Google+ Badge

jeudi 30 juillet 2015

LA CHRONIQUE DE ROBERT SPIELER ( RIVAROL )

Rivarol »

mercredi, 29 juillet 2015

Chronique de la France asservie et résistante

3390874089.3.jpg
Robert SPIELER - RIVAROL N° 3198 du 23 juillet 2015

BRUNO Le Maire a de solides prétentions. Il ambitionne de diriger les Républicains puis de se faire élire président de la République. Rien de plus, rien de moins. J’avais évoqué la semaine dernière la pétition « touche pas à mon église », lancée par Denis Tillinac dans Valeurs actuelles, et signée par nombre de personnalités dites de “droite”, dont Sarkozy qui avait toutefois exigé que son nom ne figurât pas aux côtés de ceux des fascistes supposés du FN, fût-il mariniste. On imagine la douleur de Marine Le Pen de se voir refuser l’imprimatur du système, malgré ses reptations. Bref, parlons de notre oiseau, Bruno Lemaire, que d’aucuns naïfs situent à “droite”.

BRUNO LEMAIRE, UN EXCEPTIONNEL ZOZO

Il explique, l’air grave, avec un visage sans aucune aspérité, ce qui est hautement suspect, pourquoi il a refusé de signer la pétition « Touche pas à mon église ». Il a déclaré : « Moi, on m’a demandé dix fois de signer cette pétition avec Zemmour, et j’ai refusé. Car c’est une pétition contre le vivre-ensemble, de nature à opposer les communautés les unes contre les autres et à alimenter l’islamophobie. »

 Devant tant de bêtise et de lâcheté, on ne peut que le saluer respectueusement. Chapeau, l’artiste !

BERNARD BOUCAULT FACE À LA JUSTICE IMMANENTE

L’affreux Bernard Boucault, l’ancien préfet de Paris qui avait fait gazer, matraquer, embastiller les participants aux Manifs Pour Tous, se trouve aujourd’hui lui-même dans la tourmente judiciaire. Cela concerne une affaire de corruption et de trafic d’influence à laquelle sont mêlés entre autres Christian Prouteau, Christophe Rocancourt et un ancien patron du 36 Quai des Orfèvres. 

Bernard Boucault, qui est un proche de François Hollande (il avait prolongé son mandat en 2013, alors qu’il était atteint par la limite d’âge), ce qui n’étonnera personne, est dans le viseur du juge Roger Le Loire. Le magistrat instructeur a saisi dans son bureau les preuves de « l’aide à l’entrée et au séjour d’étrangers en situation irrégulière ». 
Jo Masanet, figure de la gauche policière est, lui aussi, mis en examen dans ce dossier. Pour faire face à des dettes et placer ses hommes, Masanet utilisait son impressionnant réseau, qui va du simple gardien de la paix jusqu’aux préfets, ministres et hauts fonctionnaires à l’Élysée. Il se faisait rémunérer dans la plupart des cas pour ses interventions. 
C’est ainsi que cela se passe dans leur République. 

Entre 2013 et 2014, Boucault avait été sollicité une dizaine de fois par Jo pour “aider” à la régularisation de ressortissants étrangers. Le préfet gazeur donnait bien entendu suite avec empressement aux demandes de son ami. 
Mais il aurait été dommage pour l’histoire des ripoux que la fine équipe s’arrêtât là. Poursuivons. L’ex-préfet de police de Paris est également intervenu pour faire sortir le véhicule d’un ami de Masanet de la fourrière ou pour faciliter le renouvellement de la carte de circulation — habituellement réservée aux fonctionnaires de police — de l’enseigne Chanel. 

Au fait, savez-vous comment Boucault appelait Jo, si l’on en croit la retranscription des écoutes téléphoniques dont Le Point a pu prendre connaissance ? Il l’appelait « mon frère » ! De quelle loge, ça on ne sait pas…

HOLLANDE SE MOQUE VRAIMENT DU MONDE

Hollande prend vraiment les gens pour des imbéciles. Lors de son entretien du 14 juillet, évoquant l’accord sur le nucléaire iranien et voulant justifier l’interdiction faite à l’Iran de posséder la bombe nucléaire, il a pointé le risque de prolifération. Il a eu cette phrase absolument stupéfiante : « Si l’Iran a la bombe, l’Arabie Séoudite et Israël voudront la bombe… » Tout le monde sait, et évidemment le Pingouin ne l’ignore pas, qu’Israël dispose de centaines d’ogives nucléaires. 
C’est ce qui s’appelle se moquer du monde. Et prouver une fois de plus son allégeance servile à l’entité sioniste.

RALLIEMENT AU GROUPE FN DU PARLEMENT EUROPÉEN

Le FN mariniste avait réussi, il y a un mois, à constituer un groupe au Parlement Européen avec tous les avantages afférents. Il fallait pour cela rassembler 25 députés issus de sept pays différents. 
Cette dernière contrainte était la plus difficile à surmonter, mais cela fut réalisé. 

Il n’empêche qu’une épée de Damoclès pesait sur la survie du groupe. 
A la moindre défection d’un représentant isolé d’un pays membre, le groupe disparaissait. Mais cette menace s’éloigne. 
Le ralliement de Laurenţiu REBEGA, député roumain, permet au groupe ENL (Europe des Nations et des Libertés) de compter désormais huit nationalités, et donc de pouvoir s’inscrire dans la durée de la mandature 2014-2019. 

