Google+ Badge

samedi 31 décembre 2016

CINÉMA: FILM ET MONDE CONTEMPORAIN !


Cinéma • Assassin's Creed : les héros virtuels dénoncent les élites réelles !


Par Eric Delbecque

ANALYSE - Eric Delbecque a vu Assassin's Creed, le film dérivé du célèbre jeu vidéo. 

Derrière l'univers Geeks et les effets spéciaux, il y voit une réflexion sur le monde contemporain. 
 C'est ce qui nous a paru faire l'intérêt de cette critique [Figarovov, 30.12]. 
Les cinéphiles apprécieront sa valeur à l'écran et, s'il y a lieu, donneront leur avis. 

 LFAR 


On ne va pas voir Assassin's Creed parce que l'on est passionné par les films ou les romans historiques… Cela n'a pas de sens de tenter d'y déceler la moindre trace de vraisemblance. 

Ce qui rendait d'avance hors sujet les invectives de Jean-Luc Mélenchon en novembre 2014 sur le jeu vidéo du même nom (en l'occurrence Assassin's Creed Unity) qui travestissait selon lui la signification de la Révolution française. 
Malgré les imperfections de la réalisation, on achète sa place d'abord pour le show !

L'amateur de blockbusters hollywoodien, en particulier ceux de Marvel et DC Comics mettant en scène des super-héros, trouvera son bonheur dans les salles obscures en admirant les combats entre les ninjas en scapulaires (pas très loin de chevaliers Jedis médiévaux) et les nervis des inquisiteurs en armure (une espèce d'Ordre Sith).

 Michael Fassbender (le Magnéto des X-Men) incarne parfaitement le rôle du marginal Callum Lynch, ainsi que celui de son ancêtre, le membre de la société secrète des Assassins, Aguilar de Nehra.

L'intrigue ne suit que de très loin l'univers des Geeks (précisons pour les néophytes qu'Assassin's Creed est d'abord et avant tout un jeu vidéo édité par Ubisoft). 
Une fois encore - c'est désormais fréquent - le synopsis repose sur la dénonciation des élites et la lente construction d'un soft totalitarisme (voir à ce sujet Bienvenue dans le pire des mondes. 

Le triomphe du totalitarisme) matérialisé ici par les Templiers, l'organisation rivale des Assassins (lesdits Templiers auraient aussi bien pu incarner le camp des «bons», mais les fantasmes qu'ils suscitent sont sans doute à l'origine de leur assignation à résidence du « Mal »).


Le réalisateur Justin Kurzel nous fait vite comprendre que les élites politiques et économiques semblent appartenir dans leur grande majorité à la société secrète des Templiers. 
Ces derniers seraient en fait le premier pilier des pouvoirs un partout à la surface de la planète. Ils tiraient déjà les ficelles de l'Inquisition espagnole au XVe siècle! 
Que cherchent-ils ? À s'emparer de la « Pomme d'Eden », une sphère contenant la clé génétique du libre-arbitre.

Grâce à un dialogue entre le docteur Alan Rikkin (Jeremy Irons), un templier de haut rang, et un membre de l'organe dirigeant de l'Ordre (appelé « les Aînés »), interprétée par Charlotte Rampling, le spectateur apprend le principal, à savoir que les représentants du Temple poursuivent comme objectif ultime la domestication des masses, qu'ils nomment de façon plus positive et pudique la suppression du « cycle de la violence ». 

 Après avoir compté sur la répression durant des siècles, ils misèrent ensuite sur la diffusion de la société de consommation pour endormir toute tentation de dissidence: il ne s'agit ni plus ni moins que d'une reformulation de l'idée de « fabrique du consentement », une thèse développée par le journaliste et auteur Walter Lippmann, et à la base de la pensée d'Edward Bernays, le rédacteur de Propaganda et le gourou de la communication d'influence et des relations publiques aux États-Unis dès les années cinquante.

