Google+ Badge

jeudi 29 décembre 2016

QUAND ON DIT QUE LES CONS ÇA OSENT TOUT .......


29 décembre 2016
Le centre allemand de lutte antiterroriste a traité du cas de l’auteur présumé de l’attentat de Berlin, Anis Amri, à de nombreuses reprises en 2016, mais a jugé peu probable qu’il commette un attentat, affirme jeudi le quotidien Süddeutsche Zeitung.
Relatant le contenu de rapports du centre, le dernier étant daté du 14 décembre soit cinq jours avant l’attaque sur un marché de Noël qui a fait 12 morts, le journal souligne que les autorités savaient que le Tunisien tué vendredi en Italie entretenait des contacts étroits avec les milieux djihadistes allemands et avait été catalogué par la police de Dortmund « sympathisant (du groupe) Daesh ».
Les enquêteurs étaient aussi informés qu’Amri avait au moins à une reprise cherché sur internet les moyens de fabriquer une bombe tuyau et avait, dans une discussion en ligne, proposé ses services comme kamikaze, probablement à un membre de Daesh.

Par ailleurs, les experts du centre antiterroriste avaient établi que le Tunisien disposait de huit identités connues, circulait librement et constamment sur le territoire allemand et avait ses entrées dans une école islamique de Dortmund soupçonnée de préparer ceux voulant rejoindre les rangs de Daesh en Syrie et en Irak.
[...]
Malgré ces indices, le centre antiterroriste a, sur une échelle de 1 à 8 allant du plus dangereux au moins dangereux, attribué à Amri le niveau 5 qui, selon la Süddeutsche Zeitung, signifie « qu’un acte de violence est peu probable ».

[...]
via http://www.fdesouche.com/804561-lantiterrorisme-allemand-estimait-peu-probable-quanis-amri-commette-un-acte-de-violence


29 décembre 2016



urn-newsml-dpa-com-20090101-161212-99-508819-large-4-3 

Cologne, réveillon 2015
Bild révèle qu’une partie de la sécurité du réveillon 2015 de Cologne était assurée par 59 migrants d’un centre de première aide : `
ils ont notamment été posté sur des ponts au-dessus du Rhin.

Selon les informations de Bild, la société Rheinischer Sicherheitsdienst (service de sécurité du Rhin) recherchait des agents de sécurité en décembre 2015 pour honorer son contrat avec la ville de Cologne.

La condition d’embauche était « la maîtrise moyenne de la langue allemande » et des vêtements chauds que les employés devaient ramener eux-mêmes. 
Rheinischer Sicherheitsdienst aurait alors sous-traité son mandat à la société Westturm société spécialisée ans la sécurité.

Concrètement, 59 migrants originaires d’Afrique du Nord, de Syrie et d’Afghanistan ont ainsi été recrutés pour un salaire plus bas que le minimum légal, percevant ainsi 5€ de l’heure.
Le recrutement se serait déroulé par le biais de parents le la société Westturm qui se seraient rendus dans les centres de première aide pour y charger des migrants dans des minibus et les ramenés aux différents postes qui devaient être surveillés : sommairement, on a alors remis un baudrier et un talkie-walkie à chaque migrant qui ne comprenait pas ce qu’il faisait là.
Rapidement, on a relevé des anomalies : à la Zoobrücke (pont du zoo), 5 des 20 agents ont disparus avec le matériel ; à la Deutzer Brücke, un agent était fortement alcoolisé, au pont Hohenzollernbrücke un agent a disparu dès la prise de poste.

Toujours selon les révélations de Bild, sur les ponts du Rhin (donc là où les migrants avaient initialement été répartis) beaucoup d’incidents furent relevés dans la soirée : on a rapidement relevé que sur la Hohenzollernbrücke absolument plus rien n’était maîtrisé, y-compris les agressions sur les femmes.
 
La ville de Cologne répond à ses révélations en précisant que par le passé, elle n’avait jamais eu de problème avec des sociétés de sécurité. Elle aurait vérifié le nombre d’agent avant la mise en place.
Cologne s’est reposée sur les prestataires quant à la qualification des agents recrutés (qui de fait, n’avaient strictement aucune expérience, ni aucune qualification).

La société Westturm refuse de répondre aux journalistes.
via http://www.fdesouche.com/804659-lors-des-viols-cologne-une-partie-de-la-securite-etait-confiee-des-migrants