Google+ Badge

vendredi 29 janvier 2016

COMMUNIQUÉ DES " CONTRIBUABLES ASSOCIÉS " !


Nous étions mardi à la manifestation organisée par plusieurs syndicats de la fonction publique, dans le cadre de la grève nationale contre le gel du point d'indice. 


Mots d'ordre : plus d'argent (public), et défense des « droits acquis » des fonctionnaires, dont ne bénéficient pas les salariés du privé et indépendants.

Ils étaient 6000 selon la police, 15.000 selon les organisateurs, à défiler mardi dans les avenues des 6e et 7e arrondissements de Paris pour protester contre le gel du point d’indice depuis 2010.

Une mobilisation faible, si l’on juge que l’on était en principe un jour de grève nationale des fonctionnaires, qui représentent un quart de la population active française avec près de 6 millions d’agents.

Et il est vrai que, malgré l’appel de plusieurs syndicats de la fonction publique (avec l’exception notable de la CFDT) à faire grève et manifester, le cœur semblait ne pas y être, contrairement à ce qu’on avait pu voir le 9 mars 2015 lors de la manifestation des indépendants contre le RSI.

Il s’agissait surtout de défendre des intérêts catégoriels qui, dans le cas des fonctionnaires, ne peuvent être améliorés qu’au détriment du reste de la population. 


Les salaires des fonctionnaires sont, ce qu’oublient toujours de mentionner les responsables syndicaux, tirés sur les impôts des contribuables.

Augmenter les fonctionnaires impliquerait, si l’on en croit les slogans entendus pendant la manifestation, de rompre avec l’« austérité » censément appliquée par les gouvernements successifs. 


Or, il n’y a tout simplement pas eu d'austérité ces dernières années.

Les dépenses publiques ont continué d’augmenter, démentant donc les slogans vociférés.


 Cette dénonciation d’une austérité fantasmée permet en réalité aux syndicats de fonctionnaires d’exiger encore plus que ce qu’ils ont déjà, selon la logique de la surenchère : demander le plus possible pour avoir un peu plus, et redemander encore davantage la prochaine fois, en considérant tous les « acquis sociaux » comme des « avancées » irrévocables.

 Ainsi, l’un des orateurs de cette manifestation demandait, carrément, 8% d’augmentation générale pour les fonctionnaires !

En somme, cette manifestation avait pour objet la défense de privilèges, dont nous avons établi la liste à la veille de la manifestation.

Cet ensemble de privilèges est garanti par le statut de la fonction publique, dont il a été question au cours de la manifestation.

Or, le statut de la fonction publique est le cœur du problème. 


C’est ce statut qui empêche, par exemple, l’introduction d’une rémunération au mérite dans la fonction publique, qui permettrait de trouver une solution à l’impasse du point d’indice.

C’est pourquoi nous avons, en 2014, soutenu la proposition de loi du député de l’Oise Jean-François Mancel proposant l’alignement de la fonction publique sur le droit commun du travail.

C’est également pourquoi nous avons publié au même moment une étude de Nicolas Lecaussin qui qualifiait la fonction publique de « dernier dinosaure ».

Vous pouvez retrouver le compte-rendu de l'événement sur notre site, et voir la vidéo que nous avons réalisée sur place en cliquant sur la photo ci-dessous : 

https://www.facebook.com/contribuables.associes/videos/vb.426593364070639/1037126303017339


Nous avons également publié un album-photo de la manifestation, que vous pouvez découvrir en cliquant ici.