Google+ Badge

vendredi 30 octobre 2015

CES RÉSEAUX " SUBVENTIONNÉES " DE SOUTIENS AUX IMMIGRÉS ......



 

 

 

 

Saint-Malo. 

 

 

Carole Bohanne, agitatrice principale du réseau de soutien aux immigrés dans le 35


carole_bohanne
29/10/2015 – 09H00 Saint-Malo (Breizh-info.com) – Carole Bohanne est à l’Ille et Vilaine ce que Nathalie Bruneau est à Saint-Nazaire : une des agitatrices principales des réseaux d’extrême gauche en faveur des immigrés. De tous les combats depuis des années, Mme Bohanne est à la fois responsable du MRAP 35 (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples), membre d’un toit c’est un droit sur Rennes mais également de RESF35 (Réseau Education sans Frontières). 

L’amour des immigrés, c’est le dada de cette nantie. Elle se paye le luxe d’habiter dans le très riche Saint-Lunaire – une des cités les plus bourgeoises de la Côte d’Emeraude – tout en réclamant, partout où elle passe, l’accueil sans concession des populations venues d’ailleurs.

Ancienne correspondante locale de Ouest-France, cette « journaliste-militante » , ancienne étudiante en sociologie, a adhéré tout d’abord au Réseau Education Sans Frontières en 2005. Elle a fait ses armes en première ligne dans la défense des « Maliens de Montfort » pour obtenir leur régularisation. Elle s’est ensuite investie dans l’association « un toit c’est un droit ». 

Son objet  selon elle est d’obtenir « la signature des conventions avec des collectivités locales qui mettent à disposition des locaux vides pour des durées négociées ». Elle est d’ailleurs en très bon contact avec de nombreux élus du Parti Socialiste d’Ille-et-Vilaine. 

Ils la soutiennent officieusement (quand ça n’est pas publiquement comme à Chartres de Bretagne par exemple), tout en prétendant publiquement mettre fin aux occupations illégales.
Un Toit c’est un Droit est né d’une rupture avec le déjà très gauchiste DAL35 (droit au logement), qui estimait que les militants rennais favorisaient les immigrés et ne s’occupaient pas des sans abris de nationalité française, un comble.
De toute les manifestations en Ille et Vilaine en soutien aux immigrés, Carole Bohanne est la porte-parole. 

Ses contacts et ses amitiés dans la presse quotidienne subventionnée ainsi qu’au sein des élus lui ouvrent des portes. 
Ils lui permettent de glaner ici de petites subventions via les collectivités locales, là de longs articles parlant de son combat . 

Récemment, elle déclarait dans les colonnes de Ouest-France, à propos de l’accueil d’immigrés à Saint-Malo ; « une fois le statut de réfugié accordé, ils ne peuvent pas retourner dans leur pays. L’accueil de ces populations va donc durer longtemps ». 

 Extrémiste, Carole Bohanne assume publiquement l’être. Lorsqu’un immigré congolais muni d’une barre de fer avait semé la panique à la Préfecture en 2014 à Rennes,cette dernière justifiait l’acte de ce dernier «c’est  malheureusement prévisible, on leur demande un nombre impressionnant de pièces pour compléter leur dossier, dans le but de les décourager ». 
 Elle n’avait par contre jamais condamné l’agression qui avait tout de même amené un policier à faire usage de son arme.
Animatrice du blog intitulé « sans patries » – Carole Bohanne – que l’on pourrait qualifier d’immigro-dépendante – est actuellement très impliquée dans l’affaire dite « des Somaliens de Rennes ».  
Il s’agit de ces africains illégaux dont une partie n’a plus le droit de se trouver sur le territoire français, logés tour à tour dans un camping municipal, à l’hôtel, et désormais dans un Centre Social appartenant à la mairie de Rennes.

Elle est également à l’oeuvre sur la Côte d’Emeraude et à Saint-Malo. 
Elle mobilise des « collectifs » dans le but de faire pression sur les municipalités afin qu’elles acceptent d’accueillir  leur quota d’immigrés. 

Ou encore dans le Finistère pour défendre deux Syriens pourtant indésirables sur notre territoire. Partout où elle se déplace, la presse l’interroge, la presse fait écho de son combat. 
Le plus souvent, elle est étrangement  la seule militante interrogée – bizarre, vous avez dit bizarre ?
« Carole Bohanne est le symbole même de ces individus, fortement névrosés, qui détestent à un point tel leur propre identité et leur propre peuple qu’ils en viennent à fantasmer sur l’autre, le différent, d’une façon totalement extrême. 

Cela relève de la psychiatrie. » nous explique Sylvain, un ancien militant du Front national rennais « qui la pratique depuis pas mal d’années ».
 « Symbole du combat pour l’immigration permanente, pour la destruction des frontières, mais symbole aussi de la collusion entre médias subventionnés, élus locaux et associations d’extrême gauche, Carole Bohanne est la représentation même du combat pour la destruction de l’homme blanc au 21ème siècle » conclut-il.
 Photo : DR[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.



ET AUSSI



Martigné Ferchaud (35). 

8 familles d’immigrés pour une commune de 2500 habitants


mairie_martigné
25/10/2015 – 10H00 Martigné Ferchaud (Breizh-info.com) – Coalia continue son travail d’implantation de familles immigrées en Bretagne. 
Ainsi, huit familles en provenance d’Afrique et de Syrie notamment seront imposées, d’ici quelques jours, dans l’ancienne caserne de gendarmerie de la commune, qui compte 2627 habitants. 
C’est le maire Pierre Jégu, un retraité de 70 ans, contacté par Coalia, qui a décidé de ne plus mettre en vente l’ancienne caserne pour la mettre à disposition de ces familles immigrées. 
Il aura suffit d’un vote du conseil municipal, sans consultation préalable de la population, pour valider le projet.
De quoi expliquer dès lors la colère de certains administrés, qui envisageraient même d’agir directement pour barrer la route « à ces individus dont nous n’avons jamais demandé à ce qu’ils viennent »explique Pierre, un habitant de la commune. 
 « Ca commence à bien faire ces décisions prises sans que la population soit informée. 
Ce n’est pas parce qu’on vote pour un maire et une équipe municipale qu’ils peuvent décider sur des questions aussi importantes que celles du vivre ensemble dans la commune. ». 
Une pétition serait à l’étude, mais certains également parlent d’autres formes de protestations, « plus médiatiques » nous dit-on.
Aux dernières élections européens, c’est la droite (UMP) qui était arrivée en tête dans la commune (28,86%) devant le Modem et le Front national. 
Lors des dernières élections départementales pour le canton de La Guerche de Bretagne, là encore, c’est l’UMP qui s’était imposée au deuxième tour devant la candidate du FN.
Coalia – dont les ressources proviennent en partie de financements publics –  mettrait à disposition des 8 familles un travail social rémunéré. 
Les travaux de rénovation seraient à la charge de la commune et des administrés.
Martigné-Ferchaud a un taux de pauvreté de 13% selon l’INSEE et 11,3% de chômage.
Crédit Photo : DR[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.