Google+ Badge

mercredi 30 décembre 2015

PLANNING FAMILLIAL , UNE POMPE À FRIC ???

Le Planning Familial, du droit à l’avortement à l’engagement politique

subventions-planning-familial
30/12/2015 – 7 h 00 France (Breizh-info.com) – Marion Maréchal-Le Pen (FN) avait déclenché une hystérie médiatique et politique en annonçant vouloir supprimer – en cas de gain de la région PACA – les subventions accordées au planning familial
« Je considère qu’aujourd’hui, ce sont des associations politisées, on le sait bien, et elles véhiculent une banalisation de l’avortement. » avait déclaré alors une des personnalités politiques préférées des jeunes Français.
Le Planning familial a été fondé il y a 60 ans. 
 « 60 ans d’engagement féministe pour les droits des femmes et l’égalité » indique le site Internet du mouvement. 
Créée en 1956 sous le nom de « La maternité heureuse », l’association réunissait à la base « des femmes et des hommes bien décidés à faire changer la loi de 1920 qui interdisait l’avortement, ainsi que l’utilisation et la diffusion de tout moyen contraceptif en France. »
Aujourd’hui, l’association a largement dépassé le stade de la lutte pour la légalisation de l’avortement : « Le Planning Familial est un mouvement militant qui prend en compte toutes les sexualités, défend le droit à lacontraception, à l’avortement et à l’éducation à la sexualité
Il dénonce et combat toutes les formes de violences, lutte contre le SIDA et les IST, contre toutes les formes de discrimination et contre les inégalités sociales. » Indiquent ses responsables sur leur site Internet.
Un militantisme assumé noir sur blanc donc, qui va bien au-delà du droit des femmes, inscrit dans la loi française, à avorter.
 Rien d’étonnant dès lors, que l’association relaie sur son site un communiqué signé par de nombreuses associations de gauche, d’extrême gauche et autres ligues de vertu, réclamant « l’ouverture d’un débat sur l’immigration en France » et « l’accueil de tous les réfugiés dignement, en France ».
 Un autre communiqué annonce la tenue d’un colloque — co-organisé par l’association, avec notamment des ateliers thématiques comme « Genre et discriminations, l’égalité à défendre », « La laïcité à l’épreuve des amalgames » ou encore « Contre le racisme et l’antisémitisme ».

Son rapport d’activité 2014 montre même que l’association prend publiquement position pour la théorie du genre (« revendique une approche genrée de l’égalité des sexes »).
 Très éloigné donc, du débat sur l’avortement…
La coprésidente du Planning familial,  Karine Favier, se retrouve signataire, au nom du planning familial, d’une pétition contre la réforme des retraites, mais également d’un texte contre l’expulsion des immigrés clandestins
Il s’agit, elle aussi, d’une militante de gauche convaincue.
Des aides financières en Bretagne
Certains s’indignent dès lors qu’avec un tel militantisme assumé, les collectivités élues démocratiquement décident de subventionner une association aussi orientée politiquement. D’autres y sont, au contraire, favorable. Le débat est ouvert …
En Bretagne plusieurs collectivités financent le Planning Familial quelles que soient les différentes couleurs politiques. 
En 2015, la ville de Brest lui a octroyé 5000 euros et renouvelle chaque année cette subvention, tandis que le montant attribué par la ville de Rennes était de 19 500 euros en 2014. Saint-Brieuc avait accordé 760 € en 2013, Nantes 3500 € en 2010
Plusieurs petites communes de Bretagne font également (comme Douarnenez) des dons symboliques à ce mouvement, mais difficile de toutes les identifier, certaines ne permettant pas encore un accès public via Internet à ces subventions aux associations.

Le Conseil régional des Pays de la Loire aurait lui versé environ428 000 euros au mouvement durant son dernier mandat, tandis que la région Bretagne octroie environ 5000 € par an au MFPF.
Si pour des raisons économiques essentiellement, l’État ainsi que les collectivités ont tendance à revoir à la baisse l’attribution des subventions au Planning Familial, les militants et sympathisants de ce mouvement s’en émeuvent, estimant presque que cet argent public est lui aussi un droit.
Photo : DR[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.