Google+ Badge

lundi 28 décembre 2015

LA BRETAGNE ET SES CAPITALES DE LA DÉLINQUANCE .......



Brest et Nantes capitales de la délinquance en Bretagne


pontanezen_delinquance
29/12/2015 – 5 h 30 Brest (Breizh-info.com) – 

 Le 3 décembre 2015, le ministère de l’Intérieur a publié un arrêté  important. Il fixe la liste des circonscriptions de police où se trouvent les « quartiers urbains particulièrement difficiles ». 
Dans celles-ci, les policiers bénéficient d’avantages spécifiques, notamment en matière  de mutation et d’ancienneté.
 Parmi les 161 citées, 6 se trouvent dans les DOM-TOM (dont deux en Martinique) et 94 en Ile-de-France. 
On y retrouve la plupart des localités bien connues pour leurs quartiers à forte délinquance. Certaines d’entre elles sont cependant assez modestes en taille — par exemple Montélimar (Drôme), Carpentras (Vaucluse) ou encore Manosque (Alpes-de-Haute-Provence).
En Bretagne, deux en font partie de la liste, Brest dans le Finistère et Nantes en Loire-Atlantique. 
Les quartiers « sensibles » de Rennes ou de Saint-Nazaire ne doivent pas l’être assez. 
On  constate donc que parmi ces zones de non-droit  reconnues comme telles par l’État se trouvent les quartiers brestois de Pontanezen et de Bellevue.
 Pour Nantes, ce sont  ceux de Bellevue, Bottière, Malakoff ainsi que Chêne des Anglais, Boissière, Bout des Pavés, Bout des Landes. 
Ces derniers avaient d’ailleurs défrayé la chronique cet été et cet automne en se livrant à une véritable guerre des gangs en pleine ville, avec plusieurs blessés par balle.
Empoignade autour de l’ASA
Les policiers qui travaillent dans ces quartiers bénéficient depuis 1991 de l’ASA (avantage spécifique d’ancienneté). 
Cela leur donne un mois d’ancienneté en plus pour chacune des trois années de service continu dans ledit quartier sensible et deux mois par année supplémentaire au-delà. 
Un dispositif similaire existe dans les zones REP pour l’Éducation nationale. 
Jusqu’en 2011, ils ne la recevaient que lorsqu’ils étaient affectés dans un nombre limité de quartiers franciliens, dont la liste avait été fixée en 1995 puis 2001. Le 16 mars 2011, le Conseil d’État saisi par un policier de Dreux (Eure-et-Loir) a estimé que l’ASA devait être appliquée dans chaque « quartier urbain où se posent des problèmes sociaux (sic) et de sécurité particulièrement difficiles » à tous les agents en poste depuis au moins trois ans consécutifs.
L’État a donc été conduit — notamment sous la pression de l’USG-Police-FO et d’Alliance Police — à généraliser l’ASA dans de nombreux quartiers vraiment « sensibles » en province.
 De nombreux agents situés en province avaient en effet multiplié les recours. 
Près de 5000 dossiers ont été déposés sur la base de la jurisprudence du Conseil d’État. Les tribunaux administratifs finirent par condamner l’État à reconnaître le droit individuel des agents à l’ASA sous peine d’une astreinte journalière de 500 €.
 Parmi les critères qui ont déterminé la nouvelle liste se trouve notamment le taux des violences crapuleuses, de délinquance, d’outrages et de rébellion ainsi que de violences de voie publique dans les quartiers concernés.
Cependant, la nouvelle liste suscite une profonde contestation notamment parce que celle-ci n’a pas pris en compte 14 000 policiers franciliens travaillant dans des quartiers très « sensibles » sans bénéficier de l’ASA.



ET AUSSI

Rennes. Un « mineur étranger isolé » interpellé avec des complices pour des cambriolages

police
29/12/2015 — 09h00 Rennes (Breizh-info.com) — La BAC (Brigade anti criminalité) de Rennes a interpellé quatre individus place de la  République, dans la nuit de Noël. 
Ils sont suspectés d’avoir cambriolé le même soir plusieurs commerces du centre-ville de Rennes (vers la place Sainte-Anne). 
Dans le véhicule, une carte bancaire volée ainsi que de l’argent liquide en pagaille et des chèques cadeaux ont été retrouvés.
Parmi les interpellés, un Marocain en situation irrégulière sur le sol français.
 Il devrait être expulsé après être passé par le CRA (Centre de Rétention Administrative) à moins que des associations « humanitaires » ne s’en mêlent et perturbent, comme souvent, le fonctionnement de la justice.
Par ailleurs, dans la voiture se trouvait également un individu se prétendant « mineur étranger isolé ».
 Ce statut offre une confortable protection à ceux qui le possèdent, ce qui n’empêche pas certains de commettre des méfaits régulièrement, à Rennes et alentours. 
Ils savent en effet qu’ils ont peu de risque d’être renvoyés dans leurs pays d’origine, ni même emprisonnés, étant administrativement mineurs.
À Villejean, dimanche soir, suite à une bagarre, un individu a été blessé à coup de couteau. Un homme a été interpellé.
En octobre 2015, un reportage avait été effectué sur le difficile travail de la BAC de Rennes.
Photo : DR[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Alors, cette année, CHOISISSEZ DE FAIRE UN DON A BREIZH INFO.

Sachez que :

Avec un don de 30 euros, vous financez trois journées d’expédition de notre lettre d’information quotidienne à nos milliers de lecteurs.
Avec un don de 50 euros, vous payez un mois de l’hébergement des données et du site breizh-info.com.
Avec un don de 100 euros, vous financez un mois de maintenance de notre site Internet.
Avec un don de 300 euros, vous permettez la prise en charge, sur une journée, du déplacement et du reportage d’un de nos journalistes.
Avec un don de 500 euros ou plus, vous commencez à financer une partie du  salaire mensuel de nos journalistes.

Si vous ne souhaitez pas régler par Internet —  bien que nous utilisions un service 100 % sécurisé — vous avez toutefois la possibilité d’envoyer un chèque, à l’ordre de Breizh Information, à Breizh Info : BP 201 - 29 834 Carhaix-Plougueur PDC1

Nous comptons sur vous : soutenir Breizh-info.com est certainement une des meilleures choses que vous pouvez encore faire en 2015 !