Google+ Badge

mardi 26 avril 2016

LE DÉFI DE L' ISLAMISME ! ( HUBERT VÉDRINE )


Hubert Védrine [5] : « Le défi de l'islamisme »

  

Dans son dernier essai, Le monde au défi, Hubert Védrine fait le constat de l'impuissance voire de l'inexistence de la communauté internationale
Il dresse un vaste et éclairant panorama de l'état du monde et des illusions perdues du marché, de la mondialisation heureuse et de l'Union européenne. 
Secrétaire général de l'Élysée sous François Mitterrand et ministre des Affaires étrangères de 1997 à 2002, Hubert Védrine se distingue par sa finesse d'analyse et sa connaissance précise des dossiers. 
Loin des incantations et de la dialectique binaire qui tend à remplacer la géopolitique, il défend, à la manière d'un Bainville, une vision réaliste et pragmatique de la politique étrangère. 

Il plaide pour «un  retour au monde réel, et inévitablement à la realpolitik, moins néfaste que l'irreal politik

Lafautearousseau en publie au fil des jours des extraits choisis par Vincent Trémolet de Villers pour Le Figaro[8.04].  
 LFAR 


1162846081.jpg
Le défi de l'islamisme
Mais venons-en au principal défi actuel en Eurasie et en Afrique : l'affrontement mondial au sein de l'Islam entre le 1 % terroriste, au maximum (impossible à calculer, mais c'est pour souligner que c'est un pourcentage infime), et les autres. Plusieurs scénarios sont possibles. 
À cheval sur la Syrie et l'Irak, l'État islamique peut s'enkyster, malgré la coalition occidentalo-sunnite et la coalition russo-iranienne, toutes deux plus ou moins convergentes et qui lui ont fait perdre du terrain depuis 2015. L'organisation terroriste peut toujours essayer de déstabiliser une partie du Liban, de la Jordanie, et le nord-ouest de la péninsule arabique. 
Des entités associées se sont implantées et tentent de s'enraciner au Yémen - d'où la guerre qui fait rage - au Sinaï, en Libye, au Sahel, autour du lac Tchad. Comme elles l'auraient fait au Mali, jusqu'à Bamako, si la France ne s'était pas mise en travers, à la demande et au soulagement des Africains et avec l'accord du Conseil de sécurité. 
Dans l'hypothèse, la pire, celle où Daesh durerait et s'enracinerait, on ne peut exclure que des États sunnites, faibles ou inquiets, voire d'autres États, finissent par se résigner à traiter avec lui, d'autant que la Turquie restera toujours moins mobilisée contre lui que contre les Kurdes, à l'instar de l'Arabie contre l'Iran, etc.
Même renforcé internationalement par l'accord de juillet 2015, l'Iran ne peut empêcher à lui seul cet enracinement de Daesh en Irak (sauf à Bagdad et dans le Sud irakien chiite qu'il protège). 
Il continue probablement à défendre et à utiliser à ses propres fins les chiites (Alaouites) de Syrie, du Liban (Hezbollah), du Yémen (houthistes) et de Bahreïn. 
L'influence du «califat», s'il dure, se fait sentir aussi en Turquie et chez les 20 millions de musulmans d'Europe. 
Le statu quo qui s'enkyste pose alors aux voisins de Daesh, mais aussi à l'Occident, à la Russie, à la Chine, etc. un épouvantable dilemme, comparable à ceux qui le paralysèrent durant les premières années du régime bolchevique et du communisme chinois: que faire avec cette entité, si elle n'a pas été éradiquée? Faut-il traiter avec elle ? 
Ce cauchemar est très peu probable, mais il n'est pas totalement impensable.
À l'inverse, il est possible que Daesh soit non seulement stoppé et affaibli, mais éradiqué, région après région - Syrie, Irak, nord-est du Nigeria, Sinaï, Libye, etc. -, et définitivement vaincu. 
Cela supposerait que les djihadistes aient été contenus, assiégés, neutralisés, asphyxiés, puis détruits par des coalitions arabo-occidentale-irano-russo-africaines à géométrie variable, mais déterminées et coordonnées, avec des objectifs politiques clairs et conçus au cas par cas (Syrie, Irak, Yémen, Libye, etc.). 
Ce scénario est apparu envisageable à la fin de 2015, quand a été évoquée une possible «grande coalition». 
Elle ne s'est pas concrétisée depuis, et l'affrontement Arabie-Iran a repris des formes aiguës.
Néanmoins, chacun conserve ses propres raisons de réduire à néant Daesh. 
Cela ne sera possible que si, dans chaque cas, des solutions politiques de remplacement sont trouvées. 
Et, au-delà du Moyen-Orient, où une place devra être redonnée aux sunnites là où ils ont été marginalisés, cela suppose qu'une vaste, courageuse et efficace contre-offensive théologique et politique sunnite ait réussi à supplanter, partout dans le monde musulman, dans les mosquées, les écoles et sur Internet, dans le monde arabe, mais aussi en Asie, en Afrique, en Europe, l'endoctrinement wahhabite et salafiste qui circule sans entraves depuis des décennies et qui a alimenté et légitimé sans contre-feux un islamisme primaire, inculte et, à l'occasion, meurtrier. 
Dans ce schéma, l'Arabie serait contrainte, pour sortir du guêpier, car menacée par Frankenstein-Daesh, de clarifier son attitude envers l'islamisme, à l'instar de la Turquie, ce qui redonnerait a l'Égypte du maréchal Sissi un rôle de premier plan.  [Fin]

Hubert Védrine      
A lire aussi dans Lafautearousseau :
9782213700892-001-X.jpg
Le monde au défi, Fayard, 180 p.

Source:  http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2016/04/27/