Google+ Badge

mardi 26 avril 2016

TRIBUNE LIBRE, POINT DE VUE ET CONSTAT !

Des groupes nationalistes touchent des fonds publics, les anti-blancs furieux


J’ai découvert, interloquée, un titre de presse surprenant : « Une étrange générosité de l’Union européenne envers les néonazis ? »

Ppour les anti-blancs, parler de national-socialistes est bien entendu hors de question, puisque cela sonne trop bien. Ils préfèret parler de « néonazis », terme qu’ils ont pu associer à des images d’hommes tatoués au crâne rasé qui font bien peur au petit peuple.

Mais c’est là un détail. Surtout, depuis quand l’Union Européenne, férocement anti-blanche, pourrait-elle faire une action positive ?

La tribune publiée sur Russia Today avait pour auteur un certain Pierre Lévy. Surprise, goyim ! Un juif qui vous explique ce que vous devez penser !
The marchand joyeux - caricature

La tribune de M. Lévy

Selon le journal suédois Expo, le Parlement européen aurait financé, pour plusieurs centaines de milliers d’euros, une fondation, Europa Terra Nostra, qui serait liée à l’Alliance paneuropéenne pour la paix et la liberté (APF).

L’APF est un mouvement ouvertement fascisant, qui compte par exemple dans ses rangs le parti néonazi grec Aube Dorée, et le parti allemand NPD qui cache mal sa nostalgie du IIIe Reich.
Ah, première information, la fondation financée est lié à un groupe parlementaire au parlement européen.
 Ce n’est donc pas un don qui provient de la pure générosité de l’UE. Soyez rassurés : M. Lévy ne prendra pas à un moment la peine d’exposer le point de vue de l’APF. (Soyez rassurés aussi : je le fais à la fin de cet article.)
Le trimestriel Expo est connu pour ses recherches sur l’extrême-droite la plus dure, et est considéré en Suède comme rigoureux et sérieux. Le journal précise que la subvention contribuera à un assemblement public de mouvements néofascistes qui devrait se dérouler cet été à Stockholm.
Néofascistes, ouh ! Ayez peur des méchants fascistes, goyim !

En pratique, Aube Dorée et le NPD sont parmi les rares mouvements politiques en Europe qui s’opposent à l’invasion migratoire sans pour autant être des cocus des juifs. Des mouvements comme le FN, l’AfD, UKIP, le FPÖ, etc… s’inclinent bien bas face aux juifs.

(Sinon, j’admets l’efficacité d’Expo : une de leurs « chercheuses » avait repéré mon site à peine 2 mois après son lancement.)
A ce jour, les services du Parlement européen n’ont pas démenti. Ils ne semblent pas, du reste, avoir réagi de quelque manière que ce soit. On ose à peine imaginer les cris d’indignation qui auraient fusé de toutes parts si – par exemple – avait été révélé que non Strasbourg, mais Moscou, était à l’origine de tels financements…
Goyim, l’UE c’est des nazis, et vous avez besoin de la Russie anti-fasciste de Poutine !
Si elle est confirmée, l’information semble avoir de quoi surprendre.

Les milieux eurocratiques – pas seulement le Parlement européen, mais la Commission, le Conseil, les multiples institutions, dirigeants et médias pro-UE – ne cessent de vanter les « valeurs » de l’Union… Et ne sont guère avares de condamnations et de diatribes envers tout ce qui est classé comme d’extrême-droite, souvent également étiqueté « populiste».
Ah bon ? Je croyais que l’UE en fait c’est des nazi-fascistes ? Il faudrait vous décider, M. Lévy.
À ce propos, non, l’UE n’est ni nazie ni fasciste. 
Ceux qui constatent que l’UE est un outil de destruction des peuples européens et qui en conséquence se mettent à crier « fasciste » n’ont pas compris qui est l’ennemi.
The marchand joyeux - véritable ennemi
[Populiste est] une appellation qui permet de rassembler dans un vaste sac des partis ou mouvements de natures fort diverses.

Sont ainsi régulièrement clouées au pilori des formations telles que le Parti pour la liberté (PVV) du Néerlandais Geert Wilders, le Front national dirigé par Marine Le Pen, mais aussi le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP) ou le Mouvement cinq étoiles de l’Italien Beppe Grillo, ainsi que des formations au pouvoir dans leur pays tels que le FIDESZ hongrois ou le PiS polonais.
Tout ces mouvements casher injustement confondus avec les vilains nationalistes, mince !
On n’est pas obligé d’avoir de la sympathie politique pour l’une ou l’autre des ces formations, mais force est de constater qu’elles connaissent toutes, dans chacun de leur contexte national spécifique, des succès électoraux spectaculaires ou grandissants, sur la base d’une critique, voire du rejet de l’intégration européenne.
Ce n’est pas du tout parce que les peuples européens en ont marre de l’invasion migratoire, n’est-ce pas M. Lévy !
Et ce, à l’inverse des formations se réclamant ouvertement de l’extrême-droite, voire du néofascisme, qui restent – heureusement – marginales (sauf en Grèce). Du reste, ces groupuscules ne sont pas nécessairement « anti-européens » et peuvent même au contraire, se réclamer d’une tradition et d’une « ethnie » européennes, opposées aux « races » non blanches.
Les nationalistes constatent l’existence des races et constatent que les peuples européens sont racialement apparentés donc, selon M. Lévy, ils adorent l’Union Européenne. Vous savez, celle qui bosse sur le génocide par remplacement des peuples européens. 
D’ailleurs ces partis adorent tellement l’UE que le NPD ou Aube Dorée préconisent la sortie de l’Union Européenne.

