Google+ Badge

samedi 30 avril 2016

J-M CAPDEVILLA , GARDE DU CORPS OFFICIEL DE CARL LANG LE 8 MAI



 Pour mieux ce connaitre !!!

 

 Le jour où le Boulonnais Jean-Marie Capdevila a protégé le père de Michael Jackson


Publié le

Romain Douchin

 

Jean-Marie Capdevila est garde du corps. L’ancien militaire a vécu fin mai une expérience inoubliable. 

Il a protégé des vedettes présentes au Festival de Cannes.

 Sa rencontre la plus forte: Joseph Jackson, le père de Michael, venu récolter de l’argent pour sa fondation. 

Le vieil homme a fait rouvrir un Mac Do à 3 h du matin...


1 / 2



Un coup de fil d’un ami, ex-officier dans l’armée reconverti dans la protection rapprochée, et Jean-Marie Capdevila a accepté la mission. 

Moins périlleuse que ce qu’il a pu connaître au Paraguay où il protégeait des diplomates français. 

Ou plus récemment en Égypte quand il a fallu exfiltrer des chefs d’entreprises français alors que le coup d’État militaire embrasait le pays. 

Non, cette fois-ci, l’approche était plus glamour, strass, paillettes et poudre aux yeux. « Je suis parti avec un copain faire le garde du corps de personnalités venues fouler le tapis rouge du Festival de Cannes. » 

Avant de partir, le Boulonnais d’1,86 m pour 118 kilos, ex-champion de boxe pieds-poings, ne connaissait pas le nom des « vedettes » qu’il allait accompagner, « du matin 11 h/12 h jusqu’au petit matin du lendemain car à Cannes, au moment du Festival, on vit la nuit ». 

Le 25 mai, Jean-Marie, smoking impeccable, nœud pap‘ bien serré, prend son service. « Et là, surprise, on nous demande de protéger Joseph Jackson, le père de Michael, présent avec une de ses filles La Toya. » 

Ils sont venus récolter des fonds au profit de la Fondation Jackson. « On est allé le chercher à l’hôtel Carlton et on l’a emmené à la villa Oxygène. » 

C’est là qu’on lieu les « after », ces fêtes où toutes les filles s’appellent entre elles « ma chérrrriiie », et où des princesses, ou pseudo starlettes, vous proposent une nuit d’amour en roulant les « R » à la condition que vous régliez la chambre.

 Le père Jackson est venu, s’est assis, a fait acte de présence et puis, en pleine nuit, a fait son petit caprice. Il avait faim. 

Et pas question de lui faire reprendre un toast. « Il voulait un cheeseburger du Mac Do. Mais il était 3 h. Comment lui trouver cela en pleine nuit ?, raconte Jean-Marie Capdevila. 

Comme pour ces gens-là rien n’est impossible, on a fait rouvrir un Mac Do. » 

Rassasié, Joseph Jackson a pu aller se coucher, ramené quasi jusqu’à sa porte de chambre par ses gardes du corps.


Le lendemain, un autre gros bras a besoin... d’un homme en noir qui le suit avec une oreillette. 

C’est Jean-Claude Van Damme. « On l’a accompagné deux jours. Il est très sympa, un peu dans son monde, mais il considère bien les gens qui bossent pour lui. » Ce n’est pas le cas de tous. « On a protégé un prince saoudien. Toute la journée, il a arpenté la Croisette en plein cagnard. On avait hyper chaud. On n’aurait même pas eu droit à un verre d’eau si on ne l’avait pas demandé. Il était méprisant mais on a fait le job. » 

Rien à voir avec les deux astronautes aux têtes d’extraterrestres, les frères Bogdanov. « Eux sont très courtois, très gentils. Ils vous offrent à boire, vous demandent si vous n’avez besoin de rien. » 


Il faut la santé pour tenir une journée complète parfois sans boire et en grignotant quelques canapés. 

Le garde du corps, c’est bien connu, est souvent celui qui reste à la porte et attend... 

Néanmoins, Jean-Marie Capdevila n’est pas près d’oublier cette expérience qui l’a plongé dans un monde surfait mais qui laisse des souvenirs pour toute une vie.

 Source: Wikipédia 


À bientôt mon pote !

Jmlb