Google+ Badge

mercredi 1 avril 2015

LECTURE: " LES TUEURS DE LA RÉPUBLIQUE " ! ( VINCENT NOUZILLE )




Vincent Nouzille publie « Les Tueurs de la République », une enquête sur les guerres secrètes de la France et ceux qui les font

"Permis de tuer" : quand les services secrets français règlent les comptes
Au sein des forces spéciales, des petits groupes de tireurs d’élite ont été créés. Ils peuvent identifier et tuer les « ennemis de la France » en quelques heures. ©
Photo archives AFP
L e permis de tuer n'est pas une lubie de scénariste des films d'espionnage. Au nom de la République, sur ordre de ses plus hauts dirigeants, des tueurs sont disponibles pour « neutraliser », c'est le terme consacré, les ennemis de la France. Mais aussi conduire des guerres secrètes et venger ses morts. Vincent Nouzille (lire par ailleurs), vient de publier « Les Tueurs de la République ». Une enquête solidement étayée qui retrace l'histoire de ce continent enfoui que sont les opérations spéciales, menées avec plus ou moins de vigueur par les gouvernements de la Ve République. L'auteur révèle en particulier l'existence d'une cellule clandestine au sein de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure), chargée des opérations « Homo », pour homicides.

« Sud Ouest ». 
Vous levez un coin de voile sur les secrets les mieux gardés de la République.
Vincent Nouzille. Ça fait une dizaine d'années que je travaille sur le monde du renseignement. Je me suis rendu compte qu'il y avait une vraie inconnue : les opérations clandestines. J'avais envie de connaître les guerres secrètes que la France peut mener et celles engagées par le passé. On a beaucoup parlé des pratiques de la CIA, je voulais savoir, côté français, ce qu'on faisait.

Vincent Nouzille.© Photo Photo dr

Quelle est la nature des opérations menées ?
Ce sont de vraies guerres secrètes des opérations spéciales, et bien souvent des assassinats ciblés. Leur principal motif est la lutte contre le terrorisme.

Qui réalise ces actions ?
Sous l'autorité du chef de l'État, ces opérations sont menées par le Service Action de la DGSE. 800 agents, essentiellement des militaires, qui agissent de manière clandestine.
Au sein du Service Action a été constituée au milieu des années 1980 une minicellule : la cellule Alpha, qui regroupe une dizaine de personnes. Des tueurs, les « tueurs de la République ». Ils agissent sans que l'on puisse rattacher leur action aux services français. À ce Service Action s'est ajoutée une montée en puissance des forces spéciales, qui œuvrent dans des conflits déclarés, comme c'est le cas au Mali. Elles opèrent, au choix, en amont ou en aval, de manière clandestine. Ce fut le cas en Libye, les forces spéciales sont intervenues en civil. Elles ont joué un rôle clé pour faire tomber le régime de Kadhafi. Les forces spéciales, ce sont 3 000 soldats surentraînés (RPIMa de Bayonne, commandos de marine). Elles se sont fait la main en Afghanistan en ciblant les HVT [high value targets, cibles de grande valeur, NDLR] et ensuite en marge de l'opération Serval (1). Au sein de ces forces ont été constitués des mini-groupes de tireurs d'élite qui peuvent identifier et tuer un individu en quelques heures.

Ce personnel est-il utilisé régulièrement ?
Jamais les forces spéciales et le Service Action n'ont été employés autant qu'aujourd'hui. Pour des raisons de contexte, bien sûr. À partir de 2012, on voit apparaître une pratique beaucoup plus offensive, notamment pour les répliques. La France règle ses comptes. Il n'y a pas d'attentats ou de prises d'otages qui n'aient donné lieu à une réplique : traque d'un chef terroriste qui a enlevé des Français, envoi de commandos de forces spéciales au Sahel pour éliminer des terroristes, frappes aériennes sur des chefs talibans ayant tué des soldats français…

Vous évoquez un François Hollande qui garde sur lui une liste où figurent les noms des cibles à abattre. Vous décrivez un président plus faucon que colombe. C'est une surprise ?
J'ai démarré cette enquête il y a trois ans, et cela a en effet été une vraie surprise. De tous les présidents de la Ve République, il est celui qui assume le plus les opérations clandestines. Du fait de son tempérament plus guerrier qu'on ne le croit. C'est aussi lié à son entourage, notamment son chef d'état-major particulier. On l'a vu lors de l'opération Serval, il s'agissait de tuer les chefs terroristes : pas de prisonnier, pas de négociation. Les consignes ont été étonnamment simples et claires : « search and destroy », rechercher et détruire. La France ne fait plus de quartier. C'était un peu le cas avant. Aujourd'hui plus encore, depuis les attentats de Paris.

