Google+ Badge

jeudi 29 septembre 2016

PRISONS FERME POUR LES MARCHANDS DE MORT !

Quimper. 

Des gros trafiquants d’héroïne écopent de prison ferme

heroine_trafic
29/09/2016 – 06H30 Quimper (Breizh-info.com) – 
 Un réseau de dealers était jugé cette semaine à Quimper. Notamment pour trafic d’héroïne, de cannabis, et pour association de malfaiteurs. 
 Composé de douze personnes, ce «réseau de la mort»  comparaissait devant le tribunal de Quimper. 

Les prévenus ont écopé de peines allant de 5 années de prison ferme (soit entre 2,5 et 3 après les remises de peine possibles) à de la prison avec sursis.

Le réseau de dealers opérait en Bretagne, en Normandie, alors même que le «chef» présumé du réseau faisait ses affaires en prison (il est incarcéré à Brest),épaulé par un ami  et sa compagne, dehors. 
Une compagne consommant elle même jusqu’à 10 grammes d’héroïne par jour, qui organisait le réseau, avant de révéler une grosse partie du trafic à la police.

La drogue arrivait de l’Eure avant d’être entreposée chez des « nourrices », à Plomodiern et à Plonévez-Porzay. 

Au total, plus de 10 kg auraient été écoulés de la sorte.

Le tribunal a rendu sa décision  : 5 ans ferme et maintien en détention contre T Max et La souris, tels qu’ils étaient surnommés ; 4 ans dont 1 an avec sursis et maintien en détention de Zak ; 4 ans dont 2 avec sursis contre La folle et Julay ; 3 ans dont 1 avec sursis contre Kiké ; 2 ans dont 1 avec sursis contre Le rasta et sa compagne ; 30 mois ferme et maintien en détention de Poupoune, DJ et Shérif ; 2 ans avec sursis pour le dernier.

L’héroïne, drogue dure par excellence, véritable aller simple pour l’enfer, est de plus fréquemment présente dans les affaires de stupéfiants en Bretagne. 

Acheminée par des marchands de mort trouvant pour intermédiaires bien souvent des petites frappes ou des « cas sociaux », elle coule désormais quotidiennement dans les veines de Bretons pris au piège de la dépendance …

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine