Google+ Badge

dimanche 25 décembre 2016

EUROPE, TERRORISME : LA DUPERIE CYNIQUE !

26 décembre 2016



«Lutte contre le terrorisme en Europe: une duperie cynique» 
Un ex-responsable allemand de l’OSCE donne sa vision de la situation sécuritaire en Europe, se montrant très critique vis-à-vis de la politique migratoire de l’UE.
 
La situation sécuritaire en Europe est critique, on peut s’attendre chaque jour à une nouvelle situation d’urgence, a déclaré Willy Wimmer, ex-vice-président de l’Assemblée parlementaire de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) dans une interview accordée à Sputnik.

Selon lui, l’Europe devrait apprendre à modifier sa politique. Actuellement, on parle beaucoup de la nécessité d’apprendre à « affronter le terrorisme ».


 Mais ceci n’est à son avis qu’une duperie et une déclaration cynique, les principales conditions politiques n’étant pas réunies.
 
« A commencer par la guerre avec la République fédérative de Yougoslavie qui constituait une violation des normes du droit international, nous participons à toutes les guerres menées aux alentours.


 Et le fait que cela nous retombe dessus n’a rien d’étonnant.

 Le peuple allemand ne le veut pas », a-t-il indiqué.
 
De telles attaques ne sont pas surprenantes « lorsqu’on laisse entrer des centaines de milliers de personnes dont on ne connaît rien », a indiqué l’ex-politicien. 


Il se référait aux données policières selon lesquelles il existe actuellement plusieurs réseaux organisant des attentats en Europe.

D’après M. Wimmer, la police allemande sait très bien punir les auteurs d’infractions au code de la route, mais n’est pas capable de faire face au terrorisme. 


Les terroristes ne respectent pas les lois du pays et agissent pratiquement en toute impunité. 

La sécurité européenne reste donc menacée et ni une surveillance totale de l’Etat, ni la censure ne sont pas en mesure d’éliminer cette menace. Il a également évoqué la réaction de la chancelière allemande Angela Merkel à l’attentat terroriste à Berlin. 

Selon l’ancien vice-président de l’AP de l’OSCE, Mme Merkel, qui s’est bornée à présenter ses condoléances suite à l’attaque sans formuler de mesures décisives, est incapable de prendre de telles mesures et de gérer une situation qu’elle a elle-même contribué à créer. 

Mais il y a tout de même une issue de cette impasse, estime le politicien. 

Selon lui, il faut protéger les frontières, refuser de participer à des guerres au-delà du pays et créer les conditions pour perpétuer la société libre que l’Allemagne a toujours représenté. 


Mme Merkel et plusieurs autres responsables européens mettent un tel état de fait en danger.
 

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201612231029311917-europe-allemagne-terrorisme/


26 décembre 2016
  • L'État islamique a revendiqué la responsabilité de l'attentat au camion-bélier du 19 décembre à Berlin, qui a tué douze personnes, attentat semblable à celui perpétré le 14 juillet dans la ville française de Nice et aux innombrables attaques à la voiture-bélier en Israël. Les Européens éprouvent aujourd'hui la même chose que ce que vivent quotidiennement les Israéliens.
  • Ce mois-ci, le syndicat de police de l'État allemand de Thuringe a publié une lettre ouverte adressée au ministre de l'Intérieur de cet État, décrivant une situation qui se dégrade en matière de maintien de l'ordre, sur fond d'augmentation de la criminalité chez les migrants : « (Vous) nous abandonnez alors que nous sommes complètement démunis et confrontés à une force supérieure...mais qu'est-ce qui change ? Rien. On a plutôt un sentiment de désintérêt. »
  • Entre temps, on rapporte que des représentants de la communauté arabe de la Ruhr ont dit à la police : « La police ne gagnera pas de guerre contre nous parce que nous sommes trop nombreux. »
  • La chancelière Merkel, les élites au pouvoir en Allemagne et les médias peuvent continuer à faire bonne figure face à une migration de masse incontrôlée venant de terres arabes et musulmanes ou supprimer des reportages sur la montée de la criminalité chez les migrants, mais ils ne peuvent pas faire disparaître, juste en le souhaitant, la détérioration de la situation en matière de maintien de l'ordre dans le pays.
  • Cela devrait être évident, même pour un observateur occasionnel, que son gouvernement ne se soucie toujours pas des victimes de l'échec sa propre politique concernant « les réfugiés ».
Le gouvernement Merkel peut transformer le centre de Cologne en forteresse imprenable pendant un jour ou deux, mais la menace ne va pas disparaître.

 Le problème se situe dans la région de la Ruhr, autour de Cologne. 
« Des tribus étrangères ont-elles transformé la région de la Ruhr en zone de non droit ? » demande le principal journal allemand, Die Welt, à quelques jours de la veille du Nouvel An.

Entre temps, on rapporte que des représentants de la communauté arabe de la Ruhr ont dit à la police : « La police ne gagnera pas de guerre contre nous parce que nous sommes trop nombreux. »

Comme le montre l'appel désespéré de ce syndicat de police, le gouvernement Merkel a décidé d'ignorer la situation difficile des autorités policières, au moins pour l'heure. 

Cela devrait être évident, même pour un observateur occasionnel, que son gouvernement ne se soucie toujours pas des victimes de l'échec sa propre politique concernant « les réfugiés ». Il semble que l'Allemagne se dirige vers une nouvelle année difficile.



ET AUSSI

LA FRANCE DES DHIMMIS !

RAPPEL:

6 décembre 2016



 

Bernard Cazeneuve s’est exprimé en ouverture de la 3e instance de dialogue avec l’islam de France, qui s’est tenue place Beauvau le lundi 12 décembre 2016. 

L’occasion pour le Premier ministre de rappeler que son engagement sur le sujet de l’islam de France restera "total".

 
Quelques jours après avoir quitté le ministère de l’Intérieur pour Matignon, le Premier ministre était de retour place Beauvau. 

En présence de Bruno Le Roux, ministre de l’Intérieur, et face aux différents représentants de l’islam de France, il a prononcé le discours d’ouverture de la 3e instance de dialogue avec l’islam de France et fait le point sur les "défis auxquels notre pays est confronté".

Avec "émotion et fierté", le Premier ministre a tout d’abord rappelé "le travail considérable accompli" et "les moments dramatiques" que les pouvoirs publics et les représentants de l’islam de France ont "affrontés ensemble" depuis près de deux ans.

"L’ÉTAT LAÏC A POUR MISSION DE PROTÉGER LES MUSULMANS, COMME IL PROTÈGE TOUS LES FRANÇAIS"

Bernard Cazeneuve a ensuite invoqué le principe fondamental de laïcité pour souligner l’ancrage républicain de l’islam de France et de ses représentants :
 "Dans votre diversité, dans la pluralité qui vous caractérise, (…) vous incarnez cet islam citoyen,  profondément attaché aux valeurs de la République", a-t-il déclaré.
 
Face aux écueils de l’amalgame et de la stigmatisation, qui se traduisent parfois par des actes anti-musulmans inacceptables, le Premier ministre a exprimé sa détermination à lutter contre toute forme d’instrumentalisation visant à faire des musulmans des boucs-émissaires.


 
source    http://www.citoyens-et-francais.fr/2016/12