Google+ Badge

samedi 30 janvier 2016

BAISSE DE LA NATALITÉ EN FRANCE ! LA POLITIQUE FAMILIALE EN CAUSE ! ENTRETIEN !

79% des Français font état d’un profond “ras-le-bol” fiscal




Jean-Marie Andres. 


Pour le président des AFC, le constat est sans appel : "la politique familiale du gouvernement est responsable de la baisse de la natalité en France". Photo © CNAFC



Choc. Les associations familiales catholiques (AFC) rendent publique une enquête d'opinion réalisée par l'Ifop intitulée "Les Français et la politique familiale".

 Le président des AFC a accepté de répondre aux questions de Valeurs actuelles.


 Entretien.






VA. Vous révélez une étude qui met en lumière un ras-le-bol fiscal inédit au sein de la société française…
Jean-Marie Andrés. Les Français se sentent acculés. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 79% de nos concitoyens font état d’un profond “ras-le-bol” fiscal en ce début d’année, et 76% jugent que la politique fiscale pénalise fortement les familles. 

Au travers des réformes récentes de la politique familiale, ils ont perçu plusieurs signaux forts qui se cumulent
D’abord, ces mesures portent sur les seuls niveaux de revenus et non sur le niveau des charges des familles. Les Français sentent bien que la priorité est donnée exclusivement à la redistribution au détriment de la solidarité : cela touche aujourd'hui les familles avec enfants mais demain, cela touchera tout le monde. Ils en sont persuadés.

Ensuite, la remise en cause du principe d'universalité les a convaincus que plus rien n'était préservé, et qu'une focalisation par exemple de la couverture maladie sur les seuls bas revenus n'était plus une fiction.

Par ailleurs, la succession de deux réductions du plafond du quotient familial et l'adjonction de la mise sous condition de ressources des allocations familiales a créé un sentiment d'acharnement.
Le résultat général est celui d'une décrédibilisation de la pérennité de l'engagement de la nation auprès des familles : l'État est un partenaire sur lequel on ne peut pas compter au moment de s'engager pour plus de 25 ans en accueillant un enfant. C'est plus qu'un ras-le-bol fiscal, c'est un écœurement fiscal. Une nausée fiscale.  


VA. Le sondage réalisé par l’IFOP que vous publiez aujourd’hui montre un rejet massif de la politique familiale mise en place par le gouvernement. Comment l’expliquez-vous ?

Jean-Marie Andrés. Tout change mais rien ne change. Voilà le sentiment donné par les politiques publiques.  
Les discours bien sentis, judicieusement équipés des mots "justice", "compétitivité", "responsabilité", se révèlent avec le temps essentiellement stériles. Car les Français, avec le temps qui passe, s'aperçoivent de la stérilité des dispositions politiques en général et de la politique familiale en particulier. 
Pas un chômeur de moins, pas d'investissement productif, toujours les mêmes déficits, une compétitivité en berne ! Et pas un centime de plus pour les familles pauvres, alors que les familles avec enfant sont plus mises à contribution que l'ensemble des Français. Le rejet massif est définitif : il n’est que le fruit d'un constat désabusé.


VA. L’INSEE a publié la semaine dernière une étude qui fait état d’un recul sans précédent de 19 000 naissances en France en 2015. Quelle lecture faites-vous de cette baisse de la natalité ?

Jean-Marie Andrés. Voilà LA grande question. Une question sur laquelle les spécialistes aiment à s'attarder : pour les uns, difficile d'établir avec précision la contribution de la politique familiale française à la "performance" (toute relative) de son niveau de natalité, pour les autres, non, la politique familiale ne joue aucun rôle...

La réponse des Français est différente et sans appel : un Français sur deux et 62% des parents de deux enfants ou plus pensent que ces mesures pourront avoir pour effet le report d’une nouvelle naissance. 

Or si les Français ne sont ni des économistes, ni des sociologues, ce sont eux qui font les enfants. Et bien les AFC concluent comme les Français : oui, la politique familiale récente est au cœur de la récente cassure constatée dans la natalité en France.

Source et Publication:   http://www.valeursactuelles.com/societe/