François Hollande va plus loin que ses prédécesseurs ?
Sous les présidences Mitterrand et Chirac, soit vingt-six ans, ça n'a pas été très assumé. Un certain nombre d'actions ont été menées sans que l'autorité politique soit aux commandes. Il est arrivé que le patron de la DGSE aille voir le président Mitterrand, lui donne des indications sur les opérations Homo et que le président ne réponde pas. Ce n'est pas normal. à cette époque, il y avait le syndrome du « Rainbow Warrior » et surtout la peur de prendre des coups. C'était aussi la crainte de Jacques Chirac après les attentats du 11 septembre 2001 : que la France soit à son tour frappée. Chirac est le plus timoré de tous.

Nicolas Sarkozy ?
Il est à cheval entre deux tendances. Les premières années de son mandat, le président Sarkozy était plutôt calme et peu offensif. Tout bascule en 2010, parce que les prises d'otages se multiplient au Sahel. Au même moment, il nomme le général Puga comme chef d'état-major particulier. Ce militaire est un faucon et va l'inciter à lancer des opérations de vive force. François Hollande l'a maintenu à ce poste.

N'y a-t-il pas un problème lié au contrôle ou plutôt au non-contrôle de ces opérations ?
Tout est à la discrétion du président. Et, on l'a vu, il peut très bien ne pas assumer. La question du contrôle par le pouvoir politique est capitale. En France, les parlementaires n'ont quasiment pas voix au chapitre. Il leur est formellement interdit de mettre leur nez dans les opérations. Contrairement aux États-Unis, où la commission du Congrès est très pointilleuse sur le budget de ces opérations secrètes.

On est pleine zone grise en termes de légalité ?
La France est un des seuls pays occidentaux à ne pas avoir de cadre juridique pour le renseignement ; c'est l'objet de la loi justement en cours d'élaboration : elle va offrir un cadre qui faisait défaut. On se situe au croisement de questions morales, éthiques, politiques. Est-on fondé à tuer quelqu'un à l'étranger ?
Ces guerres clandestines sont-elles efficaces ?
On mène des guerres secrètes de plus en plus violentes sans que l'opinion en ait conscience.
Nous sommes pris dans cette spirale de violence, et ceci bien avant les attentats de Paris du mois de janvier dernier. Un certain nombre d'actions qui nous visent sont des réponses à des choses que nous avons pu faire. Nous sommes engagés dans des engrenages où la violence répond à la violence.
La lutte contre le terrorisme ne peut pas être qu'une lutte militaire ou clandestine. Le combat politique, diplomatique, doit permettre d'endiguer le phénomène. La seule réponse militaire ne suffit pas. Car après, quand vos ennemis sont déterminés à vous détruire, la négociation s'en trouve plus que limitée. On voit bien que c'est le cas aujourd'hui avec Daesh ou Aqpa (al-Qaida dans la péninsule Arabique).

(1) L'opération Serval est une opération extérieure (Opex) menée au Mali par l'armée française. Lancée en janvier 2013 pour repousser une offensive des groupes armés islamistes, elle s'est achevée en juillet 2014. Les forces engagées ont depuis intégré un dispositif régional, intitulé opération Barkhane.



L'auteur
Vincent Nouzille est journaliste indépendant, après avoir été grand reporter à « L’Express », à « L’Expansion » et au « Nouvel Économiste ». Il est l’auteur de plusieurs livres d’enquêtes de référence et de révélations, notamment sur les réseaux de pouvoir, les relations franco-américaines, la mafia corse, l’espionnage… « Les Tueurs de la République » sont la somme de trois ans de travail. Une enquête compliquée à mener. L’auteur confie que des éléments-clés, comme l’existence de la cellule Alpha, ont pu être étayés grâce aux carnets du général Rondeau apparus dans l’affaire Clearstream. Le militaire était en effet le conseiller du patron de la DGSE.


« Les Tueurs de la République », de Vincent Nouzille, aux éditions Fayard, 20 euros.


http://www.sudouest.fr/2015/03/29/quand-la-france-tue-pour-regler-ses-comptes-1874668-880.php