Google+ Badge

mardi 29 novembre 2016

VUE D' AMÉRIQUE ! TRIBUNE LIBRE ET POINT DE VUE !


Publié par Albert Bertold le 29 novembre 2016

1001philipo

Voici arrivé le jour où je perds la moitié des lecteurs de Dreuz.  

 

Dreuz est un média chrétien, américain et conservateur. 

Je suis un homme de droite, républicain et conservateur.

Tout ce qui peut faire perdre la gauche est une bénédiction. Mais il existe plusieurs gauches.

Ici, la ligne politique du Front National la placerait à l’aile gauche du parti démocrate. 

Et je suis un républicain, j’ai combattu le parti démocrate toute ma vie.

 Le parti travailliste britannique, un parti de gauche, est plus à droite que votre droite, dont le nom a été emprunté à mon parti Les Republicains, sans aucune de nos idées.

* Erratum voir ci-dessous.
Comme tout conservateur, je crois en ce qui fonctionne, et je me méfie de ce que ni n’a pas été validé par la vie. Je ne crois pas qu’une société puisse exister et résister aux envahisseurs musulmans si elle ne fait pas assez d’enfants. 

Si elle ne le voit pas, c’est qu’elle est aveugle et sourde aux déclarations du camp d’en face, qui a juré de noyer l’Occident avec le ventre de ses femmes. 




Une société qui n’arrive pas à se projeter dans l’avenir n’a pas d’avenir.

Défendre des idées, un mode de vie, une tradition, un héritage sans faire les enfants pour les porter est un non-sens.

Il y a la femme et il y a la ligne politique. On choisit un candidat en partie sur sa personne, et en partie sur son programme. Et nous savons qu’aucun candidat ne correspond exactement à ce qu’on souhaite, et que nous devons faire des compromis.


J’ai généralement beaucoup de respect pour cette femme, Marine Le Pen, car elle combat courageusement dans un monde d’hommes où le sexisme est omniprésent. 

C’est une blonde, et la Bimbo revolution a désarmé le mouvement féministe : une jolie femme intelligente et leader, cela existe, n’en déplaise aux féministes.

 Je ne suis pas surpris que les féministes françaises ne soutiennent pas la blonde Marine Le Pen car ce sont des hypocrites. Elles ne défendent pas vraiment les femmes, cela les discrédite et je m’en réjouis. Tout ce qui peut exposer la gauche pour ce qu’elle est vraiment, hypocrite et manipulatrice, est une bénédiction.

Les raisons pour lesquelles Dreuz ne peut pas soutenir le Front National sont d’ordre politique.

Je ne vois pas le FN comme un rempart contre le diable collectiviste

Il y a les étiquettes, et il y a la réalité. De ce côté de l’océan, nous n’avons pas le même regard que vous, en France. 

Je ne vois pas Marine Le Pen et le Front National comme un diable antisémite, suprémaciste blanc et raciste. 

Mais je ne le vois pas non plus comme un rempart contre le diable collectiviste.

Censurer et diaboliser Marine Le Pen est le meilleur moyen de la faire élire, si les électeurs se font des illusions sur son programme. 

Je ne crois pas qu’un vrai conservateur puisse trouver quoi que ce soit dans son programme qui corresponde à ses valeurs.

 Nous avons trop souffert des insultes parce que nous soutenons Donald Trump pour insulter les électeurs du Front National, qui ont mon respect, car je comprends leur combat et leurs motifs : ils ont été trop longtemps trahis par les castes politiques en place, et comme ils ont raison !


Mais Dreuz ne peut pas soutenir les idées de gauche du Front National.


Je suis un homme de droite, un conservateur. Je défends des idées de droite : moins d’Etat, moins de fonctionnaires, moins d’impôts, moins de réglementations, moins d’intervention de l’Etat dans la vie des gens. L’Etat n’est pas la solution de nos problèmes, il en est la cause.


Marine Le Pen est favorable à un Etat fort, à plus d’Etat, à une fonction publique dominante.


Le Pen dit : «Les services publics sont un patrimoine de première importance auquel les Français sont très légitimement attachés. L’un des plus grands crimes commis par les gouvernements UMP et PS successifs consiste à avoir méthodiquement travaillé à démanteler ce trésor national»

Marine Le Pen dit que le Front National est favorable à un Etat fort, parce qu’il serait «garant des services publics». Rien n’est moins vrai.


