Google+ Badge

samedi 21 janvier 2017

AUJOURD'HUI MEETING DE JEAN-MARIE LE PEN .........


 

Législatives. Jean-Marie Le Pen en meeting à Palavas le 21 janvier

Législatives. Jean-Marie Le Pen en meeting à Palavas le 21 janvier

 

 Jean-Marie Le Pen à Palavas-les-Flots pour lancer la bataille des législatives




Jean-Marie Le Pen, fondateur du FN
LE SCAN POLITIQUE - Le président d'honneur du FN lance ce samedi la campagne des candidats portant le label des comités Jeanne lancés pour préserver, selon lui, la ligne politique frontiste des origines.


Station balnéaire peu fréquentée au milieu de l'hiver, Palavas-les-Flots va connaître un petit pic d'activité ce week-end. Jean-Marie Le Pen, fondateur du Front national, dont il a été exclu en août 2015, a choisi la petite ville côtière de l'Hérault pour lancer la campagne des législatives des candidats de ses comités Jeanne

 En conflit avec la ligne choisie par sa fille et son bras droit Florian Philippot, l'eurodéputé entend ainsi fédérer les déçus du FN «dédiabolisé» et autres représentants du canal historique de «la droite nationale».


Il souffle un léger vent d'agitation à Montretout, où s'achèvent les derniers préparatifs. Il faut dire qu'à 88 ans, Jean-Marie Le Pen sélectionne et limite ses meetings pour ne pas s'épuiser.

 Les dernières sorties du patriarche avaient eu lieu fin 2016 en région parisiennes, à Rungis, sur des formats plutôt confidentiels. Mais pour mettre en lice ses soutiens dans la bataille des législatives, Jean-Marie Le Pen mise sur une démonstration de force. 
Il entend réunir 800 à 1000 de ses partisans, pour l'un de ces traditionnels «banquets politiques», dans la salle Bleue de Palavas. 
Il s'agit notamment de damer le pion à ses détracteurs, au FN notamment, qui prédisent la catastrophe et l'isolement pour ceux qui participeraient à cette aventure politique.

Après quelques mois de tractations, Jean-Marie Le Pen et son entourage ont revu à la baisse leurs ambitions pour les prochaines législatives.






 «Nous devrions pourvoir aligner une centaine de candidats portant le label Comité Jeanne, auquel s'ajoutera la centaine de candidats présentés sous les couleurs du parti de la France de Carl Lang», détaille auprès du Figaro Lorrain de Sainte-Affrique, l'une des chevilles ouvrières de cette campagne. 

La première dirconscription de l'Hérault, n'a pas été choisie au hasard, puisqu'elle est un fief historique du FN libéral et identitaire, où Jean-Marie Le Pen conserve des partisans. 

 Un temps associé aux réflexions, le Siel de Karim Ouchikh, qui a récemment pris ses distances avec Marine Le Pen, réfléchit encore à prendre part à la campagne.

Un meeting retransmis sur en direct Facebook

Cette réunion publique sera bien sûr l'occasion de revenir sur les différents conflits politiques qui opposent le fondateur du FN à sa fille, notamment sur les questions de libertés économiques et sur la place de l'État. 

Une charte des valeurs portées par les comités Jeanne devrait être rédigée dans la foulée. 

Figure de l'extrême droite, Pierre Cassens, fondateur du site prisé du milieu identitaire Riposte Laïque, devrait être présent à Palavas.  
Fidèle à son goût pour les nouveaux moyens de communication, Jean-Marie Le Pen fera retransmettre le meeting par Facebook live, et ses équipes commenteront l'événement sur Snapchat.

«Nous avons quelques chances de succès dans des circonscriptions où ni les récentes purges ni le parachutage de cadres FN ne passent très bien localement. 

Il est évident qu'un nombre croissant de cadres souffrent du poids que prend Florian Philippot, notamment dans les désignations aux prochaines législatives. 

Il est clair que le parti enregistre des pertes militantes croissantes depuis un an», croit savoir Lorrain de Saint-Affrique.
 «Notre problème, c'est de persuader ces gens déçus de ne pas lâcher», poursuit-il. 

D'autant que la tâche s'annonce rude pour les candidats des comités Jeanne, qui doivent financer leur campagne sans l'aide de Jean-Marie Le Pen ni de Cotelec leur campagne. 

«Beaucoup de difficultés financières et logistiques», reconnaît-on dans l'entourage du «Menhir».




Une salle mise à disposition par la mairie LR

Pour son meeting, Jean-Marie Le Pen s'est vu prêter à titre gratuit la salle ainsi que le «personnel permettant d'assurer la maintenance technique habituelle» par le maire Les Républicains de la ville, Christian Jeanjean. 

Ce dernier a informé son conseil municipal de cette décision, qu'il justifie au nom de la liberté d'expression, précisant qu'il ferait de même pour une formation d'extrême gauche. 

La mise à disposition de salles pour des partis légalement reconnus est une obligation faite aux municipalités dans le cadre de l'article L.2144-3 du code général des collectivités territoriales

 Il précise que «la commune doit en tout état de cause, sauf si une discrimination est justifiée par l'intérêt général, veiller à l'égalité de traitement entre les associations, syndicats et partis politiques». 

Reste que la nouvelle surprend Elie Aboud, député LR de l'Hérault et chef de file des Républicains locaux. «Vous m'apprenez la nouvelle. 

Au-delà de l'obligation légale de prêter la salle, la gratuité et la mise à disposition de personnel m'interpelle. 
Si j'avais été maire, je ne l'aurais pas fait», dit-il au Figaro.



Source et Publication: http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/01/20/25001-20170120ARTFIG00258