Ecrivain, musicienne, plasticienne
 
Nul n’en doute plus : François Hollande est en campagne, et bien qu’il confesse aux Échosqu’« il y a toujours une forme de naïveté qui consiste à penser, malgré les leçons de l’Histoire, que tout finira par s’arranger » (il parle ici du Brexit), il n’imagine évidemment pas un instant que la maxime puisse s’appliquer à lui-même, les Français en ayant plus qu’assez de sa rondouillarde autosatisfaction.
Hollande y croit. Il s’y croit, ou c’est en tout cas bien imité.
 Et que fait un candidat en campagne ? Des promesses. « Qui n’engagent… » etc., refrain connu. 
Et voilà le président-candidat reparti sur le char glorieux de la « redistribution ». 
Hollande président putatif va donc redistribuer à tout va ce qu’il n’a pas en caisse. Tirer des traites sur de la dette car, comme disait Sacha Guitry,« l’important dans la vie, ce n’est pas d’avoir de l’argent, mais que les autres en aient ». Et les autres, c’est nous !
La cadeau du jour est une (hypothétique) baisse d’impôts de 2 milliards au profit des classes moyennes. 
Lesquelles, rappelons-le, se sont fait saigner à blanc en 2011, 2012 et 2013 avant que le gouvernement ne s’avise de l’effet catastrophique de la ponction publique. 
Et si quelques millions de foyers modestes sont sortis en 2014 et 2015 des griffes du fisc, cela n’a pas permis aux plus tondus de se refaire une santé. 
Il est donc évident que le « cadeau » annoncé pour 2017 ne fera qu’aggraver une situation déjà insupportable, à savoir qu’actuellement 10 % des foyers paient, à eux seuls, 70 % de l’impôt, les plus fortunés s’arrangeant pour y échapper.
C’est d’autant plus insupportable que François Hollande s’est bien gardé d’évoquer dans son interview aux Échosune autre mesure, passée inaperçue celle-là, entre l’annonce du Brexit et la dernière manif de la CGT. 
C’est la levée d’une nouvelle taxe de 600 millions d’euros, baptisée « taxe spéciale d’équipement régionale (TSER) », et prélevée… sur les ménages et les entreprises.
 Et ce cadeau-là n’a rien d’hypothétique ! « Cette nouvelle taxe sera a priori assise sur les mêmes bases que la taxe foncière. Les propriétaires peuvent s’attendre à voir apparaître sur leur feuille d’imposition une nouvelle ligne », explique un fiscaliste au Figaro.
Faux jobard qui nous prend vraiment pour plus jobards que lui, François Hollande fait l’annonce de son pseudo-cadeau fiscal le jour où la Cour des comptes publie son« rapport sur les perspectives des finances publiques ».
 Elles sont catastrophiques, le gouvernement n’étant évidemment pas en mesure de financer et les cadeaux qu’il distribue à tout va et les économies que lui impose la réduction des déficits publics, promise elle aussi.
Au menu : la levée du point d’indice des fonctionnaires (2,3 milliards), les campagnes militaires, les cadeaux budgétaires aux jeunes, aux agriculteurs, les promesses faites aux taxis ou encore « les moindres coupes dans les dotations versées aux élus locaux (à hauteur d’un milliard) »
Autre sujet de grave préoccupation : « La situation financière de certaines entreprises publiques comme Areva, EDF et SNCF, qui pourrait faire l’objet d’une recapitalisation à cet horizon ou d’autres transferts financiers. »  
Notamment, s’agissant de la SNCF, parce que le gouvernement a sabordé des années de négociations pour acheter une paix sociale qu’il n’a même pas obtenue !
Rappelons que le même Hollande a promis également aux Français, pour 2017, un « plan d’économies » à hauteur de 50 milliards. C’est peu dire qu’on n’en prend pas le chemin !
Source:  http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/