Google+ Badge

vendredi 28 octobre 2016

IMMIGRATION: LES ASSISTANTS SOCIAUX COMPLICE DE L' INVASION .......

Publié par Rosaly le 26 octobre 2016


mineur-de-calais

Dans son article intitulé : La gauche accuse l’extrême-droite de nazisme. l’extrême-droite dit que les nazis étaient socialistes : une affiche d’époque les met tous d’accord, Jean Patrick avait très justement écrit :


«L’aveuglement idéologique est si puissant que personne ne se souvient plus à quoi ressemble un enfant ? 
Voir ces costauds gaillards barbus d’un mètre quatre-vingt descendre du bus, et entendre les commentateurs dire que ce sont des enfants mineurs aura été pour moi un nouveau moment de prise de conscience de la dérive médiatique



L’histoire de Rosie illustre à la perfection cet aveuglement idéologique, non seulement médiatique, mais également celui de certains citoyens dont la naïveté et la gentillesse sont exploitées au maximum par cette idéologie de l’accueil des réfugiés et migrants poussée à l’extrême. Ainsi, un coucou de la pire espèce est entré dans le nid d’une famille anglaise pleine de compassion envers les «mineurs» isolés de la jungle de Calais…



Cette gentille et confiante mère de famille appelée Rosie, émue par l’histoire d’un enfant de 12 ans en provenance de la jungle de Calais qui a fui les horreurs de la guerre en Afghanistan après avoir perdu ses parents, l’avait chaleureusement accueilli dans son foyer…


Qui ne résisterait pas à l’envier d’aider et de protéger un enfant de 12 ans victime de violences et d’agressions sexuelles ?


La famille se convertit même au halal en l’honneur de leur petit protégé.

«Il était mince et je me dis en moi-même que Dieu le protège. Il se montrait poli et humble» raconta Rosie aux journalistes du Sun

Les assistants sociaux lui avaient dit qu’il était âgé de 12 ans. Il avait 21 ans.



Si ces gens s’appelaient Abdel, Karim, ou Yacine, rien d’étonnant qu’ils aient menti à cette naïve infidèle qui de son côté aurait dû quand même remarquer que «l’enfant» faisait beaucoup plus âgé que 12 ans. Sa compassion semblait l’avoir rendue aveugle.



Cet «enfant» partageait la chambre du fils de la famille, âgé de 13 ans. Rosie a aussi 2 filles, respectivement âgées de 12 et 14 ans. Inconsciente la bonne dame.



Sa déception fut grande quand elle prit conscience que «l’enfant» était en réalité un adulte de 21 ans. The Sun rapporte qu’il y avait, en plus, des contenus choquants sur son portable : des images pornographiques et des photos de talibans.



Une analyse informatique des photographies «d’enfants migrants» arrivés à Londres cette semaine suggère que beaucoup pourraient être dans la vingtaine ou la trentaine. Cette ruse pourrait être utilisée par de jeunes jihadistes.

Rosie devint suspicieuse quant à l’âge réel de son invité suite à certains détails troublants observés aux cours d’activités sportives auxquelles elle convia son «petit protégé» :

  • A la piscine, elle fut surprise par la pilosité très développée non seulement sur le visage, mais aussi sur le corps de «l’enfant» (il fut d’ailleurs refusé de monter dans bus scolaire avec un ticket enfant, car un chauffeur de bus, homme de bon sens, ne peut pas se laisser embobiner).
  •  
  • Au centre d’escalade, sa force inhabituelle pour un enfant de 12 ans l’intrigua lors d’un exercice.
  • Et son habilité au stand de tir acheva de la surprendre.



En outre, son comportement changea.


Il devint plus agressif, demandait de l’argent, et recevait des appels téléphoniques de numéros inconnus. 
Il commença à se plaindre de ne pas pouvoir prier dans la chambre, car il y avait trop de posters sur les murs.



Au cours de son interview, Rosie ajouta que les derniers mots de «l’enfant» à son attention furent :

«Je te tuerai, et je sais où habitent tes enfants»

«Je ne puis affirmer qu’il était un terroriste, mais je pense qu’il venait d’un camp d’entraînement. C’était un grand acteur !, dit maintenant Rosie qui s’est réveillée de ce mauvais rêve. Chaque jour je contrôle la voiture. Je veille à ce que les fenêtres de la maison soient fermées. Je panique, car je sais qu’il connaît nos habitudes.»