Je suis fondamentalement favorable à un Etat faible, car l’Etat est structurellement déficient dans son fonctionnement, largement moins efficace qu’une entreprise privée sur les tâches qui ne font pas appel aux fonctions régaliennes, et dès qu’il possède trop de pouvoirs, il en abuse contre le citoyen, et le soumet à son étouffant diktat bureaucratique. 

Vous connaissez cela en Europe avec les structures politiques de l’Union européenne, comment pouvez-vous dénoncer l’un et célébrer l’autre ?


Sur l’Etat, les propositions du Front National s’apparentent dans mes livres à des idées de gauche. Même si le Front National a une étiquette de droite, ce qu’il propose correspond aux programmes des gauches.

Dreuz ne peut pas soutenir un programme de gauche, et encore moins une politique étatiste.


Pour l’entreprise, âme de l’économie sans qui tout bascule dans le chaos et la misère, le Front National propose un taux d’imposition unique à 34 % maximum. Nous avons souffert 8 ans sous la présidence Obama de ce taux confiscatoire. Il a fait fuir nos entreprises, et il ne leur laisse pas les ressources pour innover, investir et aller de l’avant. 

Je suis partisan d’un taux d’imposition qui ne dépasse pas la moitié de ce montant. 15 % me semblent le maximum que l’on doive demander à une entreprise. Là encore, je ne peux souscrire à une ponction si importante, d’inspiration socialiste.


Le Front National prévoit un «plan de planification de réindustrialisation». Rien ne me dérange plus qu’entendre les mots «planification de réindustrialisation» par l’Etat. L’Etat est la pire des entités capables de donner un dynamisme au tissu industriel. 

Laissons les politiques faire de la politique, et les dirigeants d’entreprise s’occuper des entreprises. 

Croyez-vous qu’un fonctionnaire est capable de «planifier» le Google de demain ? 

Restons sérieux et gardons les pieds sur terre. N’est-ce pas ce qui fait que nous sommes conservateurs ? 

Google c’est 54 000 salariés, il est générateur d’une richesse énorme. La réindustrialisation passe par une libération des énergies créatives pour concurrencer les pays tourne-vis, et non un plan de planification décidé d’en haut par des fonctionnaires largement incompétents.

Pour cela encore, Dreuz ne peut pas soutenir une telle politique dirigiste industrielle et contraire à tout ce en quoi nous croyons profondément.

Marine Le Pen fait une distinction entre l’islam et l’islam fondamentaliste. Je ne partage pas cette vision, en fait je la trouve dangereuse, car c’est la porte ouverte à la confusion par laquelle les islamistes s’engouffrent.


Le Pen a plusieurs fois déclaré que «l’islam est compatible avec la République».

 Par exemple le 11 septembre 2016 sur TF1, après les Estivales de Marine Le Pen de Fréjus, elle explique : «Moi, je crois que oui [l’islam est compatible avec la république]. 

Un islam tel que nous l’avons connu, laïcisé par les Lumières comme les autres religions.»

Non Madame, respectueusement, vous faites une erreur profonde et dangereuse.

Le Pen tenait ce discours en janvier 2015, sur al Jazeera, où elle déclarait qu’il existe «des mosquées où prédomine la loi de la sharia» [et d’autres où elle ne prédomine pas], et que «refuser de le voir, cela veut dire qu’on assimile l’islam et le fondamentalisme islamique».

Grave erreur encore, signe d’une méconnaissance totale d’un danger qui risque de prendre l’Occident à la gorge. Une erreur fatale. Il n’y a qu’un seul islam, celui qui prône la sharia, et qui est fondamentaliste. 

Et si, dans une mosquée, ne prédomine pas la loi de la sharia, alors cette mosquée est un mirage destiné à tromper les infidèles que nous sommes. Marine Le Pen devrait le savoir. Et si elle a le courage politique qu’on lui prête, elle doit le dire.

Dans l’état actuel de ses déclarations sur l’islam, je ne peux pas soutenir le Front National.
Dans la lutte contre le terrorisme, le Front National souffre d’un mal que nous connaissons bien avec Obama : celui qui consiste à ne pas nommer l’ennemi.

Un candidat qui ne maîtrise pas les Affaires étrangères et ne connaît pas l’ennemi n’inspire pas confiance. Nous avons nos libertariens merci

Dans son programme de lutte contre le terrorisme international, le programme du Front National est vague, et c’est inquiétant. Il dit que le terrorisme «n’est en réalité que le prolongement obscur, de la politique de certains Etats». 
Lesquels ? On ne le saura pas. Et ce manque de transparence n’inspire pas confiance, car il laisse la porte ouverte à des alliances malsaines. 

