Google+ Badge

mercredi 27 juillet 2016

L' ACTUALITÉ DE BREIZH-INFO ......(3)

Dinard.

 Il crie « Allah Akbar » muni d’une fausse kalachnikov

kalachnikov
27/07/2016 – 07H30 Dinard (Breizh-info.com) – Un individu de 23 ans – habitant Rennes – a été arrêté à Dinard alors qu’il portait une fausse kalachnikov et qu’il criait « Allah Akbar », à Saint-Briac.
 Les faits se sont passés la semaine du 20 juillet 2016. L’individu, accompagné de deux personnes dont sa petite amie, s’était garé sur le parking situé entre la plage et le golf (Le Dinard Golf). Il aurait alors sorti une fausse kalachnikov, avant de menacer de mort un passant qui observait son véhicule – et qui venait d’appeler la gendarmerie.
Les forces de l’ordre arrivant, l’homme s’est enfui, avant d’être arrêté du côté de Saint-Lunaire.
L’individu n’est pas fiché ni connu des services de police. Une perquisition a été menée à son domicile, sans que la police ne trouve autre choses que des armes blanches ou des armes factices de type jouet et airsoft – comme en possèdent des millions de Français.
Libéré à l’issue de sa garde à vue, l’homme – actuellement sans emploi – sera jugé en septembre 2016 pour apologie de terrorisme. Il a été placé sous contrôle judiciaire avec obligation de soins.
Les islamistes accélèrent – aidés en cela pas des individus instables mais aussi par des « migrants » que les responsables de l’Union européenne ont accepté d’accueillir – leur tentative d’instaurer un climat de peur et de psychose dans toute l’Europe. En Allemagne, en quelques jours, une fusillade mortelle déclenchée par un Iranien possédant la nationalité allemande, mais aussi une attaque à la hache commise par un « migrant », ou encore un attentat suicide perpétré par un « migrant » syrien, ont fortement ravivé peur, colère, et révolte au sein de la population allemande. En France, les attentats de Nice, puis l’égorgement d’un prêtre en Normandie, ont accéléré également le processus.
Les autorités – en France ou en Allemagne – persistent toutefois à réfuter tout lien entre immigration, islamisme, et menace pour la sécurité de leurs citoyens. Ce n’est pas le cas en Europe Centrale ou en Europe de l’Est, où les dirigeants de ces pays semblent unanimes pour tout mettre en oeuvre pour protéger la sécurité de leurs citoyens et leur identité avant tout. Le 23 Juin, la majorité des députés bulgares a donné son feu vert pour une première lecture des modifications du code pénal qui criminalisent la prédication de « l’islam radical » tandis que Hongrie, Slovaquie, Pologne et République Tchèque se montrent de plus en plus réticent à accueillir des « migrants ».