«L’enfant» de Calais a été débouté du droit d’asile après avoir été arrêté pour agression présumée, mais il a fait appel.



Connaissant la grande clémence des juges britanniques, il ne sera ni expulsé ni emprisonné.

Certains «enfants» paraissent avoir près de 40 ans !


Tant pis pour la gentille et accueillante famille anglaise ! Après tout, dans nos sociétés si compassionnelles envers l’étranger, le droit à la liberté de ce «charmant réfugié» va certainement primer sur le droit à la sécurité de la généreuse, mais oh combien candide et imprudente famille britannique..



Suite à la polémique soulevée par la malheureuse expérience de Rosie, le député David Davies et plusieurs de ses collègues demandent des contrôles dentaires beaucoup plus sérieux de tous les migrants «enfants» arrivant en Angleterre de Calais, certains paraissant avoir près de 40 ans : «Si nous ne le faisons pas, nous verrons des hommes âgés de vingt à quarante ans être placés dans des familles d’accueil et des classes en compagnie d’enfants vulnérables.»


Certains prennent déjà la défense de ces migrants supposés «mineurs» en arguant que ces «enfants «ont vieilli précocement (sic) suite aux affres de la guerre.


Mais le député conservateur Alec Shelbrooke a déclaré qu’il s’attendait à voir «des enfants qui ressemblent à des enfants», ajoutant que : «cette situation devient une mascarade, un sujet de risée.»



La réalité : Soixante-cinq pour cent des «enfants» réfugiés arrivés précédemment à Calais se sont révélés être des adultes !

Et pendant ce temps, des enfants vraiment âgés de 10-12 ans sont toujours dans la jungle… Les responsables du transfert des «mineurs» de la jungle vers l’Angleterre ont-ils du sable dans les yeux ?



Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

child-migrant
11 ans…

Source:” “UK: Migrant’s foster mother finds he isn’t- 12 year-year-old ‘refugee’ but 21-year-old jihadi” Jihad Watch/The Sun


ET AUSSI



C' EST EN BRETAGNE !!!

Migrants à Kerlaz (29). 

Tensions communautaires et difficultés pour les femmes d’être seules avec eux …


familles_syriennes
Les fameux « syriens de Calais ». Une photo vaut mieux qu'un article « désintox »
27/10/2016 – 07H00 Kerlaz (Breizh-info.com) – 20 migrants de Calais vont arriver dans les prochaines heures au CAO de Kerlaz (institut la Clarté) à proximité de Douarnenez. 


Au total entre 700 et 900 individus seront logés, nourris, blanchis dans des locaux en Bretagne (B5)

Comme dans tous les centres d’accueil et d’orientation – et contrairement aux propos véhiculés par des élus locaux peu scrupuleux dans toute la Bretagne – il s’agit essentiellement d’hommes, célibataires, et en provenance d’Afrique noire.  

Les fameux «réfugiés syriens» de Calais ne représentent qu’une petite minorité. Il s’agit donc principalement d’une immigration économique, contrairement à ce qu’ont affirmé avec force durant des mois journalistes subventionnés, élus et représentants de l’État.


Une vingtaine y séjournait également ces derniers mois. 

Un séjour qui ne s’est pas passé sans encombre notamment concernant la place des femmes bénévoles avec les migrants hommes ou la cohabitation entre nationalités différentes.


Breizh-info a pu ainsi prendre connaissance d’un  compte rendu – en date d’août 2016 – de la réunion du groupe de bénévoles de Kerlaz, qui s’occupent des migrants. 
 Voilà ce qu’on peut lire dans ce document – établi, rappelons-le  par des bénévoles favorables aux migrants – sur les problèmes rencontrés :
 
– absence de wi-fi à la Clarté
– isolement du CAO à Kerlaz
– ils sont trop nombreux (20, la capacité maximale du CAO)
– frictions entre eux  tensions au sein du groupe des personnes, vie commune pour des nationalités différentes, manque d’info sur les statuts de chacun, accueil court (2 mois), leur angoisse par rapport à leur devenir
-il faudrait une aide psychologique pour certains d’entre eux
-il faudrait une présence plus longue de professionnels sur le site (24H/24 ?: présence d’un gardien ?)
-difficulté pour prendre contact  : comment prendre un rendez-vous avec eux ? leur donner une information ?difficulté pour rentrer chez eux (il n’y a pas de sas d’entrée)
-comment faire pour construire quelque chose avec eux ? quels sont leurs besoins ? quoi faire ? comment être avec eux ?
difficulté d’être une femme seule avec eux ; le tutoiement : bien ou pas bien ?…
– La vie en communauté à la Clarté est très difficile pour certains (bruit, problèmes de sommeil…) : faire attention à ce que ce que nous proposons chez eux ne rendent pas la vie collective plus tendue
– FLE : organiser une aide dans la continuité des cours en augmentant le temps de conversation en français et en développant les compétences du groupe. Utiliser les BD et livres comme moyen de discussion
– partager un listing des coordonnées des bénévoles pour connaître les numéros de tel si besoin.


Le tableau idyllique – aux relents parfois très colonialistes – dressé par la presse subventionnée et les bénévoles en public à propos des migrants masque une réalité bien plus trouble ; de quoi inquiéter les citoyens à qui l’on impose d’accueillir des populations ne partageant ni les mêmes cultures, ni la même langue, et ayant parfois des comportements opposés à celui des Européens.


Dernier exemple en date : les incendies qui se sont multipliés dans la Jungle de Calais ces derniers jours, et pour lesquels la seule réponse du gouvernement, par la voix de sa préfète, a été tout simplement hallucinante : la préfète du Pas-de-Calais a affirmé sur BFMTV que ces incendies étaient le fait « d’une tradition de la population migrante ». 

« Les chefs de la communauté nous avaient dit : ‘Quand on s’en va, on nettoie en mettant le feu ».

A en perdre la tête …

Crédit photo : DR [cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine


Migrants à Saint-Brevin-les-Pins. Monique Rabin (PS) : « Bienvenue chez nous, tu y seras chez toi »

calais
26/10/2016 – 08H15 Saint-Brevin-les-Pins (Breizh-info.com) – 

 Député (PS) de Loire-Atlantique (9ème circonscription) Monique Rabin est une partisane de l’immigration et de l’accueil des migrants illégaux. 

Après avoir participé à une manifestation pro-migrants il y a quelques jours, elle a tenu à le faire savoir, dans une « lettre à un migrant de Calais »  que la presse régionale subventionnée s’est empressée de relayer. 

Un texte emblématique de soumission à l’Autre, preuve qu’une certaine doxa socialiste d’inspiration chrétienne existe encore.


Sous le titre  évocateur  « Bienvenue chez nous, tu y seras chez toi », la députée de la République indique donc à des individus rentrés illégalement sur le territoire français qu’ils sont chez eux en France. Avec un tutoiement de rigueur un brin condescendant.


« Je ne sais pas qui tu es, ni d’où tu viens. Je ne sais pas ce que tu fuis : la guerre ? La faim ? La torture ? Le souci des tiens confrontés à l’extrême pauvreté ? Je sais que forcément ce fut pour toi un déchirement absolu de quitter ta famille, ta maison, ton métier. Pour venir chez nous, tu as affronté la cupidité des passeurs, les mers, le froid, la rue.». 

Question : comment Monique Rabin peut-elle être sûre que les migrants fuient si elle ne sait pas qui ils sont ni d’où ils viennent ?


Et Monique Rabin de poursuivre : « Le 25 août 2015, il pleuvait terriblement sur Calais. Je t’ai aperçu dans la «jungle». Instantanément tu es devenu, au creux de mon ventre, non plus «la crise migratoire» mais une personne. J’ai eu très mal de ta souffrance si visible, si honteuse.». 


Et d’accabler une partie de ses administrés qu’elle est censée représenter : « Certains français chez nous trouvent que ta place est là-bas sur les champs de bataille ou dans les bidonvilles. Plus triste encore, des français ont oublié que certains des nôtres, comme toi, ont dû quitter notre pays pour échapper aux trains de la mort avant d’être accueillis par des Justes, dans des pays qui leur ont ouvert les bras. 

 Sache que ces français-là ne reflètent pas l’âme de la France.» 


