Google+ Badge

mardi 26 avril 2016

LE FRONT NATIONAL A LA RECHERCHE DE L' ÉLECTORAT JUIF , PAS NOUVEAU !

Une association pour promouvoir le FN auprès des électeurs juifs

Bientôt déclarée en préfecture, l'«Union des patriotes français juifs» souhaite consolider les progrès du FN auprès de cet électorat inquiet.


Une association pour promouvoir le FN auprès des électeurs juifs


La première assemblée générale a eu lieu ce lundi matin et les statuts sont en cours de dépôt à la préfecture des Alpes-Maritimes : l’Union des patriotes français juifs (UPFJ) aura bientôt vu le jour. 


Si cette association fait déjà parler d’elle, c’est en raison de sa proximité avec le Front national. 

Son président, Michel Thooris, est membre du comité central du parti d’extrême droite, de même que son secrétaire général, Francis Nadizi, responsable du FN corse.

 Et si l’UPFJ se donne pour premier objet d'«unir l’ensemble des patriotes français juifs et leurs amis», Thooris reconnaît sans peine le véritable objet de la structure : améliorer l’image du FN auprès des électeurs juifs, moins sensibles que la moyenne au parti lepéniste, mais plus nombreux qu’autrefois à se tourner vers lui.

«Autruche»

Techniquement indépendante du FN, l’association ne s’ajoutera pas à la dizaine de collectifs thématiques directement liés au Rassemblement bleu marine. 

«Mais étant membre du Front, tout ce que je peux dire ou faire rejaillit sur lui, explique Thooris. 

J’ai donc discuté avec [le vice-président frontiste] Louis Aliot, qui en a parlé avec Marine Le Pen. 

Et il en est sorti que je faisais ce que je voulais de mon côté, cela ne pose pas de problème.» 

A première vue, en effet, rien ne semble devoir déranger le FN dans les statuts de l’association, qui évoque notamment la recherche «de pistes alternatives pour un renouveau politique en France» et «l’instauration du scrutin proportionnel aux élections politiques». 

«C’est aussi une association non-communautariste, qui accueillera les patriotes juifs et leurs amis», ajoute son président – précaution utile vis-à-vis d’un Front qui dénonce régulièrement le «communautarisme» islamique.

Guère susceptible de devenir un mouvement de masse, l’UPJF pourrait surtout jouer les entremetteurs au profit du FN. L’un de ses premiers actes sera une demande d’adhésion au CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) ainsi qu’à la moins connue Confédération des juifs de France et des amis d’Israël. 


La première, reconnaît Thooris, a peu de chances d’être acceptée : «Mais au moins, ce sera intéressant de voir la position du CRIF, on va le mettre face à ses responsabilités. 

Le CRIF est dans la dénégation vis-à-vis du vote FN des Français juifs, on va lui montrer que sa politique de l’autruche ne sert à rien.» 

Selon l’Ifop, 13,5 % des électeurs juifs avaient voté pour Marine Le Pen lors de la présidentielle de 2012. 
Inférieur aux 18 % recueillis sur l’ensemble des votants, ce chiffre est toutefois bien supérieur aux 4,4 % obtenus par Jean-Marie Le Pen lors de la précédente présidentielle.

Trouble

Ces augmentations ont pour contexte une progression générale du FN, mais aussi les craintes suscitées par l’islamisme radical, ainsi qu’une inflexion du discours frontiste : contrairement à son père, Marine Le Pen a renoncé à tout commentaire sur la Seconde Guerre mondiale, sauf pour qualifier le génocide des juifs de «summum de la barbarie». 



La présidente du FN a même présenté son mouvement comme le protecteur de certaines minorités sexuelles et religieuses face au «totalitarisme vert». «Je ne cesse de le répéter aux Français juifs […] : non seulement le Front national n’est pas votre ennemi, mais il est sans doute dans l’avenir le meilleur bouclier pour vous protéger, il se trouve à vos côtés pour la défense de nos libertés de pensée ou de culte face au seul vrai ennemi, le fondamentalisme islamiste», avait déclaré Marine Le Pen dans l’hebdomadaire Valeurs Actuelles en 2014. 

Un autre responsable du FN, Wallerand de Saint-Just, avait de son côté justifié l’exclusion de Jean-Marie Le Pen par ces propos : «Il fallait écarter [du FN] ces accusations de racisme et d’antisémitisme.»

«Parti à éviter»

Symbole du trouble causé par ce positionnement : en février 2015, le président du Crif, Roger Cukierman, a lui-même qualifié Marine Le Pen de «personnellement irréprochable» en matière d’antisémitisme. 

Propos qui avaient entraîné une vive polémique, même si Cukierman avait aussi qualifié le FN de «parti à éviter» en raison de la présence en son sein de «tous les négationnistes, tous les vichystes, tous les pétainistes». 
Un ostracisme que souhaite surmonter l’UPJF. Le président de celle-ci n’est pas un inconnu : policier de profession, animateur du petit syndicat Force Police, Michel Thooris ne cache pas ses sympathies pour les faucons de la politique israélienne.

 Par le passé, il a également pris la défense de la très radicale Ligue de défense juive, jugeant que celle-ci remplit une «mission de service public en défendant les personnes et les biens». 

Si l’homme n’a manifestement pas changé d’avis, il affiche désormais plus de prudence : «Je ne pourrais plus dire les mêmes choses aujourd’hui.

 Cela rejaillirait forcément sur le FN.»

Merci  Thierry S.