De plus, rigoureusement, le terrorisme n’est pas le prolongement de la politique de certains Etats, mais l’application stricte de l’islam.


Là encore, pour nous Américains, un candidat qui ne maîtrise pas les Affaires étrangères et ne connaît pas l’ennemi n’inspire pas confiance. Nous avons nos libertariens merci.

Au titre de sa politique étrangère, le Front National évoque «tous les impérialismes, américain, islamiste, chinois…» mais «oublie» les pire de tous, l’impérialisme russe et iranien. 

C’est suspect, d’autant qu’il veut se rapprocher de la Russie, laquelle ne rêve que de cela pour reconstruire son empire perdu.

La Russie est l’ennemi de la démocratie, sa politique impérialiste n’a d’égale que son appétit pour la reconquête de sa grandeur perdue, la reconstitution de la Grande Russie, rognée sur une partie de l’Europe de l’est et du nord.

Il n’est pas envisageable que Dreuz soutienne un parti politique qui recherche des proximités avec la Russie ! Ce serait le monde à l’envers et je n’ai pas perdu la tête. La Russie post communiste est toujours un régime semi-fermé, qui repose sur la terreur économique, les mafias, et la répression de la liberté d’expression et des journalistes dissidents. Non merci.

Sur L’Iran, Marine Le Pen a des positions encore plus à gauche que John Kerry et Barack Obama. Elle ne croit pas que l’Iran cherche à se doter de l’arme nucléaire.

 Obama au moins a répété que l’Iran cherche à se doter du nucléaire. La naïveté d’Obama (ou sa complicité ?) a été de croire que le régime des Mollahs respecterait ses engagements.


Marine Le Pen prétend que ce sont les Etats-Unis qui affirment que l’Iran cherche à se doter de l’arme nucléaire. Cette lacune est à désespérer. L’Agence à l’énergie atomique est celle qui a révélé les intentions nucléaires de l’Iran au monde.

 Comment Le Pen peut-elle être encore plus naïve qu’Obama me laisse bras ballants. Rien que sur ce point, elle ne pourrait pas avoir le soutien de Dreuz : nous en savons largement plus sur la géopolitique que Marine Le Pen et ses équipes. 

L’Iran est le premier Etat terroriste au monde. Il finance le Hezbollah, première organisation terroriste au monde.

 L’Iran intervient sur les fronts syrien, yéménite, irakien et libanais, et au travers du Hezbollah, a infiltré l’Amérique du sud. De plus, le Hezbollah menace Israël.

Dreuz, comme l’ensemble des conservateurs et des républicains, soutient Israël, notre plus proche allié et pays ami. 

Entendre Marine Le Pen, dans la vidéo, affirmer que si Israël envisage de passer à l’action pour empêcher l’Iran d’acquérir l’arme nucléaire serait «une fantastique erreur» est irresponsable. 

 C’est la preuve qu’elle n’a pas compris les leçons de l’histoire, à savoir que chaque fois qu’un leader politique menace les juifs de les exterminer, il faut prendre la menace au sérieux.

Enfin, lorsque je relis les propos méprisables sur Israël du numéro deux du Front national, Florian Philippot, comment dire… :

Même la gauche la plus radicale et antisioniste n’oserait pas vomir ainsi sur l’Etat juif. 

Cet homme m’inspire avec ses propos un dégoût profond. Ici, on dirait que je suis homophobe. J’ai l’habitude…


Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Bertold pour Dreuz.info.



* Erratum : une erreur de source a fait dire à Albert Bertold que Marine Le Pen n’était pas mariée et n’avait pas d’enfants. L’information est fausse. 

Avec le décalage horaire, nous n’avons pas pu nous rapprocher de lui pour clarifier. Nous avons pris la liberté de retirer ce paragraphe de son article.



ET AUSSI


 
 
Publié par Dreuz Info le 2 décembre 2016

TOPSHOT-FRANCE-POLITICS-CONGRESS-PARTY-FN

Une de nos fidèles lectrice a souhaité réagir à l’article publié par Albert Bertold, qui explique que Dreuz ne soutiendra pas le FN. Nous lui donnons la parole parce que du débat jaillit la lumière.

Monsieur,

Permettez aux Français que nous sommes de répondre à votre article faisant état du rejet irrévocable de soutien au Front national par votre site.