 On notera au passage que, lorsque Madame Rabin parle des Français, elle omet de mettre une majuscule…


57% des Français estimant, en août 2016, qu’il y a trop d’immigrés en France, ne représenteraient donc pas l’âme de la France. Impossible de voir un sondage se confirmer par référendum, Monique Rabin y étant opposée. 

La comparaison douteuse avec les trains de la mort et la Seconde Guerre mondiale ne manquera pas de susciter, là encore, la polémique …


« Ici sur notre Pays de Retz, terre de modération et d’humanité, des collectifs généreux sont nés pour t’accueillir, toi et les tiens. Dans nos communes, des élus se sont engagés depuis le premier jour et le représentant de l’Etat a pris sa juste part, avec le concours d’une association expérimentée, pour t’offrir à Saint Brévin les Pins, un lieu de repos et pour t’accompagner dans tes démarches et ta reconstruction personnelle.

  Ces engagements divers sont cet autre visage de la France.», explique Madame Rabin, sans toutefois insister sur les mannes financières que touchent les associations – comme Trajet , par exemple, qui viennent en aide à ses migrants. 

Une manne financière financée par l’ensemble des contribuables, y compris ceux qui « ne reflètent pas l’âme de la France ». 
monique-rabin


Nous vous laissons découvrir la suite : 
« Pour répondre à la haine qui a pu se manifester, sans naïveté je veux te redire, à toi et aux tiens, que nous n’avons pas peur de vous. Vous êtes nos amis, nos frères, nos pères, des êtres humains, avec vos faiblesses et vos forces. Entendre que les migrants seraient forcément des criminels me fait horreur. Je voudrais au contraire vous aider à retrouver votre dignité bafouée sur les mers et dans les broussailles de Calais.»  

Bob Marley fumant un joint n’aurait pas dit mieux.


« À toi, migrant inconnu, je te souhaite la bienvenue. Je serai heureuse de te rencontrer, de t’entendre, de partager. La fraternité créée t’aidera, je l’espère, à surmonter les obstacles qui subsistent. Car bientôt tu recevras des papiers actant la régularité de ta présence parmi nous. A ce moment précis tu seras sans doute très heureux. Mais ton combat ne sera pas achevé : les tiens seront encore exposés à l’extrême pauvreté, à la mort peut-être. Tu voudras travailler dur pour les aider. Tu vivras alors douloureusement le manque de reconnaissance car tes diplômes n’auront aucune valeur aux yeux de ceux qui devront reconnaître tes compétences professionnelles. Il te faudra peut-être accepter des petits boulots pour survivre. Dans la fatigue et la solitude, tu perdras parfois ton esprit combatif. Tu liras alors dans les yeux, au pire l’ignorance et le mépris, au mieux la pitié. »

Monique Rabin l’avoue donc ; ces migrants ne sont pas des réfugiés – les individus arrivant de Calais sont d’ailleurs des hommes jeunes, célibataires, originaires d’Afrique et non pas des Syriens comme le gouvernement a cherché à faire croire –  mais bien des populations destinées à rester et à s’installer durablement sur le territoire français, voire à acquérir la nationalité française .

« Trop souvent ces questions sont abordées de manière unilatérale comme si seul l’étranger avait besoin de nous. Mais moi je veux que tu saches combien nous avons besoin de toi. La relation humaine, vraie, ne se construit que dans l’échange. Dans ce monde occidental, qui abandonne progressivement sa philosophie des droits de l’Homme au profit de biens plus matériels, et qui préfère la circulation des biens et des capitaux à celle des personnes étrangères, nous avons besoin de toi. Tu peux nous aider à un sursaut salutaire. C’est par les actions que nous mènerons chacun de notre côté et c’est dans l’amour de l’être humain que nous retrouverons, toi et moi, toi et le peuple de France, notre dignité. Pour tout ce monde à renaître je te remercie. » Amen.


Une telle copie mérite une appréciation. On proposera celle-ci : «Monique Rabin a de l’imagination et des bons sentiments , mais elle semble totalement déconnectée du réel, ce qui, vu la fonction qu’elle occupe, ne peut qu’amener une nouvelle déconnexion entre elle et ses administrés. » A nos lecteurs le soin de lui donner une note…


Yann Vallerie
Photo : Ignace et Wikipedia (cc)

  [cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine