Google+ Badge

samedi 26 décembre 2015

CORSE: CHUT !!!!!!!!SUR LES POMPIERS ET POLICIERS BLESSÉS ???




Corse, une salle de prière a été saccagée : la faute à l’islam
PUBLIÉ PAR JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 26 DÉCEMBRE 2015
i

En Corse à Ajaccio, une salle de prière musulmane, dont on ne sait pas si elle est autorisée ou pas, a été saccagée dans la nuit de jeudi à vendredi.

Selon Corse matin, un petit groupe aurait fracturé la porte vitrée d’une salle de prière musulmane et l’a saccagée. Ils ont sorti des livres, dont des exemplaires du Coran, dans la rue, et leur ont mis le feu. «Un début d’incendie a détruit une partie des livres», a précisé le quotidien.
Selon l’AFP, il semble que les manifestants refusent l’invasion en cours de l’ile par l’islam, car ils criaient «On est chez nous!» ou encore «Arabi fora (les Arabes dehors)».
En réaction, Esther Benbassa a tweeté : « Une salle de prière #musulmane saccagée par des manifestants à #Ajaccio. Ce à quoi mène la #stigmatisation. »
J’admire Esther Benbassa : elle doit avoir une boule de cristal, pour connaître, elle, sans qu’aucune enquête n’ait révélé les causes de cet incident, les motivations des manifestants.
Mais je vais, pour le raisonnement, supposer qu’elle a raison.
CXJZeL-WwAABulR
Et donc, si la stigmatisation des musulmans est la cause du saccage de la salle de prière, les 206 cimetières chrétiens profanés en 2014 en France démontre que ce sont les chrétiens, qui sont les plus stigmatisés.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pourDreuz.info.


ET AUSSI  LES REPRÉSAILLES .......


"Il faut les tuer!": une manifestation tourne à l'expédition punitive contre les Musulmans à Ajaccio (vidéo)

Publié par wikistrike.com sur 26 Décembre 2015, 16:13pm
 
"Il faut les tuer!": une manifestation tourne à l'expédition punitive contre les Musulmans à Ajaccio (vidéo)
Ce 26 décembre, de nouvelles manifestations se déroulent à Ajaccio. Des débordements sont signalés.

Salle de prière musulmane saccagée, Corans partiellement brûlés, slogans xénophobes: plusieurs centaines de personnes ont envahi vendredi en fin de journée une cité populaire d'Ajaccio où deux pompiers et un policier avaient été blessés la nuit précédente dans des échauffourées.

"Il faut les tuer, il faut les tuer!" ont scandé des dizaines de manifestants devant les immeubles de la cité d'Ajaccio.
Outre une salle de prière musulmane, la terrasse d'un restaurant kebab situé à proximité de la cité a également été endommagée dans ces incidents qui ont pris fin vers 21H00, au soir d'un Noël placé sous très haute surveillance dans toute la France après les attentats sanglants du 13 novembre à Paris.

"Les Arabes dehors!"

Dans l'après-midi, quelque 150 personnes s'étaient rassemblées dans le calme devant la préfecture à Ajaccio en signe de soutien à deux pompiers et un policier blessés dans des échauffourées qui avaient éclaté dans une cité populaire la nuit précédente, a expliqué le sous-préfet François Lalanne dans un communiqué.

Certaines ont alors décidé de monter jusqu'aux Jardins de l'Empereur, la cité située sur les hauteurs de la ville où avaient eu lieu les heurts. 
Au final environ 600 personnes, a précisé M. Lalanne à l'AFP, se sont rassemblées dans cette cité, qui connaît, selon le sous-préfet "depuis plusieurs années des incidents à répétition de dimension néanmoins modeste (jets de pierre, départs d'incendie volontaires principalement)".

Scandant pour certains "Arabi fora (les Arabes dehors, ndlr)!" ou "On est chez nous!", selon une correspondante de l'AFP, ils ont, dans une ambiance tendue et encadrés par des policiers déployés pour tenter de maintenir le calme, essayé d'identifier et de retrouver les auteurs de l'agression de la veille, dans une cité, dont tous les habitants sont restés cloîtrés chez eux. 
Des portes en verre, des boîtes aux lettres et des vitres de véhicules ont notamment été endommagés.
Le préfet de Corse, Christophe Mirmand, s'est rendu dans la cité, a constaté la correspondante de l'AFP.
 Assurant que "tous les moyens étaient mis en oeuvre" pour retrouver les auteurs de l'agression de la nuit de jeudi à vendredi, il a aussi estimé que les "menaces de ce (vendredi soir, ndlr) n'étaient pas acceptables".


Une salle de prière musulmane ravagée par un groupe d'individus



En marge de ce rassemblement, une salle de prière musulmane, située à proximité des Jardins de l'Empereur, a été saccagée par un groupe d'individus. Ils ont aussi tenté de mettre le feu -n'y parvenant que partiellement- à de nombreux livres, dont des exemplaires du Coran. "50 livres de prières ont été jetés sur la voie publique (seules quelques feuilles ont été consumées)", a précisé M. Lalanne.


Des représailles après l'agression de pompiers et de policiers



Au cours de la nuit de jeudi à vendredi, vers 00H30, un incendie avait été "volontairement allumé" dans les Jardins de l'Empereur "pour attirer les forces de l'ordre et les pompiers dans un guet-apens", selon M. Lalanne. 
Deux pompiers ont été "sérieusement" blessés par des éclats de verre après des "agressions physiques" au cours desquelles des vitres de leur véhicule d'intervention ont été détruites, toujours selon le sous-préfet.

L'intervention des forces de l'ordre, au cours de laquelle un policier a été légèrement blessé, a duré jusqu'à 02H45, heure à laquelle le calme était revenu dans le quartier.


La présence des policiers renforcée

Les forces de l'ordre, dont un membre a eu le nez fracturé devant la préfecture, devaient rester déployées toute la nuit de vendredi à samedi dans les Jardins de l'Empereur et devant les cinq lieux de culte musulman d'Ajaccio, a précisé M. Lalanne à l'AFP. Et au cours des prochains jours devrait avoir lieu "une montée en puissance" de leur présence, a-t-il ajouté.


"Des exactions intolérables aux relents de racisme et de xénophobie"
"Après l'agression intolérable de pompiers, profanation inacceptable d'un lieu de prière musulman. Respect de la loi républicaine", a twitté vendredi soir le Premier ministre, Manuel Valls. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a également condamné l'agression ayant visé des pompiers et la dégradation de la salle de prière, évoquant des "exactions intolérables aux relents de racisme et de xénophobie".

Le tout récent président du conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni -les nationalistes viennent de remporter le 13 décembre les élections territoriales en Corse- a lui aussi condamné sur BFMTV "des actes racistes complètement contraires à la Corse que nous voulons", après avoir affiché sur Twitter son soutien aux pompiers blessés, comme le président de l'assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni


"Nous sommes absolument consternés et attristés"

L'Observatoire national contre l'islamophobie du Conseil français du culte musulman (CFCM) a "condamné avec force" ces faits, dénonçant une agression "qui se déroule en un jour de prière pour les musulmans et pour les chrétiens", puisque cette année Noël tombait juste après le Mouled, la fête musulmane qui commémore la naissance du prophète Mahomet.

De son côté le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Anouar Kbibech, a appelé dans un communiqué "l'ensemble de nos concitoyens au calme et à la sérénité pour faire face ensemble aux défis que nous devons tous relever dans la solidarité et dans la fraternité". 
Le CFCM, assure-t-il, "réaffirme son engagement total pour préserver la cohésion nationale et faire face à toute forme de violence, dans le respect des valeurs et des lois de la République".