Mais, avant tout, nous devons vous dire que nous n’avons jamais espéré un quelconque soutien de la part de Dreuz. Ce qui ne nous empêchera pas de continuer de visiter votre site qui, mis à part votre répugnance pour Marine Le Pen, reste un site d’information de qualité.
Vous énoncez une sentence sans appel. Marine Le Pen n’est pas libérale. Elle est de gauche. Elle veut encore plus d’État, plus de Fonction publique. Elle aurait des amitiés particulières avec l’Iran.
Par voie de conséquence, elle est anti-israélienne. Et, par dessus tout, elle est  la fille de son père.
L’antisémitisme est bien plus présent dans les partis de gauche « traditionnels » que chez les Français qui votent FN. Et vous le savez.
A commencer par tous, ou presque, les Juifs d’Algérie qui sont tellement pro arabes qu’ils ne laisseraient aucune chance de survie à Israël, si on les laissait agir. Mais, ils sont de gôche ! Et, précisément, parce que les partisans du FN sont les plus convaincants et convaincus anti-islamiques et anti gauchistes, vous devriez revoir ces idées préconçues, cette caricature dépassée, qui blesse plusieurs millions de Français.
En ce qui concerne les conséquences du programme économique de Marine Le Pen, personne n’a le droit de dire qu’il les connaît.
Comme nous pouvons dire que les programmes économiques des autres présidents que nous avons connus, avant 2017, n’ont pas été respectés et, même, ont fortement été déviés devant la « rue française » ou les exigences de Bruxelles.
Personne ne peut dire qu’elle ne ferait pas comme les précédents élus, c’est-à-dire adapter son projet à la réalité de la situation qu’elle trouverait en arrivant aux affaires. Tous l’ont fait, accusant leurs prédécesseurs de mauvaise gestion, elle ne serait pas la première.
Mais  l’importance de la montée du FN ou RBM, ces dernières années, est due à son souhait de nous voir sortir de cette Europe suicidaire, tout au moins à en revoir la constitution que nous avions rejetée et à sa volonté de stopper l’immigration létale contre laquelle aucun président élu n’a remédié. Nous ne pensons pas que, économiquement, elle pourra faire des miracles. Pas plus qu’un Fillon ou un Macron. Nous ne sommes pas nés de la dernière pluie et nous savons raison garder.
Sauf nos dirigeants, ça va de soi.
Vous dites : « Comme tout conservateur, je crois en ce qui fonctionne et je me méfie de ce que ni n’a pas été validé par la vie. »
Puisque vous vivez en Amérique et ne venez qu’épisodiquement en France, vous ne pouvez pas imaginer la vie actuelle des Français, face aux millions d’immigrés islamiques qui se précipitent sur notre continent et que nos dirigeants, présents et passés, encouragent. Cette situation, il faut la vivre au quotidien pour l’évaluer. Nous, Français, nous la vivons. Monsieur Millière en fait état dans ses articles et a récemment émigré vers les Etats-Unis pour les mêmes raisons.
La superficie des États-Unis représente 17 fois celle de la France. Quels que soient les millions d’immigrés que vous recevez, ils se perdent dans l’immensité de votre territoire. Chez nous, ils se concentrent dans les seuls 549 millions de kilomètres carrés que nous possédons.
Et nous pouvons vous certifier, nous, Français de France, que notre système ne fonctionne plus depuis de nombreuses années parce que notre vie, présentement, ne peut pas valider la mort lente à laquelle est soumise notre pays.

Vous parlez d’économie. Nous répondons par cette cette question :

Sachant que l’immigration coûte quelque 170 milliards d’euro chaque année aux Français, que cette France emprunte chaque mois des milliards d’euro pour faire face à la dépense de l’État, à des taux qu’il faut bien accepter, privant les Français d’un pouvoir d’achat supérieur et dont les PME sont les premières victimes, ne croyez-vous pas que lorsque MLP dit que nous aurons une meilleure protection de santé, une administration plus efficace, un chômage en nette régression, elle le dit parce qu’elle est certaine qu’elle pourra assainir la France de toutes les sangsues immigrées qui la saignent ?
Ce qui serait un appel d’air frais pour tous les Français qui veulent travailler et vivre sans être étouffés par les impôts de toutes sortes qui nous sont ponctionnés pour boucler les fins de mois de l’État déficitaire.
Mais, nous, nous avons compris que c’est de cette façon-là qu’elle envisage l’amélioration de la France de demain. En nous défaisant de toutes ces bouches à nourrir qui ne rapportent rien et coûtent toujours plus.
Notre système d’assurance maladie n’est même plus l’Obamacare contre lequel vous avez combattu. Des millions de Français n’ont plus les moyens de payer une mutuelle qui viendrait rembourser leurs dépenses de santé.