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : indignation en Bretagne

eglise_st_etienne_du_rouvray
27/07/2016 – 5H15 Bretagne  (Breizh-info.com) – Le terrorisme islamiste a frappé à nouveau en France mardi 26 juillet 2016. Et plus particulièrement la communauté catholique.  Deux individus armés ont en effet fait irruption dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, pris en otage fidèles et prêtre, avant d’égorger le père Hamel, 86 ans, le tuant et blessant grièvement un autre fidèle. Les deux islamistes ont été abattus par la suite par la BRI (Brigade  de Recherche et d’Intervention). L’État Islamique a revendiqué l’attentat.
En Bretagne, terre historiquement catholique, c’est la consternation et la colère qui régnait à l’annonce de ce nouvel attentat.
« Nous avons appris cela et nous ne pouvons que prier pour le père Jacques Hamel et sa communauté, pour ce premier prêtre tué pour sa foi sur le sol français par ces terroristes. Y aura-t-il un deuil national proposé par l’Église catholique, avec une veillée et/ou une messe dans chaque paroisse ? Nous ne pouvons que l’espérer », déclare la rédaction d’Ar Gedour, média d’actualité spirituelle en Bretagne.
« Mgr Jeanbart, archevêque d’Alep, à l’occasion du grand pardon de Sainte Anne d’Auray qu’il présidait, nous a rappelé que ce qui se passe en Syrie pour les Chrétiens d’Orient est inimaginable au XXIème siècle, et qu’il est important que nous prenions conscience de ce qui se passe. Il faut absolument sauver les chrétiens d’Orient, nous a-t-il imploré, car une tragédie rampante est en train d’annihiler le berceau du christianisme. Si beaucoup ont conscience de ce qui se passe, il y a encore beaucoup d’autruches, et c’est sur notre sol que désormais arrive le chaos. Un prêtre, qui n’a pas l’habitude de ce genre de discours, disait pourtant récemment dans son homélie à l’occasion d’un petit pardon breton, que si nous ne prions pas, tout cela ne se passera plus ailleurs ou dans les grandes villes, mais chez nous, dans nos villages. 
Sainte Anne disait dans son 9ème message à Nicolazig  : « Confiez-vous en Dieu et en moi ; vous verrez bientôt des miracles en abondance[…] »Nous croyons réellement  en ces promesses. C’est pourquoi il est absolument nécessaire que nous reprenions le chemin de nos églises et de nos chapelles, et que la Bretagne « qui est une région où l’on peut se sentir chez soi comme chrétien » (Mgr Jeanbart) devienne ce phare  montrant que de la proue de l’Occident se lèvent dans une foi profonde une ferveur et une espérance dévastant les prophètes de malheur augurant d’heures sombres pour nos peuples. Cette Bretagne qui a offert au monde des milliers de missionnaires et qui a encore cette foi enracinée.
Peut-être a-t-elle un réel rôle à jouer aujourd’hui. Mais pour cela, les belles paroles et l’angélisme ne suffisent pas. Il faut dire clairement les choses, comme l’a fait l’archevêque d’Alep. Les chrétiens d’Orient savent exactement de quoi il ressort. A nous de voir les choses avec réalisme et espérance, sans jamais oublier que sans le Christ, nous nous perdrons. » expliquent les rédacteurs du site, très apprécié des jeunes catholiques bretons.
Du côté des différents diocèses bretons, pas de réactions officielles. Mgr d’Ornellas, qui participe aux JMJ (journées mondiales de la jeunesse) à Cracovie, a expliqué que les jeunes avaient « deux fois plus de raisons de participer aux Journées mondiales car ils veulent une civilisation de l’amour » tout en invitant « les croyants musulmans à exhorter tous leurs condisciples qui se radicalisent à arrêter leur violence ». 
Du côté des « personnalités » musulmanes, l’imam Rachid Abou Houdeyfa a posté sur facebook un message évoquant notamment un « Soutien total à nos amis de la communauté chrétienne touchée par des barbares sans foi ni raison .» tandis que les responsables de la mosquée de Nantes écrivaient : 
C’est avec effroi et tristesse que nous avons appris que Le curé de l’Eglise catholique de Saint-Etienne-du-Rouvray, dans l’agglomération de Rouen (Seine-Maritime), a été tué ce matin mardi lors d’une prise d’otages dans son église, une attaque aux motivations encore inconnues.
Les deux assaillants ont été tués lors d’une opération de la brigade de recherche et d’intervention (BRI) de Rouen. Un autre otage est entre la vie et la mort.
Face à cette horreur, cette barbarie contraire à toutes les valeurs religieuses et humaines, notre pensée va d’abord au prêtre égorgé, aux blessés et à leurs familles. A eux et à chacun, nos condoléances et le témoignage de notre sincère et profonde sympathie.
Face à cette douloureuse et bouleversante épreuve, la mosquée Assalam et le centre culturel Abdullah Al-Darwish, expriment leur soutien et leur solidarité à la communauté chrétienne et condamnent avec force l’acte criminel et odieux, visant à porter atteinte au vivre ensemble, à la stabilité de notre pays, à ses valeurs et à la sécurité de ses citoyens.»

Du côté des politiques en revanche, quelques réactions, même si certaines personnalités locales brillent par leur absence :

Du côté de Bruno Retailleau, président (LR) du conseil régional des Pays de la Loire, c’est à nouveau l’indignation qui prime : « L’horreur a encore frappée, et cette fois dans une église. Mes pensées vont aux familles, à la paroisse et à tous les chrétiens de France.». Invité sur BFM TV, il a par la suite déclaré qu’il n’était pas acceptable qu’un individu ayant un bracelet électronique puisse être suffisamment peu surveillé pour commettre ce type d’acte.
Marc Le Fur, député et conseiller régional de Bretagne (LR) a lui aussi réagi :  « #SaintEtienneDuRouvray nos frères chrétiens d’Orient nous avaient pourtant prévenus mais nous ne voulions pas les entendre ».
Gilles Pennelle, responsable du FN en Bretagne et conseiller régional, réagit : « Les politiciens UMPS qui ont fait rentrer les loups dans la bergerie devront rendre des comptes au peuple français ! #SaintEtienneDuRouvray » tout en retweetant les déclarations de Nicolas Bay « #SaintEtienneduRouvray – les safaris de @BCazeneuve @fhollande sur les lieux des drames deviennent indécents ! Qu’ils agissent enfin !».
La gauche bretonne affirme aussi, comme à l’accoutumée, qu’elle est bouleversée. comme Nathalie Appéré, maire de Rennes (PS) : « Bouleversée par cet acte ignoble dans l’église de #SaintEtienneDuRouvray . Tristesse immense et compassion. Ne pas céder, ne pas se diviser ». Johanna Rollland, maire (PS) de Nantes a déclaré, comme après chaque attentat : « L’horreur frappe à nouveau. Infinie tristesse et profonde émotion. Rester unis dans l’épreuve, ne rien ceder.»
Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères, a lui déclaré : « Épouvantable attaque contre un prêtre et des fidèles catholiques. Solidarité totale. Restons unis face à l’horreur.».
Christian Guyonvarc’h, conseiller municipal de Brest et membre de l’Union Démocratique Bretonne, s’est lui fendu de plusieurs tweets : « Les assassins de Daesh ont le même profil: tous des crapules, voleurs, trafiquants d’armes et de drogue, tous des lâches » avant de demander « que la France cesse de faire du commerce et de vendre des armes aux États qui financent les islamistes! ».