"Nous sommes absolument consternés et attristés", a de son côté réagi sur BFMTV Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, en lançant un appel au "calme, au sang-froid et à l'apaisement pour que les choses rentrent dans l'ordre le plus rapidement possible sur l'île de beauté, l'île de la paix".
Source



  
Allan Le Pilar
27 décembre, 12:32

CORSE
LES RESPONSABLES MUSULMANS CONDAMNENT DES "ACTES INQUALIFIABLES ET INTOLERABLES"....  ET LES POMPIERS ATTAQUES C'EST NORMAL ALORS ? 


Les responsables musulmans de France ont condamné avec force, samedi 26 décembre, le saccage vendredi d’une salle de prière à Ajaccio par plusieurs centaines de manifestants après une manifestation qui a dégénéré.... 



Et encore

samedi 26 décembre 2015


Ajaccio : Corses 1-Racailles 0

Le sursaut Français viendra-t-il de Corse ?...
Ce ne serait pas la première fois dans notre Histoire…

L
es Corses vont-ils être les premiers à se réveiller ?...
 Après les agressions contre deux pompiers et un policier à Ajaccio, la population corse, a vivement réagi par une manifestation aux cris de « On est chez nous ! » et « Arabi fora ! » (« Arabes dehors ! »). 
Les habitants, des élus, des Nationalistes, des pompiers, des policiers… ont témoigné de leur soutien. Une mosquée et une boutique de kébabs ont été « endommagées »… Valls, Cazeneuve et le Préfet ont dit que c’était intolérable et qu’il y aurait des arrestations. 
Mais pas un mot sur l’arrestation de ceux qui ont attaqué les pompiers et le policier. 
Devant une telle faillite de l’État, la population n’a pas d’autre choix que de se défendre elle-même.n


Comme cela s’est déjà produit des milliers de fois en France, des pompiers ont été agressés, suite à un guet-apens, dans la nuit de Noël, à Ajaccio. 
Tout le monde sait que dans notre pays, quand des actes de violence sont commis contre les soldats du feu, les coupables sont 99 fois sur 100 des jeunes racailles maghrébines.
Qui aurait envisagé, il y a trente ans, que les pompiers, ces héros de l’imaginaire de notre enfance, qui risquent leur vie pour sauver la nôtre, pourraient être systématiquement attaqués, et que les agresseurs, dans la France de Hollande, Valls, Cazeneuve et Taubira, bénéficieraient systématiquement de la clémence des autorités… quand ils sont arrêtés.
Sauf que cette fois, dans une ambiance particulière, en Corse, deux événements viennent de se dérouler.
 D’abord, six cents manifestants ont protesté contre cette agression, véritable guet-apens, donc acte de guerre, où deux pompiers et un policier ont été blessés. 
Mais trois cents manifestants ont convergé vers la cité de l’agression, voulant en découdre avec les racailles.
De jeunes Nationalistes en pointe de la manifestation.

Pour une fois que ce sont les voyous maghrébins qui sont attaqués, et les Gaulois qui redressent la tête, nous n’allons pas bouder notre plaisir.
Apparemment, une salle de prières musulmane aurait subi quelques dégâts, ce qui montre par ailleurs que les Corses ont parfaitement fait le lien entre la délinquance qu’ils subissent et la religion des racailles.Surtout que certains élus locaux, loin de désavouer l’opération, ont réagi d’une manière « politiquement incorrecte », comme le président du Sdis de Corse-du-Sud Charles Voglimacci.
« Je dis aux individus de ce soir, les pseudos courageux, que nous ne sommes pas dans certains quartiers du continent où règnent la terreur et le chaos. 
Ici c’est Ajaccio et nous ne laisserons personne dicter ses propres règles, imposer la peur et s’accaparer un quartier de notre ville. 
Si cela les indispose, ils sont libres de partir ».
[…]C’est, par ailleurs, à notre connaissance la première fois que des Français en colère attaquent physiquement un lieu de culte musulman, et cela révèle que le contexte est en train de changer dans notre pays et que nos compatriotes en ont marre de l’islam, de ses mosquées, de ses voiles, de son halal, de ses voyous et de ses crimes.n
Cliquez sur l'image pour l'agrandir