Mais ! Car il y a un mais…

Ces Français-là, ne sont pas forcément issus de l’immigration, ce ne sont pas forcément des gens au chômage, ce sont des travailleurs, souvent pères de familles dont les revenus n’excèdent que de quelques euro, le SMIC.
Idem pour les retraités qui n’ont plus accès aux soins élémentaires parce que leurs pensions, allouées par le régime général, ne leur permet pas de contracter une mutuelle complémentaire avantageuse et abordable.
Et, dans notre France en pleine mutation, soit vous gagnez moins d’un certain plafond et vous avez droit aux assurances et mutuelles gratuites, soit vous dépassez ce plafond et vous devez vous débrouiller tout seul. Et il y a des millions de Français qui sont dans une moyenne qui ne leur permet pas l’adhésion à une mutuelle décente et ne leur permet pas, non plus, de bénéficier de la gratuité des soins.
Mais, ce que vous ne devrez jamais perdre de vue, c’est qu’avec l’avènement de l’euro depuis 2002, si notre monnaie égale à peu de chose près votre dollar, nos salaires, eux, sont très nettement inférieurs aux vôtres.
Ainsi, pour l’année 2015, le salaire moyen aux Etats-Unis s’élève à 4 177 dollars par mois. Tandis que le salaire moyen en France s’élève, lui, à 2  449 euro mensuels.

Mais, revenons au programme de la candidate Marine Le Pen duquel vous dites qu’il est un programme de gauche auquel vous n’adhérez pas.

Les Français ne veulent plus de ces équipes pro islamistes de la gauche et de la droite, dites à tort traditionnelles. Car, précisément, la tradition française n’est pas celle de l’islam mais, résolument, celle d’un pays laïc où tout le monde trouvait son compte, avant cette invasion.
Or, que nous proposent ces gens de droite et de gauche ? Plus d’immigration, toujours plus d’immigration. Plus d’islam, toujours plus d’islam.  Pire, ils ont allés jusqu’à réécrire la véritable Histoire de France enseignée à nos enfants, pour y inclure le dogme de cette religion barbare et sectaire afin de ne pas stigmatiser les Français issus de l’immigration arabo-musulmane.
Non, Monsieur, l’Histoire vraie d’un Pays ne peut être contournée au gré des mouvements migratoires pour plaire aux nouveaux occupants. Elle se doit d’être rapportée, avec ses bons et mauvais côtés, comme elle a été vécue au fil des siècles.
Pour cela, nous faisons entièrement confiance à Marine Le Pen. Pas d’immigration. Pas d’islam.
Nous sommes ce que vous appelez des populistes ? Oui. Certainement. Nous ne renierons jamais nos origines, nos us et coutumes, notre religion parce que d’autres, venus des pays islamiques, ont la volonté de changer ce que nous sommes.
Quant à ces gens de droite que vous avez soutenus et que vous soutiendrez encore – Fillon, aujourd’hui, hier, Sarkozy – sachez que nous ne leur ferons plus jamais confiance. Ils ont beaucoup plus de connivence avec les pays arabes, les Saoud, les Qataris, les Koweïtiens ou les Iraniens, que n’en aura jamais MLP, puisqu’elle n’a jamais été élue, que vous accusez de collusion avec l’Iran.
Juppé, Sarkozy, Hollande et avant eux, Chirac, Mitterrand ou Giscard se sont soumis à ces pays sans aucun complexe. Leur argent comptait bien plus (pour leurs campagnes, entre autre) que la souveraineté de la France. Vous avez connu cela avec votre Obama et  Clinton.
N’oubliez pas que chaque président français et ce, dès qu’il a été en campagne pour le devenir, a fait le voyage par Alger imposé. Car nous dépendons de ce pays « indépendant » beaucoup plus que lorsqu’il appartenait à la France. Et les régimes des visas qui leurs sont accordés  – voire, imposés par l’État algérien – sont autant de manque à gagner et à bien vivre pour les Français qui voient chaque année, depuis 40 ans, le marché du travail se réduire comme peau de chagrin.
Si nous ne sommes plus un pays prospère, c’est parce que l’on nous a imposé, depuis 54 ans, une immigration maghrébine sans qualification, paresseuse, se reproduisant à très grande vitesse, soucieuse avant tout de bénéficier du système de protection sociale ( sécu – alloc – chômage – etc) et par dessus tout, une immigration animée d’un ressentiment tenace envers la France colonisatrice.
Nous ajouterons qu’à ces avantages auxquels ils ont systématiquement droit jusqu’à aujourd’hui, les divers gouvernements de gauche et de droite qui se sont succédés n’ont eu de cesse de privilégier cette immigration maghrébine au détriment du Français, de souche ou non, mais totalement assimilé à notre culture.
De sorte qu’en favorisant la gratuité de leurs études, l’accès aux administrations, les formations professionnelles et on en passe, ils ont laissé nos enfants sur les listes d’attente quand ils n’ont pas été obligés d’abandonner tout espoir d’y parvenir, par manque d’argent.

