Google+ Badge

vendredi 29 janvier 2016

RENNES: C' EST PLUS BELLE LA VIE ???

Rennes. Un Centrafricain de 20 ans agresse et vole une vingtaine de personnes

agression
29/01/2016 – 07h45 Rennes (Breizh-info.com) –  
Un Centrafricain de 20 ans a été interpellé à Rennes ce mardi 26 janvier. Il est suspecté d’avoir agressé et dépouillé une vingtaine de personne. 
De violentes agressions avec pour objectif de voler téléphone portable et argent. L’homme agissait tôt le matin ou tard le soir, continuant de frapper y compris à terre. 
Les faits se sont déroulés depuis le 30 décembre dernier, aux alentours du Pont de Nantes, à proximité du Commissariat de la Tour d’Auvergne.
Placé en garde à vue, l’individu pourrait passer en comparution immédiate. Peu de chance toutefois qu’il soit expulsé vers la Centrafrique après avoir purgé sa peine,  les juges ne prononçant que rarement cette peine supplémentaire inscrite dans le droit français. 
 
La « double-peine » qui consiste à qu’un délinquant étranger soit expulsé vers son pays d’origine après avoir purgé sa peine originelle, a en effet été largement réformée par Nicolas Sarkozy et son gouvernement de droite en 2003. 
 
 
A l’heure actuelle, seul le Front national propose le rétablissement de la double-peine intégrale pour les étrangers auteurs d’un crime ou d’un délit. 
 Bruno Le Maire, des Républicains, voulait qu’elle s’applique aux étrangers coupables d’actes de terrorisme ou à ceux classés « fiche S », ce dernier cas étant plus problématique en terme de libertés individuelles, de nombreux individus étant amenés, au cours de leur vie, à être classé temporairement « fiche S » en raison de leurs activités politiques, syndicales ou militantes . 
 
A gauche, toutes les associations et autres ligues de vertu sont vent debout contre la double peine, estimant sans doute anormal qu’un étranger n’entrant pas dans le contrat social de la Nation soit traité différemment qu’un citoyen de ce pays.
 
Photo : DRBreizh-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.