Google+ Badge

vendredi 29 janvier 2016

" KELLOGG'S " ROULE POUR LE FINANCEMENT ISLAMIQUE !

Jan 232016
 
Source: Un logo en bas à droite des boîtes d’emballage révèle le financement des circuits islamiques par la marque. Une information que le service consommateur cherche à dissimuler.

KellogsSi vous achetez, dans un supermarché quelconque, de simples Corn Flakes, produit phare de l’enseigne Kellogg’s, vous pourrez remarquer un tout petit logo vert, dans un petit coin du paquet. L’inscription est si discrète qu’elle est difficilement visible.



Mais il demeure impossible de se tromper sur son origine : il s’agit d’une certification «halal». 
Cela a de quoi étonner : en effet, le terme « halal » désigne des éléments, quels qu’ils soient, qui peuvent être, selon leur nature, consommés, manipulés ou discutés par les musulmans.


En ce qui concerne les denrées alimentaires, le terme « halal » désigne spécifiquement la viande issue d’un animal tué selon un sacrifice rituel, un égorgement en tournant l’animal en direction de La Mecque, plus grand lieu saint des Musulmans. 

 De cette manière, la viande peut être consommée par des pratiquants, à l’exception du porc, interdit absolu.


En revanche, il n’existe aucune interdiction ou contrainte concernant les autres aliments : des fruits, des légumes ou des céréales peuvent tout à fait être consommés tels quels.


De là, une question se pose : quel besoin a Kellogg’s de préciser que ses céréales sont halal, si cela est une évidence pour les Musulmans ? A-t-il besoin d’en informer en plus le consommateur moyen ? Par ailleurs, la certification « halal », comprenez cette étiquette sur l’emballage, a un coût.
 Ce dernier sert à payer les réseaux qui opèrent le culte musulman, aussi bien les sacrificateurs que les différents imams, la construction de mosquée, et, parfois, les actes terroristes. Tous ces réseaux sont interconnectés et il est bien difficile, lorsque l’on paie cette fameuse « dîme halal », de savoir dans quel circuit part l’argent ainsi versé.


Une personne nous a contactés récemment pour nous faire part de ses échanges avec le service consommateurs de Kellogg’s à ce sujet. C’est elle qui nous a alertés sur cette mention sur les boîtes de céréales. Elle a tout d’abord composé le numéro azur qui figure sur les boîtes des produits de la marque. Il semblerait que l’enseigne prenne ses précautions : les standardistes à l’autre bout du fil n’auraient tout simplement « pas le droit de répondre » à ces questions.

Cette consommatrice a donc envoyé un courrier électronique au service consommateurs.  Ce dernier lui a répondu que, si « la plupart des produits à base de végétaux et de pain » sont consommables pour un Musulman, la marque avait néanmoins « fait le choix d’informer les consommateurs, via l’emballage des produits ou son site internet, sur la compatibilité ou non de ses produits avec une alimentation halal ».

Sans le dire, Kellogg’s avoue donc que cette certification revêt un caractère commercial : les Musulmans peuvent acheter ses produits sans se poser de question.

Le service poursuit : « La certification halal, comme toute certification, a un coût, généralement faible, qui sert à couvrir les frais généraux et le temps passé pour réaliser l’audit et garantir la certification. » 
C’est très clair : la certification a un coût. 

Les produits Kellogg’s participent donc au financement du culte islamique.

Mais comme la marque est une entreprise à but lucratif, il y a tout lieu de penser que ce prix, aussi faible soit-il (notion très vague, d’ailleurs : ne pourrions-nous pas avoir des chiffres précis ?) est répercuté sur l’ensemble des consommateurs.
Ainsi, comme pour d’autres produits en France, c’est bien l’ensemble des consommateurs qui finance un culte bien particulier.

Le courriel de Kellogg’s termine par cette indication : « La certification halal des produits Kellogg’s est réalisée une fois par an par la Halal Food Authority (HFA) basée à Londres ».
Les produits de la marque sont donc bel et bien authentifiés par cette autorité de la nourriture halal, basée à Londres, qui est seule habilitée à certifier des produits conformes à la loi islamique. Moyennant rétribution, s’entend.

Sachez donc que vous financez cette institution, ainsi que tous les circuits douteux qui y sont liés, lorsque vous achetez un produit Kellogg’s.
Dans un pays qui a interdit le financement des cultes par l’État, c’est donc par le biais d’un procédé commercial insidieux que la marque américaine, en bonne entente avec les prêcheurs islamiques, fait ses choux gras.

Et devinez qui est la poire dans cette histoire…

Alain de Peretti
Enquête Vigilance Halal


Update. c’est également le cas en Suisse:
kellogsCH