Google+ Badge

mercredi 24 février 2016

CALAIS ET LA FAIBLESSE DU POUVOIR POLITIQUE ! ( RAOUL FOUGAX )

Calais : la compassion immigrationiste dans toute sa splendeur

Jungle De Calais

Calais : la compassion immigrationiste dans toute sa splendeur

Raoul Fougax ♦

Ce régime est incapable de défendre les Français

On allait voir ce que l’on allait voir. 

Une partie des clandestins vivant dans la « jungle » de Calais dans des conditions déplorables allaient être expulsés.

Bien sûr, c’est une expulsion humanitaire qui a été présentée. Pour leur bien, leur santé et leur sécurité. Qui oserait encore affirmer que des personnes n’ayant pas le droit d’être en France devaient, d’ une manière ou d’ une autre, quitter notre territoire par le droit et la force.
Une fois la perspective d’évacuation évoquée, immédiatement le cœur des pleureuses immigrationistes s’est mis en branle.
 Elle l’a fait comme d’habitude en mobilisant les associations et des journalistes complaisant ou militant.
On eut droit a des reportages triés sur ces « pauvres gens » si accueillants, si sympathiques, la daube manichéenne médiatique habituelle à la quelle ne croient plus que des benêts au grand cœur. 
Et comme on a eu peur que cela ne suffirait pas,  on a impliqué la justice en médiatisant la visite au camp par une juge que l’on a tenté de rendre otage des images et de l’idéologie ambiante.
Résultat :  l’évacuation annoncée est pour le moins retardée.
Cela prouve une chose face au problème de l’immigration illégale, le pouvoir est incapable de défendre les » indigènes ». 
Toute décision politique est impossible à tenir face à la subversion des associations, à une presse complice et une justice souvent instrumentalisée. L’opinion publique, elle, juge sévèrement ce laxisme et en tirera peut être des conséquences électorales.
L’impuissance française est devenue un problème pour toute l’Europe. Elle est moquée par les Anglais, mais plus seulement. Même les Belges s’y mettent pour faire oublier le fiasco migratoire de leur pays et leur responsabilité dans la préparation du terrorisme. 
Le ministère de l’Intérieur belge a annoncé mardi le rétablissement temporaire des contrôles à sa frontière avec la France. 
Depuis plusieurs semaines, les autorités du pays craignent notamment un afflux de migrants aux abords du grand port de Zeebruges, d’où partent des ferrys pour la Grande-Bretagne. «Nous assistons d’ores et déjà à un déplacement de migrants de Calais vers notre pays» a déclaré le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, lors d’une conférence de presse à Bruxelles. «Lorsque les camps de France seront évacués, nous pourrions faire face à un afflux de plusieurs milliers de personnes. 
On veut éviter à tout pris des camps de tentes à la Calais en Belgique. C’est une question de maintien de l’ordre», a argué Jan Jambon.
L’évacuation n’aura peut être pas lieu mais ce qui est sûr c’est que Calais est jugé par tous les européens comme un exemple de chaos à éviter impérativement chez eux.
Jan Jambon a déclaré avoir «informé la Commission européenne» que la Belgique allait «temporairement déroger à Schengen». 
On compte désormais sept pays membres de l’espace de libre-circulation à avoir rétabli des contrôles temporaires à leurs frontières (Belgique, Danemark, Norvège, Suède, Autriche, Allemagne, France) comme ils y sont autorisés dans des situations exceptionnelles.
Le problème, c’est que la situation exceptionnelle est devenue la norme.
Leur Europe de la libre circulation étrangère est sans doute en train de mourir à Calais…. 
La faiblesse du pouvoir politique français y aura largement contribué.
Toutefois, on ne leur dira pas merci… car le mal est fait.