Un fossé, un abîme, s’est créé entre nos communautés, qui ne sera jamais comblé. Et la faute en revient essentiellement aux dirigeants et faiseurs de lois dans notre pays depuis plus de 50 ans.
Oui, nous pouvons dire que ceux-là ont avantagé les Français issus de l’immigration arabo-islamique sans que, pour autant, ils en aient été remerciés, en retour, par un résultat positif qui aurait pu apporter « une chance à  la France ».
Depuis les violences de 2005, tous les Français savent que « la préférence à l’immigré » n’aura servi à rien.
A rien, parce qu’ils se disent, malgré les vérités énoncées, toujours victimes du système français.
A rien, parce qu’ils n’ont pas encore compris que, dans des familles nombreuses comptant 5/6 enfants ou plus, il y aura toujours celui ou celle qui aura la chance d’avoir sa place et que les autres resteront à la traîne parce qu’on ne peut pas étirer le territoire français comme un chewing-gum. Que les entreprises françaises n’ont plus la possibilité d’embaucher parce qu’elles croulent sous le poids des charges patronales. Que, dans une administration, celui qui parvient à y entrer va y rester au moins 25 ou 30 ans et que les postes à pourvoir restent dépendants des défections ou des mises à la retraite.


Mais ça, eux, les «issus de l’immigration» ne veulent pas le comprendre. La France « leur doit ». Elle leur est et leur sera, toujours, redevable. Ils continuent de faire des enfants, beaucoup d’enfants, qu’importe l’avenir, la France payera. Et, surtout, la religion leur interdit l’avortement. Mais elle ne leur interdit pas d’abandonner les enfants à la DASS. Ça, c’est permis et même conseillé.


Oui, c’est vrai, les Français de souche européenne font beaucoup moins d’enfants. Mais parce qu’ils ont compris qu’ils ne pouvaient pas leur offrir un avenir serein. Pourquoi nos parents, jusque dans les années 60, faisaient des familles de 3/4 enfants ? Parce que l’IVG n’existait pas ? Non, parce qu’il y avait un marché du travail florissant, que la vie était beaucoup moins chère et que cette mondialisation délétère ne nous avait pas encore frappé de plein fouet. Et on nous reproche, aujourd’hui, un taux de natalité trop bas chez les Français non-musulmans. De qui se moque-t-on ?


Vous avez balayé l’establishment, en Amérique, en choisissant Donald Trump. Vous avez certainement eu raison, votre gauche ne vaut guère mieux que la nôtre. Mais votre conservatisme n’a rien à envier à notre droite française. Leur position en faveur de Clinton ressemble à s’y méprendre aux décisions annoncées par les prochains candidats et au résultat de l’élection de Chirac qui a vu ces deux partis « ennemis » s’allier pour défavoriser le peuple français.
Et ce sont ces raisons, auxquelles peuvent être ajoutées tant d’autres que nous n’avons pas la place d’énumérer, qui font que près de 30% des Français votent pour le parti de Marine Le Pen.

Si l’Amérique reste un pays riche, la France ne peut plus s’aligner, depuis longtemps, avec les grandes puissances. Et les Français s’appauvrissent de jour en jour.
Pouvez-vous nous reprocher cet espoir de redevenir une grande puissance ? Sommes-nous irrémédiablement condamnables parce que nous souhaitons un réel changement dans la politique mortifère menée, depuis 40 ans, dans notre pays ?


Nous sommes des Français qui aimerions revoir la France briller sur la scène internationale.
Mais, pour ce faire, elle doit retrouver son identité, ses valeurs, son hégémonie.
Elle doit redevenir une France dans laquelle la diversité qui la compose ne sera plus un handicap mais un atout.



Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Nobeline Nobel pour Dreuz.info.