Google+ Badge

mardi 29 septembre 2015

LE MOT " RACE " , UN GROS MOT ???


Ecrit le 28 sept 2015 à 7:40 par Eric Martin dans Nos brèves
 

Geoffroy Lejeune : « le mot race est revenu dans le débat public français avec l’arrivée de SOS Racisme et des associations antiracistes »

 Download PDF
L’auteur d’Une élection ordinaire qui met en scène l’élection d’Eric Zemmour à la présidentielle de 2017, par ailleurs rédacteur en chef au service politique de Valeurs Actuelles, était l’invité d’ On n’est pas couché présenté par Laurent Ruquier, avec Léa Salamé et Yann Moix :
Un moment vomi par les bien-pensants sur Twitter, dont certains ont le mérite de souligner les contradictions de Laurent Ruquier :




COMMENTAIRE: 


  •  
    Alainpsy

    Nadine Morano a raison d’associer l’expression « race blanche » avec « judéo-Chrétien » pour parler de la France. Deux classifications essentielles pour des groupes humains:
    – La Race, c’est à dire les caractères morphologiques en commun
    – Les Faits Ethniques, linguistiques et sociaux
    Ainsi, le peuple de France, ni supérieur ni inférieur aux autres, est un peuple de race blanche, de type Caucasien, avec une culture précise (profondément marquée par les influences Celtes, Judéo-Chrétienne, gréco-latines, Normands de Scandinavie), avec des croyances religieuses précises, des traditions, des vicissitudes historiques et linguistiques fondamentales.
    Le procès permanent que font les gaucho-bobos et autres bien-pensant aux sympathisants du FN et assimilés, c’est de dire que nous serions de vilains fascistes voulant imposer une théorie de supériorité de race pure, blanche.
    C’est un raccourci aussi stupide que navrant. Il est un fait indéniable que les races se mélangent de plus en plus, les métissages remplaceront progressivement les races et les caractères morphologiques de base n’existeront plus dans les grandes métropoles, c’est ainsi,c’est le corollaire de la mondialisation, la plus grande illusion de l’humanité, l’illusion totalitaire par excellence. Nous ne sommes pas opposés à ce qu’une famille Mahori (Nouvelle-Zélande), Mbaï (du moyen Congo), Zoulou (Afrique australe), Kirghiz (Turkestan Russe), Chilkoot (Indiens du Klondyke), Touaregs, Tonkinois etc..etc….viennent s’installer en France, bien au contraire, l’accueil est une richesse, quand il est pratiqué avec modération, sagesse, dignité.
    Aujourd’hui, nous ne sommes plus dans l’accueil d’une diversité multiple mais restreinte qui enrichit un pays, précisément parce qu’elle vient d’horizons multiples et qu’elle est modérée, nous sommes dans l’afflux massif d’un groupe
    humain provenant essentiellement d’Afrique avec une religion prépondérante et totalitaire. Le groupe humain, que nous représentons et qui se caractérise par les donnée que j’ai indiquées au début, se trouve mis en danger de remplacement progressif, tout simplement parce que le groupe à intégrer est devenu trop important pour renoncer à ce qui caractérise ses faits ethniques.
    La mondialisation, c’est l’os rongé que quelques idéalistes poussifs et boursoufflés ont jeté à l’instinct grégaire de l’Européen, et il s’est trouvé un grand nombre de bien-pensants privés de toute lucidité pour y voir la nouvelle idole à adorer. Plus de race, plus de frontière, plus d’ethnie, plus de religion, plus de tradition…une absence de toute limite, une seule humanité baignant dans une liberté absolue !! Autant dire que les faits contraires s’invitent au banquet de la bien-pensance Psychotique qui, dans sa médiocrité, a renoncé à toute lucidité. Il est essentiel de nous protéger, le mélange effréné de toutes les races et de toutes les cultures est un leurre, sans doute le plus grand danger que l’humanité ait connu. Pour qu’un peuple fonctionne, progresse, s’investisse, se sacrifie, souffre, se projette, s’identifie et s’accomplisse, il faut qu’il soit en mesure d’entendre le chant de ses héros, du plus profond de son imaginaire d’enfant jusqu’aux plus tourmentés de ses périples adultes, chaque colline, chaque monument, chaque senteur de sous-bois doivent être autant de refrains à son appartenance culturelle. Sans cela, et c’est ce que la mondialisation va faire disparaîre, tout élan commun, national, sera voué à l’échec. Notre race, avec ses multiples courants et influences mais qui reste homogène, et notre culture, forment un Noyau qui permet le lien social et qui permet l’élan vers des buts nationaux communs. La dissolution à laquelle nous assistons va bouleverser et inverser tout ce qui a fait la richesse et la force de ce pays. Il ne restera qu’un repli individuel (le processus a commencé)
    précisément parce que les repères identitaires générateurs de cohésion nationale disparaissent. Quand un peuple n’entend plus le chant de ses héros historiques, c’est qu’il court à sa perte
    Je suis contre l’installation des migrants sur le sol Français, je suis contre l’immigration Africaine, je suis contre l’islamisation du pays, je suis contre tout ce qui détruit, dissout, fait taire l’histoire de mon peuple, source d’élan vital.
    L’immigration Africaine, maghrébine, Syrienne, ça n’est pas un problème de race, c’est une maladie grave, comme une épidémie qui flambe et qui détruit tout.
    Je suis pour un monde de peuples multiples au sein desquels dominent plusieurs courants raciaux et faits ethniques, peuples dynamiques avec des identités fortes librement partagées, où toute intégration est en même temps un renoncement.