Alors que les agriculteurs, en pleine crise, ont fait entendre haut et fort leur opposition à la politique du gouvernement Hollande dans toute la France ces dernières semaines, le Salon International de l’Agriculture a ouvert ses portes samedi.
56d15b5fc36188b4598b458f

  • Samedi 27 février
    10h59 CET
    La présidente du Conseil régional d'Ile-de-France, Valérie Pécresse, s'est exprimée en direct depuis le Salon de l'Agriculture. 
    Au cours de son intervention, filmée par notre correspondant sur place, elle a annoncé qu'elle envisageait de mettre en œuvre une «conférence régionale agricole», c’est-à-dire un lieu où l’on pourrait «faire le point» sur le secteur de l’agriculture, mais aussi de l’entreprise.
    Elle a également pointé du doigt la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC), qui «va pénaliser les uns sans profiter aux autres», selon elle.
  • 10h49 CET
    Cinq personnes ont été interpellées après l'opération coup de poing qui a consisté à démonter le stand du ministère de l'Agriculture. Xavier Beulin a toutefois affirmé qu'elles seraient toutes relâchées.
    Un des activistes aurait été blessé dans l'intervention de la police contre l'action.



  • 10h43 CET
    Les manifestants rassemblés près du stand du ministère de l'Agriculture, qu'ils sifflaient copieusement, viennent de terminer leur action.
     Au vu de la tension latente, d'autres activistes pourraient bien agir plus tard dans la journée.


  • 10h00 CET
  • Des manifestants ont complètement démonté le stand du ministère de l'Agriculture, selon une journaliste de l'AFP.
     L'incident a provoqué l'intervention des CRS qui ont maîtrisé les manifestants. 
    Le président n'était pas à cet endroit au moment des heurts.


  • 09h54 CET
    Un agriculteur aurait tenté de jeter une bouse de vache à la face de François Hollande, rapporte la chaîne France Info.

  • 09h47 CET
    Le président français a affirmé qu’il comptait bien faire pression «ici en France sur la grande distribution», accusée par les agriculteurs de contribuer à faire chuter les prix payés aux éleveurs. 
    Il a ajouté que la loi de modernisation de l’économie, passée sous le gouvernement Sarkozy en 2008 devait «être revue».

  • 09h33 CET
    Après avoir été sifflé et insulté, le président a affirmé à l’AFP : «Les cris de détresse, je les entends (...) La colère, je préfère qu'elle s'exprime à l'occasion de ce salon qu'à l'extérieur».

  • 08h58 CET
    «Si je suis là aujourd'hui c'est pour montrer qu’il y a une solidarité nationale» et qu’«on va tout faire» pour aider l'agriculture, a assuré François Hollande, ajoutant qu’«en défendant l'agriculture je défends toute la nation».
    Cela n’a pas semblé convaincre le président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), Xavier Beulin, qui lui a rétorqué : «Vous arrivez dans un contexte difficile. Un contexte de crise profonde. Elle dure». I
    l a ensuite ajouté qu’«il y a beaucoup de désespérance, beaucoup de colère» parmi les agriculteurs, comme François Hollande a pu le constater.

François Hollande est arrivé à l’aube ce matin du 27 février, vers 6 heures 45. Si son arrivée s’est déroulée dans le calme, les premiers agriculteurs en colère n’ont pas tardé à se faire entendre et ont copieusement hué et sifflé le président de la République environ une heure plus tard. 

Les insultes ont également fusé envers le président.
Fumier ! On n'est pas des migrants ! Bon à rien !
C'est ce qu'on a pu entendre alors que François Hollande progressait à travers une foule de cultivateurs particulièrement hostiles.
Vêtus de t-shirts noirs marqués de l'inscription «Je suis éleveur je meurs», certains ont scandé : «Démission !». 
Sous les sifflets, le chef de l’Etat a assuré à un agriculteur que «la colère, je l'entends, je la comprends», ce qui n’a pas calmé les mécontents.
En marge de cette ouverture du Salon de l’Agriculture, la conjoncture est très peu favorable au gouvernement. 
Ainsi, selon un sondage de l’institut Odoxa publié samedi par le journal Le Parisien, 53% des Français trouveraient que Stéphane Le Foll est un mauvais ministre de l’Agriculture.

Auteur: RT France
Les citoyens seraient également largement favorables, à hauteur de 81%, aux nombreuses manifestations d’agriculteurs qui secouent le pays afin de protester contre la chute des prix de vente de denrées telles que la viande ou les produits laitiers.
 Différentes actions de protestation ont en effet été menées ces derniers jours à Paris, mais également ailleurs en France, comme au Mans ou à Bordeaux.