Ecrivain, musicienne, plasticienne
 
Retour d’une fiesta entre bien-pensants friqués, sans doute, BHL ne trouvait pas le sommeil.
Réajustant dans le miroir son sourcil sourcilleux, ses boucles grisonnantes et les poils mutins dans son échancrure, ce phare de la pensée contemporaine, expert en stratégie militaire et cinématographique, s’est dit qu’il lui revenait une fois encore d’éclairer le monde. Et donc, à 3 h 47 du matin, il nous a gratifiés sur Twitter de cette fine analyse politique :
13529237_10153472571431266_5272046843266332805_n
La France qui se lève tôt, qui n’a pas de yacht à Saint-Tropez ni de riad à Marrakech, en un mot celle que croise BHL quand il rentre se coucher, lui a répondu. Voici quelques morceaux choisis :
Trivial :
« donc +/-50 % de la pop est raciste, xénophobe etc. bien… mais rassure toi 100 % des gens intelligents pensent que tu un gros C… »
Ironique :
« que chacun admire :
Le génie
La vision
La pertinence
De la buse »
Curieux :
« La souveraineté pour vous c’est souffler des guerres à Nicolas Sarkozy ou François Hollande ? Le sang vous excite entre deux bulles de champ ? »
Il se peut, d’ailleurs, que BHL songe ce matin à déclarer la guerre à l’Angleterre, histoire de punir ce peuple de xénophobes et de racistes…
Interrogatif :
« Comment pouvez vous être aussi intelligent tout en étant aussi c…? » Cela s’appelle le fanatisme, cher Monsieur. C’est un truc qui ne résiste à rien, pas même à l’intelligence dont vous gratifiez BHL, beaucoup trop généreusement à mon avis.
BHL est un homme borné, enfermé dans son enflure, tellement occupé de la contemplation de sa propre personne qu’il ne peut voir le monde tel qu’il est. Le sien n’est pas le nôtre et, comme nombre de ses semblables, Bernard-Henri Lévy ne tolère le souverainisme que pour Israël. Il le revendique, même. Partage avec les Bush et Compagnie le rêve du Grand Israël. C’est là la raison de toutes ses menées de va-t-en-guerre.
Ce serait de peu d’importance si BHL n’engageait que lui. Mais le drame, comme le dit Marine Le Pen, c’est que nos Présidents le prennent comme conseiller diplomatique, si ce n’est instructeur à l’École de guerre. C’est l’alliance Sarkozy/BHL qui a jeté la Libye dans le chaos, l’alliance Hollande/BHL qui a empêché toute négociation avec Bachar el-Assad…
Que BHL s’écoute parler, on s’en fout. Que les chefs d’État l’écoutent, c’est dramatique.
Capture d’écran 2016-06-24 à 13.27.21