Au fait, le député roumain était, jusqu’à présent, membre du groupe socialiste…
Capture 1.JPG
ÉLECTIONS AMÉRICAINES : DONALD TRUMP FAIT APPEL À LA WAFFEN-SS DANS SA CAMPAGNE ÉLECTORALE

Donald Trump est ce multimilliardaire américain qui a fait sa fortune dans l’immobilier. Il a encore frappé. Candidat à l’investiture républicaine pour la présidentielle américaine de 2016, il est un habitué des polémiques. Homosexuels, Noirs, Mexicains ou Chinois en prennent souvent pour leur grade… 

Un sondage réalisé le 15 juillet pour le Washington Post et ABC News montre que le magnat de l’immobilier n’est pas un candidat fantaisiste. Il séduit 57 % des Républicains. Les sondés ayant une mauvaise opinion de lui sont passés de 65 % en mai 2015 à 40 % en juillet. Son discours semble donc porter. Dernière polémique. Il est accusé d’avoir rédigé un tweet célébrant la grandeur des Etats-Unis, qui le mettait en scène sur fond de bannière étoilée, avec des silhouettes de trois soldats, portant l’uniforme de la Waffen SS. Devant le tollé qui se profilait, le tweet fut rapidement effacé. 

Lisons quelques extraits de discours de ce curieux et parfois amusant personnage : « Je serai le plus grand président de l’emploi que Dieu ait créé ; Croyez-moi. Personne ne construit des murs mieux que moi. Je vais construire un grand, grand mur sur notre frontière sud et je ferai payer les Mexicains ; J’ai un patrimoine bien supérieur à dix milliards de dollars. Ce n’est pas pour me vanter, parce que vous savez quoi ? Je n’ai pas à le faire ; Si on veut résoudre le problème de la criminalité, il faut arrêter d’être aussi politiquement correct ; Je pense que la seule différence entre moi et les autres candidats, c’est que je suis plus honnête et que mes femmes sont plus belles ; Je ne suis pas pour le mariage gay. 
Les gens savent que ce n’est pas mon truc ; Devenir riche est facile, le rester est plus dur »…
Capture 2.JPG
CACHEZ CES ÉGORGEMENTS QUE LES TARTUFFES NE SAURAIENT VOIR

C’est Michel Janva, du blog Salon Beige qui le raconte. Le Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence a fait modifier la mise en scène de L’Enlèvement au sérail, proposée par l’Autrichien Martin Kusej. Le sérail était devenu un camp de djihadistes où était retenue prisonnière la jeune fille que son fiancé cherche à libérer. 

Dans une scène, on voyait des drapeaux de l’Etat islamique et aussi des sacs en plastique supposés renfermer des têtes de prisonniers décapités. Tout cela a disparu.

 Le directeur du festival, Bernard Foccroulle, s’en est expliqué : « La question de l’image est devenue extrêmement sensible, nous n’avons pas voulu que des images piochées dans la production se retrouvent sur internet hors contexte. Ce n’est pas de la censure, c’est de la maturité. » Ben, voyons, cachez ces égorgements que les Tartuffes ne sauraient voir…

ROBERT MÉNARD : “LA GAUCHE A PEUR DE LA RÉVOLUTION QUI VIENT

La justice a donné raison à Robert Ménard dans « l’affaire de la crèche de Béziers » : une première fois en référé, une seconde, sur le fond. 
C’est une belle victoire d’autant que le rapporteur public avait donné raison à la Ligue des droits de l’homme et, très généralement, le tribunal suit ses recommandations. 
Robert Ménard vient d’accorder une interview à Boulevard Voltaire dans laquelle il revient sur les attendus du jugement. Il note que le tribunal admet qu’il n’est pas nécessaire de justifier d’une tradition locale pour mettre en place une crèche. 
Ensuite, il reconnaît que son installation en mairie, à partir du moment où elle s’inscrit dans un champ culturel, ne contrevient pas à l’article 28 de la loi de 1905.
 Le tribunal affirme aussi que la commune avait parfaitement le droit d’acheter des santons, qu’il ne s’agissait nullement du financement d’un projet cultuel. « Bref, dit-il, sur l’essentiel, le tribunal nous a suivis ou, plutôt, a refusé de suivre une argumentation sectaire qui tient davantage de la bigoterie laïque que de la défense de la laïcité. » 
Ménard conclut par ces mots : « Au fond, la gauche n’est plus que sur la défensive. La réactionnaire, c’est elle. La conservatrice, qui essaye de conserver les « acquis » de Mai 68, c’est elle. Elle a peur de la révolution qui vient. La gauche vit dans le cauchemar de la parole libérée, de l’action libératrice, du retour de la vitalité et de la volonté.» Bien vu ! 
Sauf que Ménard n’est plus du tout partisan de la « parole libérée » quand il s’agit de Jean-Marie Le Pen et que le président d’honneur du Front national s’exprime dans nos colonnes.

“LE POUVOIR JUIF DE WALL STREET : IMPITOYABLE ET SANS MERCI”

Deux sociétés sud-coréennes, filiales du groupe Samsung, le plus grand conglomérat familial de la Corée du Sud, ont décidé de fusionner, dans une démarche de consolidation. 
Si l’on en croit des grands media sud-coréens, les “Juifs” ont tenté de bloquer l’accord. 

Une publication a écrit que le pouvoir juif de Wall Street « a longtemps été connu pour être impitoyable et sans merci ». Un autre journaliste a écrit que « les Juifs sont connus pour exercer un pouvoir énorme à Wall Street et dans les milieux financiers mondiaux » et que « c’est un fait bien connu que le gouvernement américain est influencé par le capital juif ». Nous l’ignorions…
Rivarol.JPG
Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.