Source et Publication:   http://metamag.fr/2016/02/24/ 


ET AUSSI




Ecrit le 24 fév 2016 à 15:31 par Claude Picard dans Poing de vue
 

La République à l’envers

 Download PDF
Une classe ethnique à l'école de la République Socialiste Laïque
On marche sur la tête et nul ne l’ignore ; à part quelques déconnectés congénitaux. Et personne ne peut croire que le nouveau gouvernement, saupoudré de quelques Verts (vert clair ou vert de rage, selon l’humeur du moment ou plutôt, selon l’opportunité politique) et flanqué d’un inénarrable « radical de gauche », propriétaire d’un journal local aux bottes du pouvoir, a été ajusté pour résoudre les problèmes des Français. 
Si Manuel Valls, confirmé dans ses fonctions de Premier ministre, est chargé de conduire ce nouveau gouvernement, c’est bien pour préparer la réélection de François Hollande et rien d’autre. 
Dans une ambiance de fin de règne où tous les coups sont permis, tous les moyens, même les pires, vont être mis en œuvre pour assurer le maximum de chances au Président, ou en tout cas, en dernier recours, à un autre candidat socialiste.
Ce remaniement commence mal : alors que notre République, en bout de course, a besoin de changer de régime, on accélère encore les réformes néfastes et pernicieuses. 
Comme la simplification de l’orthographe (pour faciliter l’intégration ?), mais qui tire le savoir vers le bas et va adapter un enseignement a minima pour sauver quelques cancres. 
Qui n’en n’ont rien à faire et dont la seule ambition est de transformer l’école en terrain de jeu. Ou encore, la réforme du Code du travail qui, outre le fait qu’elle entérine l’avantage des TPE et du Medef contre les droits des travailleurs, introduit un alinéa sulfureux sur l’obligation des chefs d’entreprises à prendre en compte l’expression religieuse de ses employés « quand celle-ci ne nuira pas la bonne marche de l’économie »… 

En clair, ce nouveau contrat de travail conforte le communautarisme et permettra aux fous d’Allah de « manifester ses convictions, y compris religieuses » dans l’entreprise. 
Bonjour, l’ambiance… sur les tapis de prière ! Alors qu’il eût fallu octroyer aux entreprises un cadre très précis pour réaffirmer la laïcité et pour contrecarrer toutes les revendications islamistes… 
Après le mariage pour tous et la réforme des collèges, cela fait beaucoup d’inepties, mais illustre parfaitement une politique inconséquente.
Jamais un gouvernement n’avait atteint un tel niveau d’incompétence. Jamais notre République n’avait été aussi dégradée par des élus et des dirigeants laxistes, angéliques ou corrompus par une idéologie mortifère et sclérosée, faite de compassionnel à outrance et d’émotion infantile pour adolescents attardés. 
Les bons sentiments remplacent toute réflexion, toute intelligence et tout bon sens, en oubliant que notre pays, en guerre, n’a jamais eu autant besoin de fermeté, de cohérence, de gouvernance. On marche sur la tête !
Pourtant, le Premier ministre, Manuel Valls, en bon communicant, a de temps en temps des accents énergiques sur la laïcité, la sécurité, la souveraineté et l’indépendance… 
Mais ce ne sont que des mots, toujours des mots, rien que des mots ! Et rien ne change ! À part ça, la plupart du temps, il se focalise sur ses deux obsessions : les Juifs et le Front national. Les premiers pour les encenser, toujours et encore, en toutes circonstances, le deuxième pour le démolir en permanence. 
Ce qui demande un vrai boulot à plein temps. Trop, c’est trop ! Et il use ses forces pour rien : le problème est ailleurs.
Le gouvernement serait mieux inspiré à faire une véritable politique nationale. Ce n’est pourtant pas si difficile ! Pour avoir l’agrément des Français, il suffit d’écouter leurs aspirations : toutes les enquêtes d’opinion et les sondages confirment leurs préoccupations. Et le dernier en date de janvier 2016 enfonce le clou : chômage, insécurité, islamisme, immigration… Il y a de quoi faire ! 
Mais nos dirigeants préfèrent les changements sociétaux qui n’intéressent qu’une poignée de bobos insouciants et jouisseurs. Allez savoir pourquoi, et dans quel but ?
On marche sur la tête et pire, notre gouvernement se déshonore en ne prenant pas la mesure de son délabrement ! 
Avec des incapables au pouvoir, notre République s’enfonce, chaque jour un peu plus, dans l’incurie. 
Et maintenant, en touchant le fond, il ne lui reste plus à espérer qu’un électrochoc politique puisse la faire rebondir. 

S’il n’est pas déjà trop tard…

Source: http://www.ndf.fr/poing-de-vue/24-02-2016/