De quoi s'agit-il ? En résumé, puisque la contrainte physique suscite toujours la résistance, il convient de laisser penser aux citoyens qu'ils choisissent librement leurs chaînes… 
Exactement ce que le capitalisme financier tente de faire en nous faisant croire que la marchandisation intégrale des rapports sociaux et de notre environnement est un incroyable progrès que nous désirons tous !

Toutefois, Rikkin, grâce aux travaux de sa fille Sophia, brillante chercheuse (Marion Cotillard), veut venir à bout de l'esprit critique, de la capacité même à choisir ses opinions et son parcours de vie. 

Il a donc capturé des descendants des Assassins de différentes époques pour les placer dans l'Animus, une machine qui permet d'accéder aux souvenirs de leurs ancêtres grâce à la mémoire génétique des individus. 

Callum Lynch, alors qu'il était condamné à mort pour meurtre, se retrouve enfermé dans une base templière située en Espagne (à la fois prison, citadelle et centre scientifique d'expérimentation), officiellement propriété de la société Abstergo.


« La vérité n'existe pas »
Bien évidemment, le film nous parle de la coupure entre l'hyperclasse mondialisée et le reste des populations des nations du globe. Les créateurs d'Assassin's Creed reprennent ici en l'aménageant la légende développée par l'écrivain Vladimir Bartol en 1938 dans le roman Alamut (qui narre l'histoire d'une secte religieuse ismaélite dérivée des chiites). 

Sur grand écran, les Assassins n'incarnent pas des fanatiques mais des individus apparaissant comme les gardiens du « Credo », c'est-à-dire de la foi en la liberté individuelle, de pensée, de conscience.


En assistant au serment qu'ils prêtent dès le début du film, on saisit que les mots cachent une autre réalité que leur sens littéral. « La vérité n'existe pas » veut dire : chacun doit exercer sa capacité à raisonner et à refuser les dogmes exigeant la soumission pure et simple.

 En affirmant « Tout est permis », ils vont au-delà du message nietzschéen (et de son exploration par Dostoïevski pour démontrer les limites de l'amoralisme) afin de dénoncer les lois iniques et la fausse morale. Ce qui constitue objectivement un procès en règle de toute forme d'intégrisme religieux.

Exploitation facile de la vague des théories du complot, diront certains ? Sans doute. Mais il faut d'abord y discerner le besoin contemporain de véritables héros de la liberté. 


Par-delà la claire intention commerciale de ce divertissement, à savoir populariser la licence, communiquer autour de la marque « Assassin's Creed » et favoriser les ventes des jeux vidéos, il y a effectivement dans ce film la mise à nue intéressée d'une conviction qui tend à dominer dans les classes populaires et modestes : celle qu'une oligarchie possédante confisque la démocratie à travers la mondialisation.

Bien sûr, il flotte aussi dans ces deux heures de grand spectacle un goût marqué pour la violence, ou plutôt un désir de combat, de confrontation avec le monde au nom d'un idéal ; faire partie des élus qui peuvent sauver une réalité à la dérive fait immanquablement partie des aspirations puissantes de la jeunesse.  

Assassin's Creed met le doigt sur ce qui manque à l'Europe: une quête. On sait hélas à quel point cette aspiration peut porter à la violence et à la barbarie lorsqu'elle ne trouve aucune forme de satisfaction (il est utile à cet égard de lire Les nouveaux enfants du siècle d'Alexandre Devecchio).


Étonnant de voir à quel point la réalité virtuelle, le plus souvent brillant auxiliaire de la dynamique marchande, se dénonce elle-même dans ce divertissement parsemé de quelques symboles forts. 

Mais qui privilégie aujourd'hui les interprétations symboliques ? 

Beaucoup préfèrent les lectures littérales qui engendrent les confrontations ou nourrissent de futiles polémiques…  

XVM18513ebe-ce8d-11e6-ad51-8a0dd95baea1-100x130.jpg
Eric Delbecque est Président de l'ACSE, auteur de : Les super-héros pour les nuls (First)