(SEBASTIEN LAFARGUE, CYRIL ZHA et SYLVAIN LOUVET – FRANCE 2)

Se loger à Paris pour quelques centaines d’euros, c’est possible. 
A condition, bien sûr, d’être un salarié de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). En tout cas en principe. 
L’Hôtel-Dieu, la Salpêtrière, Necker ou encore Pompidou... L'AP-HP, au total, ce sont 39 hôpitaux, soit l'un des plus importants regroupements en Europe. 
Avec 11 000 logements, c’est aussi l’un des plus gros propriétaires d’Ile-de-France. 
Le problème, c’est qu’un tiers de ces adresses est occupé par des locataires qui n’ont rien à y faire.

Une directrice de casting logée par les Hôpitaux de Paris

A deux pas du Panthéon se trouve un bel immeuble qui appartient à l’AP-HP. C’est là que réside un avocat inscrit au Barreau de Paris. 
Pour ce dernier, la gestion du parc immobilier de l’établissement public de santé n’est pas de son ressort... 
Autre exemple notoire, celui d’une directrice de casting spécialisée dans les programmes de téléréalité qui vit dans le 8e arrondissement, tout près des Champs-Elysées, logée par l’AP-HP pour un prix défiant toute concurrence.
Le directeur général des Hôpitaux de Paris, Martin Hirsch, assure que d’ici le printemps prochain, 100% des logements AP-HP seront occupés par du personnel… de l’AP-HP.
 Rendez-vous est donc pris, dans quelques mois, "L’Oeil du 20 heures" retournera faire du porte-à-porte.