Saint-Etienne-du-Rouvray. Un foyer islamiste bien connu depuis 2014

daech_islamiste_saint_etienne
26/07/2016 – 15H45 Rouen  (Breizh-info.com) –  Les médias subventionnés semblaient s’étonner ce matin qu’un attentat puisse frapper Saint-Etienne-du-Rouvray, ville de 28 000 habitants, « un petit village » selon les journalistes parisiens de BFMTV. Pourtant, pour qui a suivi la progression de l’islamisme en France ces dernières années, Saint-Etienne-du-Rouvray n’est pas une cité inconnue. Loin de là.
Ainsi Maxime Hauchard, un « Gaulois » converti à l’Islam et fréquentant la mosquée salafiste de Saint-Etienne-du-Rouvray, avait été identifié sur  une vidéo de Daech en 2014. Hauchard, 22 ans, originaire du village du Bosc-Roger-en-Roumois (Eure), avait été identifié comme l’un des bourreaux de 18 otages syriens égorgés, une scène atroce diffusée sur Internet.
La mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray a été inaugurée en 2000 sur une parcelle de terrain offerte par la paroisse catholique de la ville.
Dans le groupe également, Frantz, 23 ans, sa compagne Laëtitia ainsi que sa belle-sœur. Début novembre 2015, ces trois personnes avaient été arrêtées à Saint-Pierre-lès-Elbeuf par les enquêteurs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Un autre jeune Normand, Jordan, 22 ans, originaire de Vernon (Eure), avait semble-t-il déjà rejoint les rangs du groupe État islamique. Il fréquentait la même mosquée salafiste de Saint-Etienne-du-Rouvray.
Le Parisien s’en était fait l’écho en titrant « Un « foyer de dérive radicale » en Normandie ». Trois autres jeunes convertis – dont l’assassin du prêtre Jacques Hamel – avaient également déjà été identifiés et pistés.
« Nous sommes face à des jeunes gens d’âge mûr qui se fréquentent par Internet au début. C’est l’occasion pour eux d’entrer en contact, de se rencontrer, de recruter de nouveaux membres et surtout de se repérer les uns les autres. Est-ce une base arrière ? Sont-ils des recruteurs ? Tout cela nécessite des investigations supplémentaires de services spécialisés », expliquait alors le procureur de Rouen, Jean-François Bohnert.
En Normandie, les individus suivis par les services de renseignements sont de plus en plus nombreux depuis 2015. De juin à décembre dernier, le Calvados est passé de 44 à 96, la Manche de 14 à 29, l’Orne de 16 à 41, l’Eure de 11 à 45 et la Seine-Maritime de 46 à 74.
«Cet attentat balaie la thèse défendue par une partie du monde politique comme quoi il faudrait simplement empêcher les jeunes candidats au djihad de partir en terre d’islam. »nous explique une source qui suit depuis des années la progression de l’islamisme en France. « En effet, y compris avec un bracelet électronique – comme portait manifestement l’un des terroristes de Saint-Etienne-du-Rouvray – le maintien sur le territoire français ne semble fabriquer qu’une frustration énorme et potentiellement très dangereuse chez ces jeunes hommes qui sont décidés à faire la guerre sainte, et non pas de partir à la chasse aux Pokemon…
Ces jeunes – qui n’ont pas forcément tous les réseaux ni l’argent pour acquérir kalachnikovs ou armes à feu – prennent alors les premières armes (blanches ou par destination) qui leur viennent sous la main pour, eux aussi, ‘faire la guerre’ à leur manière. Pour la sécurité des Français, il faudrait donc soit les mettre préventivement hors d’état de nuire en tant que terroristes potentiels, soit  les laisser partir pour qu’ils ne reviennent jamais».

A réécouter : ce que disait le criminologue Xavier Raufer après les attentats islamistes de Charlie Hebdo


Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine