Google+ Badge

jeudi 30 juillet 2015

LA FRANCE ET LES ISLAMO-COLLABOS .......


CazeneuvevallshollandeDans le monde de 2015, plus personne ne prendrait la défense de Salman Rushdie et de ses Versets sataniques. Au contraire, la caste politico-médiatique française clamerait qu’il l’a bien cherché, elle lui interdirait de publier et l’accablerait de procès pour islamophobie.


La caste refuse de voir que la France est en guerre contre les musulmans, ceux de l’extérieur comme ceux de l’intérieur. Elle affirme même le contraire, parle de « vivre ensemble », de « France terre d’islam ».

D’où vient ce déni du réel de la part des politicards, des médias, du show-biz, de l’enseignement, des juges ?
Bien sûr, de la haine de soi. 
Mais pas seulement.
Comment la caste peut-elle affirmer que l’islam est une religion d’amour, de paix, de tolérance alors que l’actualité montre exactement le contraire ?


Un tel comportement n’est pas nouveau. La caste a toujours préféré la collaboration à la résistance. Avant-hier, elle cirait les bottes des nazis dans Paris sous croix gammée ; hier, elle adorait le communisme de la Place Rouge[1] ; aujourd’hui, elle lèche les babouches de l’islam.
Il s’agit, pour elle, à la fois de se préserver de la violence fondamentale de l’idéologie dominante et de continuer à blablater, à éditer, à réaliser des films, à jouer des pièces de théâtre, à chanter, à vivre dans l’entre-soi.

Au lieu d’appeler à la résistance, la caste a toujours choisi de se coucher, voire de coucher. Et elle manigance pour que nous adoptions tous la même attitude. « Plus la lâcheté sera commune, moins la mienne sera apparente », analyse-t-elle.

Si l’on établissait la liste de ceux qui, par trouille, préfèrent l’Autre au Même, il faudrait voir grand. Impossible de citer tous les noms des politiciens de LRPS (prononcer L’herpès), des journaleux de quasiment toutes les rédactions de France, des « vedettes » de la chanson, du cinéma, du sport.
Mais Cazeneuve y tiendrait une place de choix.


Il est l’allégorie à la fois physique, morale, mentale de la crainte de s’opposer à l’islam.

Il y a soixante-quinze ans, à Montoire, une poignée de mains scellait la Collaboration. Cazeneuve a réitéré le geste avec des immigrés clandestins. Image parfaite de l’islamo-collaboration par « lachitude » (comme dirait Mme Royal).

Les islamo-collaborationnistes de par leur lâcheté ressentent la plus minuscule angoisse des musulmans ; par contre, ils demeurent parfaitement sereins devant les décapitations de chrétiens, les assassinats d’Hervé Cornara et d’Aurélie Châtelain, les tabassages de passants, l’un parce qu’il mangeait durant le ramadan, l’autre parce qu’elle était en maillot de bain dans un parc public.
Ce sont, pour eux, des réactions normales de lutte contre l’apartheid, contre le blasphème, contre la mise à l’écart sociale de la part de leurs amis musulmans ostracisés par les affreux, sales et méchants Français de souche.

Les adorateurs d’Allah, au début, ont dû se demander pourquoi il y avait autant de traitres dans les autoproclamées élites françaises.

Même dans leurs rêves de conquête les plus fous, ils n’avaient jamais rêvé d’une telle quantité d’islamo-collabos.

Ils ont vite appris à les utiliser.
En 2015, une tête de cochon devant une mosquée devient un crime contre l’humanité ; un dessin du pédophile de La Mecque dans un journal, l’offense suprême sanctionnée par la mort ; une amende à une femme en niqab, une déclaration de guerre à la « si tolérante communauté islamique ».
Pour la caste, ce sont les musulmans qui sont les victimes. Sa lâcheté lui fait dénoncer une prétendue islamophobie (mot inventée par la propagande islamique) des autochtones comme bien plus grave que les actes des adorateur d’Allah.

L’islam, qui n’a que faire du doute, qui n’est que certitude, qui veut faire de la planète entière une terre soumise à Mahomet, se régale.
Les islamo-collabos se sont eux-mêmes chargés, il y a deux ou trois ans, de métamorphoser l’Affiche rouge[2] en Affiche bleue dans les pages du Nouvel Obs. Les visages d’Eric Zemmour, Renaud Camus, Richard Millet, Elisabeth Lévy, Robert Ménard… les rares intellectuels qui refusent l’islamo-collaboration avaient remplacé ceux du groupe Manouchian.

Le message était clair : les vrais terroristes, ce sont les Résistants qui affrontent l’islam.
Cette forfaiture se lit également dans les règles de plus en plus défavorables aux Français de souche que le gouvernement ne cesse de mettre en place : loi Renseignement qui vise principalement à quadriller l’Internet français pour mettre au pas la Résistance, loi sur les étrangers, pour favoriser la naturalisation des immigrés qui sont dans leur immense majorité musulmans.

La réalité quotidienne que nous vivons dénonce tant leur lâcheté, que les hommes et les femmes islamo-collaborationnistes font tout pour bâillonner les résistants. Cazeneuve en tête. En portant plainte sur plainte, en particulier contre Riposte laïque, le petit homme ne fait que rapetisser davantage chaque jour. 
Le poids de la haine de soi et de la lâcheté, certainement.

Marcus Graven

http://ripostelaique.com/la-haine-de-soi-une-maladie-bien-francaise.html

[1] « Mieux vaut être rouge que mort », disait-elle en s’apprêtant à accueillir les tanks du Pacte de Varsovie sur la place de la Concorde.
[2] L’Affiche rouge est une affiche de propagande placardée en France par le régime de Vichy et l’occupant nazi, lors de la condamnation à mort de 23 membres des Francs-Tireurs et Partisans – Main-d’Œuvre Immigrée (FTP-MOI), résistants de la région parisienne, dirigés par Michel Manouchian.