Google+ Badge

jeudi 30 juin 2016

ENCORE UN MOT " POUR SALUER MAURICE G.DANTEC "

Pour saluer Dantec

  

Maurice G. Dantec, par Gérard Leclerc

GERARD LECLERC.JPGL’écrivain Maurice Georges Dantec est mort samedi soir à Montréal au Québec, où il s’était installé depuis longtemps, fuyant, semble-t-il, une France où il n’était plus guère à l’aise. 

Qu’on le veuille ou pas, qu’on l’ait aimé ou détesté, il faut se rendre à l’évidence que la littérature est, bel et bien, en deuil, parce que le défunt l’avait admirablement servie, avec une liberté supérieure. 
Provocateur né, il était porté aux sentiments extrêmes, et l’air qu’il respirait était celui des grands espaces métaphysiques, voire apocalyptiques. 

Il définissait un de ses romans Villa Vortex, comme une parabole sur la création du monde, sur la chute, sur la Genèse. 
Et il n’hésitait pas à se réclamer de la théologie. Et tenez-vous bien, il se définissait comme catholique intégral.
Un critique littéraire du Figaro parlait à son endroit de catholicisme sauvage. « Mon catholicisme, déclarait-il au même journal en 2003, c’est celui du Christ, de saint Paul, de saint Jean, des Pères de l’Église : Tertullien, Origène, saint Hilaire, saint Athanase… tous ceux qui, entre 0 et 600 ont bâti le corpus christologique. » 
 Il n’était pas tendre avec les fadaises d’un christianisme light contemporain.
 Ce n’est pas pour autant qu’il faut le considérer comme un Père de l’Église pour aujourd’hui. 

Néo-réactionnaire revendiqué, il était sans doute souvent injuste, excessif, scandaleux parfois. Rien ne lui faisait plus plaisir que d’être comparé à notre Léon Bloy, qui lui aussi ne craignait pas une certaine brutalité morale. 
Mais l’univers bernanosien, qui peut servir également de modèle de comparaison, n’était-il pas marqué par une volonté de porter à l’extrême la noirceur du monde, avec une déformation heurtée de la réalité qu’on a pu rapprocher de l’art expressionniste du début du XXe siècle ?
Dantec forçait encore la note. 
A-t-il pu ainsi ouvrir un registre mystérieux à ses lecteurs, que la culture actuelle avait enfermée dans la clôture d’une intériorité nihiliste ? 
Au moins aura-t-il secoué sérieusement ses contemporains, en se servant de l’instrument littéraire en virtuose et en sombre prophète. 

C’était le contraire d’un tiède, et son incandescence le vouait au paradis des plus fortes espérances.