Google+ Badge

lundi 24 octobre 2016

RÉVOLTE : FLIC DE BASE CONTRE L' ISLAMO-GANSTÉRISME ???


Le poids des mots



par Louis-Joseph Delanglade


On a fini par s’habituer : les plus résignés y voyant un mal moderne inévitable sévissant ailleurs sous d’autres formes, les plus fanatiques le considérant comme le symptôme temporaire de la marche forcée vers le multiculturalisme de leurs rêves. 

Que se produisent des agressions verbales et/ou physiques dans des établissements relevant de l’Assistance publique ou de l’Education nationale (le plus souvent de la part d’une « population » paraît-il mal intégrée, mais qu’il est interdit de stigmatiser en la nommant), c’est en fait devenu une banalité. 

D’ailleurs, le traitement suggéré par les diverses hiérarchies à ce qu’elles veulent continuer de considérer comme des « incivilités » se ramène, si l’on en croit la lecture de leurs recommandations à trois mots : « écoute, dialogue, respect ».   Les victimes apprécieront.

Cependant, quand la violence touche la police elle-même, comme cela vient (encore) de se passer à Viry-Châtillon le 8 octobre, on comprend qu’un pas a été franchi. M. Cazeneuve a bien essayé d’atténuer, à défaut de la masquer, la réalité des faits. 

Pourtant, ne lui en déplaise, qu’on le prenne dans son acception botanique ou sociale, le terme de « sauvageon » ne convient pas et, plutôt qu’un euphémisme, il constitue une impropriété : ce ne sont pas des « sauvageons » qui ont tenté à l’évidence de tuer des policiers en les brûlant vifs, ce sont des assassins en puissance que le sacro-saint principe de précaution commande de mettre hors d’état de nuire. 

Le ministre de l’Intérieur n’ignore pas qu’un assassinat est un meurtre commis avec préméditation et qu’à ce titre le droit pénal le considère comme le plus grave des crimes contre la personne. 

Faut-il donc que les policiers soient vraiment morts pour qu’il admette explicitement l’évidence ?

M. Cazeneuve, en bon petit soldat de la gauche bien-pensante, privilégie les principes - aujourd’hui on dit « les valeurs » - de la République. Ce qu’il défend, ce ne sont pas les Français, encore moins la France, ce sont des abstractions : on connaît la chanson… 

Or le flic de base, lui, évolue dans le concret, ce qui explique son profond mécontentement. 

Ce n’est certes pas la première fois que des policiers manifestent : il y a moins d’un an, le 14 décembre 2015, ils étaient sept-mille cinq-cents, place Vendôme, pour conspuer la très laxiste Mme Taubira, à la suite des graves blessures causées à l’un d’entre eux par un détenu récidiviste en cavale

 Si on remonte plus loin, dans le temps, le 13 mars 1958, devant le Palais Bourbon, une manifestation des policiers parisiens, véritable acte d’insubordination et de défiance vis-à-vis du régime, précède d’un mois la chute du cabinet de M. Félix Gaillard et de deux le retour du général De Gaulle…


La police nationale a certes besoin de plus de moyens (évidence sur laquelle il est inutile de s’étendre), elle doit aussi être le bras armé d’un Etat manifestant la volonté politique de s’en prendre radicalement (au sens étymologique) à ce que M. Boutih lui-même, ancien président de « SOS Racisme » et député socialiste, appelle « l’islamo-gangstérisme ». 

Ce n’est pas nous qui l’avons dit. 


Source:   http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2016/10/23