Google+ Badge

mercredi 25 mai 2016

VERDUN , LA POLÉMIQUE EST RELANCÉE ......

VERDUN, UN « MOMENT FESTIF »

  

Par François Marcilhac

500021990.jpgAlors que la décence semblait l’avoir emporté, voici que M. Ça-Va-Mieux a décidé, ce mardi 17 mai, sur Europe 1, de relancer la polémique. 
Oui, si le maire de Verdun le décide, l’Etat aidera en termes de sécurité comme financièrement, à la tenue du concert de Black M le 29 mai à la fin des commémorations du centenaire, car il est important, aux yeux de Hollande, d’assurer à la jeunesse ce « moment festif  » (sic) ! 
« Que fête-t-on à Verdun, Monsieur le Président ? Ses 306.000 tués ? Ses 406.000 blessés ? 
Que fête-t-on, Monsieur le Président ? 
Ses 700.000 vies brisées ?  », avait pourtant demandé non sans raison, dans Le Figaro du 12 mai, Erwan Le Morhedec, qui tient le blog Koztoujours. 

« Je les invite à venir me voir, qu’ils aiment ou pas ma musique, on va s’amuser », avait déclaré quelques jours plus tôt le rappeur à L’Est Républicain, à propos de ce « rendez-vous populaire et tourné vers la jeunesse », voulu par l’Elysée. « On va s’amuser »... 

