Google+ Badge

mardi 29 septembre 2015

ANNE-SOPHIE LECLÈRE CANDIDATE AUX RÉGIONALES......;




L'ex-FN qui avait comparé Christiane Taubira à un singe est candidate aux régionales
Anne-Sophie Leclère © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP


Publié à 15h25, le 28 septembre 2015, Modifié à 15h27, le 28 septembre 2015



  •  On n'est jamais vraiment mort en politique. 
Prenons l'exemple d'Anne-Sophie Leclère. 

Candidate FN aux municipales de 2014, elle avait comparé Christiane Taubira à un singe
"Je préfère la voir accrochée à la branche d’un arbre qu’au gouvernement", avait-elle déclaré dans un reportage d’Envoyé spécial sur les nouveaux visages du Front national.


 Exclue du FN et condamnée en juillet 2014 à neuf mois de prison ferme, Anne-Sophie Leclère avait vu sa condamnation annulée par la cour d'appel de Guyane, en juin dernier.


 Aujourd'hui, on apprend que l'ancienne frontiste sera candidate aux régionales en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.


Selon L'Union, Anne-Sophie Leclère sera la tête de liste de la "droite nationale" dans les Ardennes
"C’est elle qui nous a contactés", explique Dominique Biry auprès du quotidien. 


Cet ancien FN passé aujourd'hui dans le camp de Carl Lang et de son Parti de la France, fait pour l'instant office de "directeur de pré-campagne" de cette liste "anti-Philippot", le vice-président du FN menant la liste de son parti dans la région.


Dominique Biry n'est pas peu fier de rameuter cette ancienne frontiste.   Il dit :
Prendre Anne-Sophie Leclère comme tête de liste dans les Ardennes n’est pas une provocation mais ce n’est pas innocent de notre part. […]


Pour nous, elle représente la liberté d’expression bafouée.

Autrement dit, selon Dominique Biry, on doit pouvoir comparer la ministre de la Justice à un singe,  au nom de "la liberté d'expression"... Lui-même souligne que, si une procédure est toujours en cours à Paris contre Anne-Sophie Leclère, "elle estprésumée innocente et sa condamnation a été annulée en appel".


La liste de la "droite nationale" a été formée pas d'anciens cadres Frontistes, pas franchement ravis du FN version Philippot. 


"Politiquement, il est l'homme à abattre" qui "représente le refus des fondamentaux du parti et l’un des principaux artisans de l’exclusion de son fondateur", avait expliqué Dominique Biry auprès de BFMTV en août dernier. 



À LIRE AUSSI SUR LE LAB :