Google+ Badge

mercredi 30 décembre 2015

ÉLECTIONS ET NATIONALISME CORSE ! GUILLAUME FAYE Y POINTE DES CONTRADICTIONS..........

Published On: Tue, Dec 29th, 2015 
 

Guillaume Faye : “La contradiction des nationalistes corses sur l’ethnicité” 

Capture_d_e_cran_2013_03_25_a_23_14_14
BREIZATAO – KOMZOU DIEUB (29/12/2015) 


Dans une tribune publiée récemment sur son site (source) l’essayiste identitaire Guillaume Faye revient sur la victoire des indépendantistes corses.

 Il y pointe les contradictions profondes des formations politiques “nationalistes” de l’île qui, au plan doctrinal, sont en réalité en totale conformité avec l’idéologie dominante, immigrationniste et multiculturaliste.


Extraits :
La Corse cultive une identité ethnique, fière d’elle-même mais complètement contraire à l’idéologie dominante – ce dont personne ne parle.

 L’idéologie implicite des nationalistes corses se réfère à la notion de ”peuple corse”, au sens ethnique, incompatible avec l’universalisme français républicain de gauche ”multiracial” et ”multiculturel ”, selon la nouvelle idéologie utopique de la diversité

 Cette affirmation identitaire corse est très positive, cependant elle se heurte non seulement à l’idéologie cosmopolite officielle de la ”république” actuelle qui, pourtant, a validé juridiquement – par entorse à ses propres principes– la notion de ”peuple corse”, mais elle entre en contradiction avec les programmes des nationalistes et des indépendantistes eux-mêmes.

En effet, ces brillants défenseurs du « peuple corse » sont assez silencieux (silence politiquement correct) sur la présence sur leur île d’une minorité immigrée nord-africaine musulmane de plus en plus nombreuse et à la natalité bien supérieure à celle des Corses. 

Le nationalisme et l’indépendantisme corses restent dans le moule de l’idéologie dominante et le soupçon de simulacre pèse sur eux. Savent-ils que la natalité des Corses de souche ne permet aucun renouvellement de population et, qu’à terme, démographiquement, le fameux ”peuple corse” ne sera plus qu’un souvenir dans trois générations ? Remplacé par une population arabo-musulmane… Pas assez de naissances, plus de peuple. Les enfants ne naissent pas dans les choux-fleurs.

Les Corses nationalistes et indépendantistes (comme les Catalans, Basques ou Écossais) concentrent leurs critiques contre l’État central, français, espagnol ou britannique. Fort bien, d’accord. Mais jamais ils ne disent un mot sur la colonisation migratoire qui est le fait majeur, visible. Au contraire, ils semblent d’accord. On croit rêver. Car enfin, la Corse est particulièrement touchée par l’immigration maghrébine musulmane. Certes, du fait de la persistance d’un particularisme corse d’autodéfense, la criminalité immigrée et beaucoup d’autres problèmes bien connus sont contenus, contrairement au continent. Mais ça ne durera pas.

Bref, les nationalistes et indépendantistes corses sont aussi mauvais que les médecins de Molière. 

Leur raisonnement est à contresens : ils reprochent à l’État français d’exploiter économiquement la Corse alors même qu’il la subventionne. Mais ils ne reprochent pas à la ”République” l’essentiel, à savoir qu’elle leur impose l’immigration de masse et leur interdit de s’en protéger ! Drôles de ”nationalistes”…


Si j’étais nationaliste corse, dans le cadre d’une autonomie renforcée, d’un statut spécial de l’île, j’exigerais de l’État Français une dérogation juridique totale, pour la Corse, aux lois et aux pratiques de la République en matière d’immigration et du droit des étrangers  :

1) abolition du regroupement familial ;
2) abolition du statut de réfugié et de demandeur d’asile ;
3) suppression de toutes les aides et allocations sociales, familiales, médicales, de chômage, de logement, scolaires, etc. aux étrangers résidant en Corse (fermer la pompe aspirante ).


La liste serait encore plus longue. Les élus et dirigeants ”nationalistes” corses n’oseront jamais défendre de telles propositions qui, seules permettraient de préserver leur petite île d’une submersion démographique ethnique qui a déjà commencé. 

Tout simplement parce que ce ne sont pas de vrais nationalistes corses ; plutôt des politiciens (political business), pour qui la notion centrale de ”peuple” n’est pas une conviction charnelle mais un slogan publicitaire.

About the Author

-BREIZ ATAO