D’ailleurs, comment n’aurait-il pas le soutien présidentiel, puisque ce descendant de tirailleur sénégalais ayant combattu lors de la Deuxième guerre mondiale est, de fait, un rappeur raciste... antifrançais ? 
Ou comment l’instrumentalisation, pour le coup nauséabonde, de la mémoire d’un combattant africain vise à renforcer ce racialisme d’Etat qu’instaure le Gouvernement avec une rare détermination depuis quelques mois, à coup de campagnes « antiracistes » ou « antidiscriminatoires », en vue d’opposer les Français de souche ou les immigrés assimilés à un électorat de substitution, sur lequel compte Hollande pour se faire réélire. 
Ce n’est pas pour rien que Valls avait parlé d’apartheid à la suite des attentats islamistes de janvier 2015. Le message était lancé.
Certes, que ce soit une gauche dépourvue de tout sentiment national qui ait l’honneur d’assurer les commémorations de la guerre 14-18 ...du moins jusqu’en 2017, est une malchance pour le pays. Et on s’attend, pour le centenaire de Verdun, à une commémoration bien révisionniste.
 Mais qu’elle ait songé et songe toujours à transformer un moment de gravité sacrée en performance festive, comme pour donner raison, par-delà sa mort, à Philippe Muray, sur le nihilisme d’élites destructurées ayant remplacé dans leur esprit le citoyen par l’homo festivus, de plus ethniquement « divers » — la seule chose importante pour sa lecture racialiste de la société —, montre le fossé abyssal qui sépare désormais le pays légal du pays réel. Philippe Muray revu et corrigé par Renaud Camus : où quand la réalité dépasse la fiction.
La fachôsphère — entendez les patriotes —, aurait gagné — provisoirement ? —, grâce aux réseaux sociaux, cette nouvelle bataille de Verdun. 
Rama Yade est allée jusqu’à désigner l’Action française, prouvant son inculture nationale en nous accusant de nous opposer à l’union nationale alors que l’Action française n’a pas manqué un seul jour, durant quatre ans, à l’Union sacrée. 
C’est Sébastien Lacroix, dans son éditorial du 15 mai de L’Union-L’Ardennais, qui trouve les mots les plus justes : « Que les beaux esprits de la gauche ou d’ailleurs, sans aucune pudeur, mettent sur le compte de la xénophobie du peuple ce qui relève basiquement du respect des morts et de la dignité, est une perversion de la pensée qui laisse pantois. » « Les beaux esprits de la gauche ou d’ailleurs  » : la droite parlementaire a en effet délégué Benoist Apparu pour regretter publiquement cette annulation, que nous espérons définitive, et dénoncé, elle aussi, cette capitulation devant l’ « extrême droite », ce qui en dit long sur ce qu’il reste de patriotisme en son sein et surtout sur son aliénation à l’hégémonie morale de la gauche.
Oui, plus que la guerre intestine du parti socialiste ou les querelles d’ego à droite pour rafler la mise aux primaires, cette faute morale commise par le pays légal est le signe d’une crise majeure d’élites ayant perdu tout lien avec l’histoire de leur pays, toute compréhension de la symbolique nationale, tout respect dû aux « morts pour la France », et ce quelles que soient leurs origines mais sans instrumentalisation antiraciste, tout contact, enfin, avec un peuple français déjà mort, à leurs yeux. 
Pour eux, il n’existe plus que l’Europe, espace ouvert à une mondialisation inscrite dans le sens de l’histoire et qui sera heureuse — le mondialisme est un nouveau millénarisme — quand l’individu aura enfin été réduit au consumérisme, que les raz-de-marée migratoires auront imposé le multiculturalisme et qu’un cosmopolitisme fantasmé nous fera vivre au sein d’un patchwork de communautés rendues d’autant plus agressives les unes envers les autres que chacune aura le sentiment, d’ailleurs exact, d’être menacée par les autres.
 Quand la figure du « migrant festif », esclave du XXIe siècle soumis à la loi de fer de la finance mondialisée, aura remplacé celle du citoyen.
Aujourd’hui, « commémorer Verdun », c’est en évacuer la dimension tragique. S’il faut clore les commémorations par un concert rap, où « on va s’amuser  », c’est qu’il faut empêcher les jeunes Français de connaître et comprendre le sacrifice de leurs aînés morts non pas pour des idées creuses, mais pour leur pays, comme désormais, à l’école, au collège, au lycée, on empêche ces mêmes jeunes d’apprendre leur histoire, la richesse de leur culture, la profondeur de leur langue, l’antiquité de leur héritage. 
Loin de nous le désir d’opposer au pacifisme bêlant, fauteur de guerre, un bellicisme cocardier que l’Action française a toujours eu en horreur. Son nationalisme est tourné vers la vie, celle de la jeunesse française avant tout, que la république en moins de vingt-cinq ans a envoyée deux fois à l’abattoir. 
Mais quelle cécité criminelle que ce négationnisme festif, qui vise à effacer la mémoire du combattant mort pour une réalité charnelle, sa patrie, au moment où la dimension tragique de l’histoire nous revient en pleine figure, où l’individu consumériste et jouisseur, dépourvu d’âme et bientôt d’esprit critique, auquel on veut mensongèrement réduire le citoyen, est brutalement ramené au principe d’une réalité sanglante, où bientôt, peut-être, il ne suffira plus de s’asseoir à la terrasse d’un café pour avoir le sentiment de « résister » — les niais ! —, tout en recouvrant la haine, avant tout de soi, des oripeaux de la charité et de l’altruisme pour mieux anéantir ce que nos pères ont mis tant de générations à construire, au prix de leur sueur et de leur sang.
Une gauche et une droite également mondialistes, c’est-à-dire apatrides, se partagent aujourd’hui le pouvoir. 
Elles sont d’accord sur l’essentiel.
 Leur opposition ne porte que sur les moyens en fonction de ce qu’elles croient être encore leurs clientèles électorales. 
Sur la fin, la disparition de la France dans une Europe mondialisée soumise à l’ordre américain, elles sont foncièrement d’accord. 
Si j’ai répondu présent à l’invitation de Robert Ménard, pour les rendez-vous de Béziers, c’est aussi parce qu’il est aujourd’hui devenu impossible, si on appartient à l’autre camp, c’est-à-dire au camp national, de cultiver esthétiquement ses différences, de faire dans la surenchère égotiste, de chercher dans l’autre ce qui distingue et non ce qui rassemble. 
Tous ceux qui, aujourd’hui, chez les patriotes, cultivent la division porteront une lourde responsabilité non pas tant devant l’Histoire, qui n’a jamais jugé personne, que devant leurs concitoyens et, demain, leurs enfants et les enfants de leurs enfants, ce qui est bien autre chose.