Google+ Badge

mercredi 24 février 2016

ÉTUDIANTS SOCIALISTES ET LE DROIT DE VOTE DES ÉTRANGERS ........

image: http://lagauchematuer.fr/wp-content/uploads/2016/02/droit-de-vote2-1.png


droit-de-vote2 (1)

Les syndicats étudiants socialistes exigent le droit de vote des étrangers

 
 
22 février 2016
 
La chaîne vidéo de Dany Caligula (je vous la conseille), hébergée sur la plateforme Youtube, est l’une des deux chaînes francophones à la mode sur la philosophie. 

Bien que le jeune présentateur – tout juste diplômé- ne cache nullement être d’extrême gauche je regarde souvent ses vidéos car, d’une part, elles sont toujours intéressantes et, d’autre part, contrairement à moi il connait fort bien la philosophie et la pensée des grands philosophes. 


 Je m’instruis donc à son écoute.

Vendredi soir je regardais l’une de ses dernières vidéos où il répondait aux questions de ses abonnés. Au cours de sa discussion (d’une durée d’un peu plus de 4 heures…), il décrivait la lutte que lui et d’autres étudiants ont mené contre la réforme universitaire de Nicolas Sarkozy.

J’étais moi-même étudiant lorsque la gauche s’est battue contre le CPE de Villepin et la loi LRU de Pécresse. En 2005-2006 et en 2007-2008 l’ensemble des universités françaises ont été secoué par des mouvements de grève (et un peu en 2010…contre la réforme des retraites). 

Rappelons qu’une année universitaire dure 10 mois auquel il faut retrancher deux mois d’examens et de rattrapages. Soit 8 mois de cours et 2 mois d’examens et concours. 

Lors de ces deux mouvements de protestation les universités furent physiquement bloquées plusieurs mois (entre 3 et 4 mois en moyenne – les universités de Rennes ayant été les plus touchées).

 En d’autres termes près de 50% de la durée de chacune de ces années universitaires. 

Comprenez-vous donc maintenant pourquoi les diplômes universitaires français valent de moins en moins ?


Je me souviens qu’à l’époque je me suis engagé à l’UNI et lors de chacune des Assemblées Générales – organisées et contrôlées d’une main de maitre stalinienne par la gauche- j’expliquais (enfin quand je pouvais parler…) que de nombreux étudiants étrangers payaient fort cher leur année et qu’ils n’avaient pas l’intention de la perdre. 
J’étais d’ailleurs soutenu par de nombreux marocains, vietnamiens, sénégalais, libanais et ivoiriens qui étaient venu en France pour y terminer leurs études. 
Tous étaient passés par le réseau Campus France, réseau qui a pour objectif d’attirer vers les universités françaises les meilleurs étudiants étrangers. 


Une sorte d’immigration choisie estudiantine qui existe depuis longtemps déjà et dont le but, avoué du coin des lèvres, est de former l’élite de certains pays. 
Car oui, contrairement à ce que prétendent les syndicats étudiants de gauche, ces jeunes étudiants étrangers n’ont aucune vocation à rester en France mais bien à retourner chez eux pour y occuper les fonctions les plus élevées possibles.


Je me souviens de cette jeune ivoirienne qui, après 2 mois de grève, expliquait au responsable UNEF de mon université que le jeu avait assez duré, que son année – entre le visa, l’avion, l’appartement, la sécu, les frais d’inscription et la nourriture plus chère que chez elle- lui coutait cher, était un véritable investissement et que les gauchistes grévistes mettaient en péril son avenir. 

Ce à quoi ce cher responsable lui a répondu qu’un noir (on notera la racialisation de l’étudiant par le membre de la gauche…) devait toujours combattre le fascisme et qu’au lieu d’être du côté de l’UNI elle devrait plutôt être du côté de la gauche.

 Ne saviez-vous donc pas que Sarkozy était fasciste ?

Personnellement, je vivais dans une merveilleuse studette (voilà un mot parisien pour décrire une arnaque légale…) mal isolée avec un loyer aussi élevé qu’un 3-4 pièces dans ma ville de naissance. Je comprenais donc aisément la rancœur que pouvait avoir un africain ou un asiatique qui voyait réellement perdre l’investissement que ses parents et son pays faisaient sur lui.


Aujourd’hui, la même gauche qui bloque quotidiennement les universités en, pardonnez ma trivialité, se moquant des étrangers qui viennent pour étudier dans l’espoir d’un avenir meilleur pour eux et leur pays, nous demande d’accueillir des migrants.

Aujourd’hui, cette même gauche qui déteste l’élite, et ce quelle que soit son origine, et qui n’hésite pas à ruiner des familles d’étrangers souhaite voir grandir son influence politique grâce aux migrants (droit de vote des étrangers…).

Etrange paradoxe qui ne peut s’expliquer que par une idée simple : l’étranger, qu’il soit ou non migrant, n’est rien d’autre qu’une variable d’ajustement pour la gauche. Il n’y a aucune humanité mais un simple calcul froid.

L’étranger n’est pour la gauche qu’un outil. Un simple outil à usage unique et renouvelable. Comme le furent autrefois les ouvriers français.

Pour s’en convaincre on se souviendra des discours de l’UNEF et du fameux droit de vote des étrangers.
Il est temps de prouver que l’humanité à encore sa place dans la politique française. Et seule la droite, très largement humaine, peut le faire.

Ne ratez pas ma dernière vidéo sur l’histoire de France : les origines du marquisat. https://youtu.be/WS3-BC4aBMI


Pour débattre : les commentaires, https://www.facebook.com/Paullereactionnaireofficiel?fref=ts
et paullereactionnaire@gmail.com.


En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2016/02/22/les-syndicats-etudiants-socialistes-exigent-le-droit-de-vote-des-etrangers/#sRQKayfm0PgaRDT6.99