreuses. 
Nous, les soussignés, savons, au plus profond de nous-mêmes, que la catastrophe s’abattra sur le monde, si le régime fasciste Trump/Spence exerce le pouvoir. »

Parmi les signataires, il y a Bill Ayers, pédagogue réputé et activistes américain, leader et fondateur de l’organisation terroriste communiste « Weather Underground », qui s’était distinguée dans les années septante par des attaques à la dynamite ayant pour cibles principales les bâtiments officiels et les banques. 

Cette organisation fut responsable des attentats contre le Pentagone et le Capitole. 

Encore un idéaliste qui utilise la violence et le meurtre d’innocents pour lutter contre l’injustice.
A ce tableau aux teintes sombres se joint une fois encore l’ombre des manifestants payés pour descendre dans la rue contre le nouveau Président. Tactique favorite d’un milliardaire gauchiste, George Soros, dont le rôle dans les processus de déstabilisation de nations souveraines n’est plus un mystère.


De nombreuses annonces online pour des jobs sont publiées sur le portail Backpage de l’organisation « DemandProtest » dans diverses villes des USA (San Diego, Tulsa, Phoenix, El Paso)

« DemandProtestrecrute du personnel « pour participer aux manifestations anti-Trump, (ou autres) qui se dérouleront lors de l’investiture de D. Trump offrant une compensation de 2.500 dollars/mois ou de 50 dollars/heure.

Si tu es prêt agir, alors rejoins-nous » stipule l’annonce sous le titre emblématique :« fais-toi payer pour lutter contre Trump ».
« Nous sommes des stratèges qui mobilisons les générations du millénaire partout sur la planète » expliquent les promoteurs du site web et l’absolue discrétion est notre top priorité ; nos opérateurs réalisent des scènes convaincantes, qui deviennent des éléments constitutifs des mouvements de masse. Si vous avez besoin de manifestations de colère, nous pouvons l’organiser, tout en protégeant votre réputation. »

Vive la « spontanéité et la sincérité » de certaines protestations de masse anti-Trump, qui réjouissent tant nos médias officiels ! 

Le monde ressemble de plus en plus à un immense théâtre, où tout est mis en scène par l’un ou l’autre pouvoir, les citoyens étant les acteurs-dindons d’une tragi-comédie.

La gauche radicale américaine anti-démocratique n’a aucune intention d’accepter le résultat électoral, pourtant voté démocratiquement par le peuple, et déjà se profilent des journées marquées par de fortes tensions et des heurts, mis en scène par les ennemis de la démocratie.

Réussiront-ils tous ces sauveurs de l’humanité autoproclamés, à gâcher la fête d’investiture de Donald Trump, à créer le chaos en Amérique, ce chaos qu’ils apprécient tellement au plus profond d’eux-mêmes ?


SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.
Sources :
Protests will aim to disrupt Trump inauguration – Reuters
Petition: In the Name of Humanity, We REFUSE To Accept a Fascist America … (extraits)
Portail backstage DemandProtest: Get paid fighting against Trump (extraits)