Non vraiment, sans M. Lévy, que ferait-on donc, je vous demande ?
Heureusement qu’il est là pour nous rappeler que les races n’existent pas, mais qu’il faut que la race blanche disparaisse.
Tout se passe donc comme si les institutions européennes étaient plus promptes à stigmatiser les formations « populistes » qui menacent les équilibres électoraux pro-européens établis, qu’à combattre les groupuscules radicalement identitaires.

Il est vrai que, lors du Maïdan ukrainien, les dirigeants européens (et américains, du reste) n’avaient guère eu de scrupule à soutenir politiquement, matériellement et financièrement le mouvement qui a conduit au renversement du président Ianoukovitch. Or la structuration idéologique et l’encadrement logistique de l’insurrection était largement l’œuvre de groupes et mouvements se réclamant ouvertement de traditions nationalo-fascistes.

Dans un autre contexte, la « journée du légionnaire » qui se déroule chaque année en Lettonie (membre de l’UE) en hommage à la Légion Waffen SS ne suscite pas de haut-le-cœur particulier à Bruxelles – et encore moins le déclenchement d’une procédure dont la Commission a le secret.
Le dernier défilé avait eu lieu il y a un peu plus d’un mois. M. Lévy évite bien sûr de préciser le contexte historique, parce que les gens pourraient avoir un peu de sympathie envers les lettons qui se sont défendus contre la barbarie soviétique. 
Il nous demande juste de croire qu’ils étaient très méchants parce que « nazis ».

On remarquera ici qu’un nationaliste sérieux doit bien admettre que la Russie poutinienne n’est pas notre amie. 
Un régime qui diabolise les lettons ayant défendu leur pays contre la barbarie soviétique et qui explique que l’Islam est une religion de paix n’est pas notre ami.



M. Lévy conclut sa tribune avec autant de mauvaise foi qu’il l’a commencée :
Bref, quand des partis font campagne contre l’UE, ou la mettent en cause, ils sont promptement stigmatisés comme d’« extrême-droite », surtout s’ils s’attirent le vote populaire ; mais quand des groupes revendiquent ouvertement ce qualificatif, la discrétion européenne est de rigueur – quand ce n’est pas les subventions.

Le point de vue de l’Alliance pour la Paix et la Liberté

Le communiqué de l’APF traduit en français :
Ces derniers jours, la fondation Expo en Suède a lancé une campagne contre le parti pan-européen Alliance pour la Paix et la Liberté, et notre fondation, Europa Terra Nostra. Maintenant la télévision d’État suédoise SVT a aussi décidé de rejoindre cet effort concerté de propagande, ne nous contactant même pas pour demander nos commentaires.
Nous profitons de cette opportunité pour publier quelques clarifications.
Notre opération est complètement légale et suit toutes les règles du parlement. Nos requêtes pour un soutien financier de la part du parlement européen ont été examinés avec grand soin, et parce que nous sommes des organisations démocratiques qui suivent toutes les règles, il n’y avait aucune possibilité pour nous nier le droit de travailler sur les mêmes termes que tous les autres.
Oui parce que ce que M. Lévy ne précise pas, c’est que l’alliance utilise un mécanisme de financement accessible a tout les partis dotés de députés européens, et que les autres partis utilisent sans aucune gêne.
L’Alliance pour la Paix et la Liberté représente, par le biais de ses partis membres, plus d’un million d’électeurs de l’Union Européenne et compte quatre membres élus au parlement européen. Nous empêcher de travailler de la même manière que les autres partis voudrait dire que les votes de ces gens ne valent pas autant que les autres votes, ce qui serait en contraste flagrant avec les idéaux démocratiques que l’Union Européenne prétend représenter.
Le député européen Fredrick Federley du parti centriste suédois a déclaré dans un communiqé à l’agence de presse TT que « ce sont nos taxes que nous payons à des taux assez élevées pour l’Union, et une partie est employée pour cela », ce que Federley estime être « totalement inacceptable ».
Cependant, les plus d’un million d’électeurs derrière les partis membres de l’APF payent bien sûr eux aussi des taxes qui servent à financer la bureaucratie massive de l’UE. Si les représentants de ces électeurs, comme politiciens élus, se voyaient interdits d’utiliser les ressources fournies par l’Union Européenne de la même manière que les autres politiciens, ce serait injuste, c’est le moins qu’on puisse dire. Selon cette même logique, ces électeurs n’auraient pas besoin de payer des taxes qui vont vers l’Union.
Mais ce n’est pas ainsi que cela fonctionne aujourd’hui, et aussi longtemps que nous devons tous payer pour l’Union Européenne, nous devrions tous avoir les mêmes droits et opportunités pour prendre part au système dans l’intérêt de nos électeurs et soutiens.
Voilà, je crois que l’hypocrisie de ceux qui dénoncent ce financement doit maintenant être parfaitement claire.

Source:   http://www.blancheurope.com/2016/04/21